5 373.78 PTS
-0.19 %
5 374.50
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 294.16
-0.17 %
DAX PTS
13 036.63
-0.05 %
Dowjones PTS
23 157.60
+0.70 %
6 114.35
+0.00 %
Nikkei PTS
21 448.52
+0.40 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Microsoft abandonne le système Windows Phone

| AFP | 272 | Aucun vote sur cette news
Microsoft abandonne le système Windows Phone
Microsoft abandonne le système Windows Phone ( Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le groupe américain Microsoft abandonne son système d'exploitation pour smartphone Windows Phone, mettant fin à ses ambitions de rivaliser avec Android (Google) et iOS (Apple) pour mieux miser sur son système Windows 10 et les services en ligne ("cloud").

Microsoft avait indiqué discrètement fin 2016 sur son site qu'il ne fournirait plus de mise à jour pour Windows Phone 8.1, dernière version du système, sortie en 2014, à partir du 11 juillet 2017.

Le groupe s'était lancé en 2010 dans un système spécifique pour smartphone, mais sans doute trop tard pour rattraper les géants Apple et Google, dont les systèmes équipent plus de 99% des téléphones mobiles dans le monde.

Selon le cabinet de recherche IDC, Google (Android) détient 85,1% du marché et Apple (iOS) 14,7%, ne laissant que des miettes à Windows Phone.

Windows Phone n'avait jamais vraiment réussi à faire son trou auprès du public, notamment parce que peu d'applications sont disponibles pour ce système d'exploitation, les développeurs préférant se concentrer sur Android et iOS.

En cessant les mises à jour de Windows Phone, Microsoft ne disparaît pas tout à fait des smartphones puisque son système d'exploitation Windows 10, sorti en 2015, est disponible en version mobile sur certains smartphones.

"C'est sans doute la mort des Windows Phones 8 mais pas celle des offres mobiles de Microsoft", explique l'analyste Patrick Moorhead (Moor Insights and Strategy).

La prochaine mise-à-jour de Windows 10 devrait permettre aux applications Microsoft de mieux fonctionner avec différents appareils, qu'ils soient sous Windows, iOS ou Android, selon les annonces du groupe en mai.

Microsoft avait pourtant misé gros dans le mobile en rachetant pour 7 milliards de dollars le Finlandais Nokia en 2013 pour tenter de se relancer sur le marché mais l'opération s'était révélée un cuisant échec pour l'ex-patron Steve Ballmer.

Depuis l'arrivée de son successeur Satya Nadella l'année suivante, le groupe n'a cessé de réduire la voilure dans les smartphones, avec des milliers de suppressions d'emplois.

Le groupe avait évoqué en 2016 son "changement de stratégie" dans les téléphones pour expliquer ces coupes.

Alors que le marché du PC traditionnel est en crise depuis 5 ans, Microsoft a déjà commencé à se diversifier, avec notamment, côté "hardware", la gamme Surface, des appareils hybrides, à la fois PC et tablette.

Il mise aussi, comme les autres géants informatiques sur les services dématérialisés en "cloud", devenu une grosse source de profits pour le groupe de Redmond (Etat de Washington, nord-ouest des Etats-Unis).

Microsoft avait annoncé en avril une hausse de 11% des revenus trimestriels de sa division de "cloud intelligent", à 6,8 milliards de dollars, avec une croissance particulièrement forte (+93%) pour Azure, son offre vedette de services dématérialisés à destination des entreprises.

En mai, lors de sa conférence des développeurs, Microsoft avait aussi dévoilé de nouvelles innovations technologiques visant à faire entrer l'intelligence artificielle (IA) dans le quotidien en utilisant les ressources du "Cloud".

Microsoft est aussi présent dans la "réalité mixte" (mêlant réalité virtuelle et augmentée), avec le casque HoloLens.

Le groupe doit annoncer ses résultats annuels le 20 juillet.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2017

GTT est bousculé en début de séance, en repli de près de 7% à 43,3 euros...

Publié le 19/10/2017

Le groupe s'attend à un meilleur second semestre que le premier...

Publié le 19/10/2017

La solide performance de Prodware permet au titre de gagner plus de 4% à l'ouverture, à 12 euros...

Publié le 19/10/2017

Bryan Garnier hisse le curseur à 70 euros...

Publié le 19/10/2017

Vilmorin a réalisé un résultat net part du groupe 2016/2017 (exercice clos fin juin) de 86,9 millions d'euros, en hausse de 46,5%. Le résultat opérationnel est ressorti à 118,3 millions, en…

CONTENUS SPONSORISÉS