5 390.46 PTS
+0.20 %
5 386.00
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mexique: le secteur aéronautique en plein essor ne craint pas l'Aléna

| AFP | 211 | Aucun vote sur cette news
Le nouveau Boeing 787-9 Dreamliner d'Aeromexic appelé
Le nouveau Boeing 787-9 Dreamliner d'Aeromexic appelé "Quetzalcoatl" lors de sa présentation aux médias à Mexico, le 20 octobre 2016 ( PEDRO PARDO / AFP/Archives )

Arturo Avila a travaillé dur pour monter sa start-up mexicaine dans le secteur aéronautique. Il ne voudrait surtout pas voir ses efforts ruinés par les menaces de Donald Trump sur l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Arturo est le fondateur de Altaser Aerospace, une des 300 entreprises qui contribuent à la croissance rapide de ce secteur au Mexique. Une industrie en plein essor qui génère désormais 19 milliards de dollars par an, soit un bond de 179% depuis 2009.

Grâce à l'Aléna - que le Mexique, les Etats-Unis et le Canada renégocient actuellement -, ces sous-traitants qui fabriquent des pièces équipant tous les avions commerciaux prospèrent.

L'an dernier, l'industrie aéronautique mexicaine a exporté pour un montant de 7 milliards de dollars de pièces détachées, soit presque trois fois plus qu'en 2009 (2,5 milliards de dollars).

Il n'est cependant pas facile de se faire une place dans ce secteur de haute technologie où règne une compétition internationale intense.

"Les trois premières années j'ai beaucoup souffert", confie Arturo Avila, 51 ans, dans son usine fondée en 2012 dans l'Etat de Chihuahua (nord), à la frontière américaine.

Il se souvient du sourire compatissant d'un des responsables de l'entreprise Bombardier, déclinant son offre de collaboration faute d'un portefeuille de clients suffisamment garni.

Alena: Ildefonso Guajardo Villarreal, un des négociateurs du Mexique, ici le 6 juin 2017 à Washington
Alena: Ildefonso Guajardo Villarreal, un des négociateurs du Mexique, ici le 6 juin 2017 à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

"Il faut être humble, très humble, pour comprendre qu'il s'agit d'une industrie très dure. Il faut gagner leur confiance", commente-t-il auprès de l'AFP.

Aujourd'hui, il dirige une entreprise prospère de taille moyenne spécialisée dans la fabrication de pièces détachées pour les ailes d'avions.

Son carnet de commandes est rempli jusqu'en 2034, et il emploiera bientôt 500 personnes après l'inauguration de sa nouvelle usine de Hermosillo, dans l'Etat voisin de Sonora (nord).

Parmi ses clients figurent des géants du secteur tels que les Américains General Electric et Spirit Aerosystems.

Mais ce sont toutes les plus grandes entreprises du secteur aéronautique et de la défense qui opèrent désormais au Mexique, telles que Boeing, Airbus, Lockheed Martin, Safran, Eurocopter, BAE Systems.

- Plus grosse inquiétude: l'Asie -

Le Mexique a exporté 81,3% de ces pièces aéronautiques vers les Etats-Unis en 2015 et 6,6% vers le Canada. Entre 1999 et 2015, les investissements de ces deux pays ont représenté 81% des 2,1 milliards de dollars investis dans ce secteur au Mexique.

Le président américain Donald Trump lors d'un meeting à Youngstown, le 25 juillet 2017 dans l'Ohio
Le président américain Donald Trump lors d'un meeting à Youngstown, le 25 juillet 2017 dans l'Ohio ( SAUL LOEB / AFP )

En dépit des menaces que fait peser Trump sur l'Aléna, les entreprises aéronautiques ne semblent pas s'inquiéter outre mesure de la renégociation en cours. "Cela ne nous empêche pas de dormir", assure Arturo Avila.

La raison principale est que leurs prix resteront compétitifs, avec ou sans taxe douanières: un ouvrier mexicain gagne en moyenne 2,3 dollars de l'heure, près de dix fois moins qu'un ouvrier américain.

Les entrepreneurs mexicains estiment également que leur industrie est trop globalisée et ses chaînes de fabrication trop intégrées pour que le secteur soit fortement affecté par l'Aléna.

Et puis la demande s'accroît. Depuis 2000, le secteur s'est accru de 15% par an au Mexique. Des géants comme Airbus et Boeing estiment qu'il faudra construire entre 35.000 et 41.000 avions dans les vingt prochaines années.

"Les chaînes de fabrication des fournisseurs sont saturées, il y a des opportunités pour les fournisseurs qui possèdent le savoir-faire", commente Xavier Hurtado, de la Chambre mexicaine de l'industrie aéronautique.

Lors d'un récent sommet aéronautique à Queretaro, dans le centre du Mexique, juste avant la nouvelle ronde de négociations sur l'Aléna, les entrepreneurs du secteur ont exprimé d'autres inquiétudes.

Des géants comme Airbus et Boeing estiment qu'il faudra construire entre 35.000 et 41.000 avions dans les vingt prochaines années
Des géants comme Airbus et Boeing estiment qu'il faudra construire entre 35.000 et 41.000 avions dans les vingt prochaines années ( HO / AFP/Archives )

Ces sous-traitants craignent avant tout la concurrence de l'Asie pour fournir leurs clients aux Etats-Unis.

"Nous avons besoin de prendre des mesures et de nous améliorer" en termes d'organisation, de procédures et de respect des engagements avec le client, analyse M. Hurtado.

Le directeur de l'approvisionnement du fabricant européen Airbus, Ruben Tauste, pense également que les entrepreneurs mexicains doivent moins se soucier de l'Aléna "que d'investir dans la recherche et développement, d'être capables de fabriquer des produits sophistiqués, comme des moteurs ou des systèmes de contrôle en vol".

Selon lui, "le Mexique devrait tenter d'être indépendant, de fabriquer ses propres produits, du début à la fin".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

CONTENUS SPONSORISÉS