En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 048.85 PTS
-1.04 %
5 041.00
-1.19 %
SBF 120 PTS
4 033.42
-1.11 %
DAX PTS
11 354.33
-1.03 %
Dowjones PTS
25 286.49
-0.40 %
6 830.91
+0.00 %
1.127
-0.16 %

Mexique: le président élu Lopez Obrador compte annuler la construction du nouvel aéroport de Mexico

| AFP | 218 | Aucun vote sur cette news
Vue aérienne du chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico, à Texcoco, le 31 juillet 2018, que le président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a l'intention d'annuler suite à une consultation
Vue aérienne du chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico, à Texcoco, le 31 juillet 2018, que le président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a l'intention d'annuler suite à une consultation ( Pedro PARDO / AFP/Archives )

Le président élu mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, a annoncé lundi son intention d'annuler le chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico, au vu des résultats d'une consultation controversée.

La consultation, qui a largement rejeté le nouvel aéroport (69,95% des votants), n'était pas organisée par les autorités électorales nationales. Ses détracteurs contestent sa légalité et dénoncent son manque de rigueur, comme des votes multiples, constatés par plusieurs médias dont l'AFP.

"La décision respecte le mandat des citoyens, nous allons construire deux pistes sur l'aéroport militaire de Santa Lucia, améliorer l'aéroport de Mexico et réactiver l'aéroport de Toluca", a expliqué M. Lopez Obrador lors d'une conférence de presse au lendemain du vote.

"Ce sont les gens qui ont décidé", a expliqué le président élu, saluant une "très bonne décision".

Lopez Obrador, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, a précisé que les entreprises travaillant sur le chantier en cours seront choisies pour le projet alternatif ou qu'un arrangement financier sera trouvé avec elles.

Durant sa campagne, M. Lopez Obrador a plusieurs fois critiqué ce projet de méga-aéroport pour son coût élevé, son impact environnemental et pour de supposés faits de corruption dans l'attribution des contrats.

Le président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador à Mexico, le 29 octobre 2018
Le président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador à Mexico, le 29 octobre 2018 ( Ulises Ruiz / AFP )

Avec cette décision, le gouvernement mexicain va économiser, selon lui, "100 milliards de pesos", soit environ 4,4 milliards d'euros.

Le problème de la saturation actuelle de l'aéroport international sera résolu en trois ans, a promis le président élu, et des connections ferroviaires entre les différents sites seront construites.

- Consultation controversée -

La construction de l'aéroport a été rejetée à 69,95% lors d'une consultation effectuée entre jeudi et dimanche, à laquelle ont participé un peu plus d'un million de Mexicains.

Le scrutin devait trancher entre un projet déjà engagé - estimé à plus de 13 milliards de dollars (11,4 milliards d'euros) - et une alternative prévoyant le réaménagement de l'aéroport militaire de Santa Lucia au sud de la capitale, de l'aéroport actuel de Mexico ainsi que de celui de Toluca, habituellement utilisé pour les jets privés.

Un des principaux investisseurs du chantier en cours est le magnat mexicain des télécommunications Carlos Slim.

Des Mexicains votent lors d'une consultation à Mexico, le 25 octobre 2018, sur la construction du nouvel aéroport de la capitale
Des Mexicains votent lors d'une consultation à Mexico, le 25 octobre 2018, sur la construction du nouvel aéroport de la capitale ( Omar TORRES / AFP/Archives )

Pour la consultation, seuls un millier de bureaux de vote répartis dans le pays ont été mis en place contre plus de 156.000 lors des élections présidentielles de juillet.

La répartition des bureaux de vote a également été critiquée, certains considérant qu'elle privilégiait des zones populaires qui ont largement voté pour Lopez Obrador aux élections présidentielles de juillet.

Lundi, le peso mexicain a perdu 3.78% et dépassé la barre des 20 unités pour un dollar.

- Implications juridiques et financières -

En cas d'annulation du chantier, "le gouvernement entrant devra faire face aux engagements financiers qui nécessiteront probablement des ressources fiscales supplémentaires", a prévenu le président Enrique Peña Nieto.

Le président mexicain a assuré que jusqu'au dernier jour de son mandat, le 30 novembre prochain, "rien ne changera dans la concession et l'exécution du projet".

"L'annulation aura des implications juridiques et financières" qui nuiront à l'image du Mexique, a souligné devant la presse Juan Pablo Castañon, directeur du Conseil de coordination des entreprises (CCE).

"Le message envoyé aux citoyens, aux marchés internationaux, aux entreprises et aux investisseurs est qu'il n'y a pas de certitude que les contrats soient respectés", a-t-il critiqué.

Le chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico, à Texcoco, le 31 juillet 2018, que le président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a l'intention d'annuler suite à une consultation
Le chantier de construction du nouvel aéroport de Mexico, à Texcoco, le 31 juillet 2018, que le président élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a l'intention d'annuler suite à une consultation ( Pedro PARDO / AFP/Archives )

De son côté, le Groupe aéroportuaire de la ville de Mexico (GACM), à capitaux majoritairement publics, qui supervise le chantier, a indiqué que 32% du nouvel aéroport était déjà construit et que 2,9 milliards d'euros avaient déjà été dépensés.

Selon l'Association internationale de transport aérien (IATA) la suspension de l'aéroport signifie des "années de retard" en matière d'infrastructures.

"L'investissement généré par Texcoco (le chantier actuel du nouvel aéroport) sera compensé par celui de Santa Lucia" a commenté à l'AFP Edward Glossop, analyste chez Capital Economics.

"Mais il y a de l'inquiétude sur ce que signifiera cette consultation en terme de politique publique" ajoute-t-il. Lopez Obrador pourrait aussi lancer une consultation "pour les contrats pétroliers" et rendre ainsi "plus imprévisible" la politique macroéconomique du pays, selon lui.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

Rothschild & Co enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 2% au troisième trimestre à 454 millions d’euros, l’activité de Capital-investissement et dette privée ayant chuté de 54% à…

Publié le 14/11/2018

Une souci récurrent...

Publié le 14/11/2018

ARKIA Israeli Airlines a reçu le premier A321LR, devenant ainsi l'opérateur de lancement de l'appareil...

Publié le 14/11/2018

Seb a annoncé l'acquisition de 750g International, éditeur de sites et services culinaires en Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, Brésil, USA et Royaume Uni. 750g International a développé une…

Publié le 14/11/2018

Alstom gagne 4,31% à 39,48 euros dans les premiers échanges. Au premier semestre, clos fin septembre, le résultat net part du groupe du spécialiste du matériel ferroviaire a atteint 563 millions…