En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
-
5 178.50
-
SBF 120 PTS
4 141.15
-
DAX PTS
11 776.55
-
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+2.94 %
1.156
-0.13 %

Des milliers de licenciements chez le géant israélien du médicament Teva

| AFP | 488 | Aucun vote sur cette news
L'Israélien Teva, numéro un mondial des médicaments génériques qui connaît de très sérieux problèmes financiers, va présenter un plan de restructuration prévoyant des
L'Israélien Teva, numéro un mondial des médicaments génériques qui connaît de très sérieux problèmes financiers, va présenter un plan de restructuration prévoyant des "milliers" de licenciements ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

L'Israélien Teva, numéro un mondial des médicaments génériques qui connaît de très sérieux problèmes financiers, va présenter jeudi un plan de restructuration prévoyant des "milliers" de licenciements, a indiqué mercredi la radio publique israélienne.

Le chef de la puissante centrale syndicale Histadrout a annoncé une grève de plusieurs heures dimanche pour protester contre ces licenciements qu'il a qualifiés de "honteux".

Ce mouvement doit concerner l'ensemble du secteur public, les banques, la bourse, le trafic aérien, les transports routiers ainsi que tous les centres d'activité de Teva, a précisé Avi Nissenkorn.

Selon le quotidien économique israélien Calcalist, Teva a l'intention de réduire de "plus de 4.000" ses effectifs, essentiellement aux Etats-Unis et en Israël, en raison du poids de sa dette, estimée à 35 milliards de dollars.

Globes, un autre quotidien israélien, a affirmé que "3.000 des 7.000 employés" de Teva en Israël seront licenciés.

"Teva va fermer et vendre son usine de Kiryat Shmona (nord), spécialisée dans les équipements médicaux, et réduire de 595 ses effectifs dans son quartier général de Petah Tikvah", près de Tel-Aviv, a ajouté Globes.

"Toutes les opérations en recherche et développement à Netanya (au nord de Tel Aviv) vont cesser et d'autres activités vont être cédées", a poursuivi le quotidien.

Aucun porte-parole du groupe n'a pu être joint par l'AFP.

En août, Teva avait déjà annoncé la fermeture ou la cession de six usines cette année et neuf l'an prochain, et la réduction d'ici la fin 2017 d'environ 7.000 postes.

Les analystes avaient cependant estimé que ces mesures de restructuration seraient insuffisantes pour compenser les pressions de la concurrence dans le domaine des médicaments génériques.

Teva, dont le titre a été divisé par six depuis deux ans, subit deux des principales conséquences d'une stratégie désastreuse, marquée l'an dernier par l'acquisition pour 40 milliards de dollars d'Actavis, la branche génériques de l'américain Allergan.

D'un côté, le marché des génériques ne s'est pas révélé aussi porteur que prévu aux Etats-Unis, forçant le groupe à inscrire une charge massive de 6 milliards de dollars au deuxième trimestre.

De l'autre, sur le plan de ses propres brevets, l'entreprise n'a guère agi pour réduire sa dépendance au Copaxone, traitement de la sclérose en plaques, dont son concurrent Mylan va maintenant lancer une version générique.

La Bourse avait toutefois bien accueilli l'arrivée le 1er novembre à la tête de Teva d'un nouveau PDG, le Danois Kare Schultz, après des mois de tergiversations.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

L'opération de Thales devrait être réalisée peu de temps après l'obtention de toutes les Autorisations Règlementaires, ce qui est envisagé au 1er trimestre 2019.

Publié le 16/10/2018

La box Noviacare by Pharmagest est associée à des capteurs dont l'objectif est d'accompagner le senior dans son quotidien et de détecter les situations à risque éventuelles...

Publié le 16/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2018

Le tronçon complet de la L2 Nord sera mis en circulation le 25 octobre...

Publié le 16/10/2018

Stanislas de Gramont a réalisé l'essentiel de sa carrière chez Danone où il a exercé différentes fonctions de direction générale...