5 289.86 PTS
-
5 259.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 239.49
-
DAX PTS
12 487.90
-
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 906.98
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mediaset et Fininvest réclament 3 milliards d'euros à Vivendi

| AFP | 199 | Aucun vote sur cette news
Mediaset et Vivendi avaient signé en avril 2016 un
Mediaset et Vivendi avaient signé en avril 2016 un "accord stratégique" avec pour ambition de créer un nouveau géant européen de la télévision. ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

Mediaset et son principal actionnaire Fininvest, holding de la famille Berlusconi, réclament en justice 3 milliards d'euros au géant français des médias Vivendi pour sa montée "hostile" au capital du groupe de TV italien, selon le rapport financier semestriel publié par le groupe de Vincent Bolloré.

Mediaset et Vivendi avaient signé en avril 2016 un "accord stratégique" avec pour ambition de créer un nouveau géant européen de la télévision.

Vivendi devait racheter 100% du bouquet de télévision payante Premium et un échange de participations à hauteur de 3,5% entre les deux groupes était prévu.

Mais Vivendi a dénoncé cet accord le 25 juillet 2016, en arguant de doutes sur les résultats futurs du bouquet de télévision, ce qui a déclenché la colère des Berlusconi et débouché sur un conflit acrimonieux. Fin 2016, le groupe français est monté au capital de Mediaset lors d'un raid éclair qualifié d'"hostile".

Dans un dernier épisode judiciaire, "Mediaset, RTI (filiale de mediaset NDLR) et Fininvest ont déposé le 9 juin 2017 une nouvelle assignation à l'encontre de Vivendi visant à obtenir le paiement de dommages et intérêts d'un montant total de 2 milliards d'euros à Mediaset et RTI et d'un milliard d'euros à Fininvest, reprochant à Vivendi l'acquisition de titres Mediaset au cours du dernier trimestre 2016", selon le rapport mis en ligne jeudi soir par Vivendi.

"Selon Mediaset, qui a demandé la jonction de cette procédure" à une première en cours, "cette opération serait constitutive d'une violation de l'accord du 8 avril 2016, d'une infraction à la réglementation italienne sur les médias et d'actes de concurrence déloyale".

Les groupes italiens demandent aussi à Vivendi "de céder les actions Mediaset" acquises fin 2016, précise le groupe français.

En cas d'échec de la médiation dans cette affaire, la prochaine audience devant le Tribunal civil de Milan se tiendra le 19 décembre 2017, précise Vivendi.

Mediaset et Fininvest avaient déjà assigné Vivendi pour obtenir "l’exécution forcée de l’accord du 8 avril 2016 et du pacte d'actionnaires y afférent", rappelle le groupe français.

Le groupes italiens réclamaient des dommages estimés à 50 millions d'euros par mois de retard à compter du 25 juillet 2016. Et Fininvest réclamait 570 millions d'euros au total pour un préjudice lié notamment "à l'évolution du cours de bourse de Mediaset entre le 25 juillet et le 2 août 2016" et à son image.

Le groupe de Vincent Bolloré détient 28,8% du groupe de télévisions Mediaset (soit 29,94% des droits de vote), dont l'actionnaire principal est la famille Berlusconi.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS