En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 059.09 PTS
-0.93 %
5 063.00
-0.85 %
SBF 120 PTS
4 048.34
-0.98 %
DAX PTS
11 325.44
-1.77 %
Dowjones PTS
25 457.36
-2.05 %
6 857.52
-2.58 %
1.123
-0.89 %

May veut faire du Royaume-Uni post-Brexit un grand investisseur en Afrique

| AFP | 541 | 4 par 1 internautes
La Première ministre Theresa May est saluée par le président sud-africain Cyril Ramaphosa au Cap le 28 août 2018, première étape d'une tournée de la dirigeante britannique en Afrique.
La Première ministre Theresa May est saluée par le président sud-africain Cyril Ramaphosa au Cap le 28 août 2018, première étape d'une tournée de la dirigeante britannique en Afrique. ( MIKE HUTCHINGS / POOL/AFP )

La Première ministre britannique Theresa May a posé mardi la première pierre d'un "nouveau partenariat" de son pays avec l'Afrique, dont elle veut devenir le premier investisseur occidental pour compenser les pertes économiques attendues du Brexit.

"Je peux annoncer aujourd'hui une nouvelle ambition. D'ici 2022, je veux que le Royaume-Uni devienne le premier investisseur des pays du G7 en Afrique", a déclaré Mme May dans un discours prononcé au Cap, en Afrique du Sud, première étape de sa toute première tournée africaine.

Depuis la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE), au référendum de juin 2016, Londres multiplie les contacts diplomatiques pour tenter de décrocher les accords commerciaux censés se substituer à ceux de Bruxelles.

"Je veux créer un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et nos amis africains fondé sur une prospérité et une sécurité partagées", a indiqué Theresa May devant un parterre d'hommes d'affaires sud-africains et britanniques.

"Il est dans l'intérêt du monde entier que ces emplois soient créés (en Afrique) pour s'attaquer aux causes et aux symptômes de l'extrémisme et de l'instabilité, pour gérer les flux migratoires et pour encourager une croissance propre", a-t-elle plaidé.

Elle a annoncé dans la foulée une enveloppe de 4 nouveaux milliards de livres (4,4 milliards d'euros) d'investissements dans les économies africaines.

Une réunion pour l'investissement en Afrique aura lieu l'an prochain à Londres, a ajouté la dirigeante britannique.

Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), le Royaume-Uni était déjà en 2016 le 2e investisseurs étranger sur le continent avec 55 milliards de dollars, derrière les Etats-Unis avec 57 milliards mais devant la France avec 49 milliards.

- 'Long terme' -

Mais en terme de commerce, la Chine, qui accueille la semaine prochaine son grand rendez-vous africain annuel, arrive largement en tête. Lors de son dernier passage en Afrique du Sud en juillet dernier, le président Xi Jinping avait annoncé pour 14 milliards de dollars d'investissements...

"On ne peut pas concurrencer la puissance économique de certains pays", a concédé Mme May, mais "nous pouvons offrir (à l'Afrique) des investissements de long terme et de haute qualité".

Depuis des mois, Theresa May essuie dans son pays les vives critiques des partisans et des adversaires du Brexit, qui doutent de sa capacité à gérer le divorce avec l'UE au moindre coût.

La dirigeante conservatrice a assuré à des journalistes qui l'accompagnent dans sa tournée que son gouvernement était "en train de mettre en place les préparatifs nécessaires" pour éviter une catastrophe en cas de sortie sans accord avec Bruxelles.

Une "absence d'accord" serait "préférable à un mauvais accord", a-t-elle toutefois répété, selon des propos rapportés mardi dans la presse britannique.

La Première ministre britannique Theresa May est entourée de petits Sud-Africains lors d'une visite d'une école du Cap, le 28 août 12018 dans le township de Gugulethu, au Cap.
La Première ministre britannique Theresa May est entourée de petits Sud-Africains lors d'une visite d'une école du Cap, le 28 août 12018 dans le township de Gugulethu, au Cap. ( Rodger BOSCH / POOL/AFP )

Egratignée par un journaliste qui suggérait que le président français Emmanuel Macron avait été bien plus actif qu'elle sur le continent, elle a platement répondu: "nous avons travaillé avec les nations et les gouvernements dans le passé".

Dans son discours, la cheffe du gouvernement britannique a également souligné l'importance des enjeux sécuritaires.

"L'Afrique accueille certains des Etats les plus fragiles du monde", a-t-elle noté, "nous allons utiliser l'argent de notre aide pour assurer la stabilité à long terme" du continent.

- 'Contribution' -

Theresa May s'est ensuite entretenue avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa, avec lequel elle a signé, sous un crachin très britannique, un accord commercial.

"Nous sommes ravis de la contribution du Royaume-Uni à notre quête d'investissements", s'est réjoui M. Ramaphosa.

L'économie sud-africaine continue à souffrir d'une faible croissance et d'un fort taux de chômage (plus de 27%), ainsi que des scandales de corruption qui ont émaillé le règne de l'ex-président Jacob Zuma, démissionnaire en février.

Cyril Ramaphosa a souhaité que les négociations entre Londres et Bruxelles aboutissent à un accord "qui restaure la stabilité de l'économie et des marchés et protège les emplois" car, a-t-il dit, le Brexit "a aussi un impact sur notre économie".

Mme May a profité de son passage au Cap pour présenter aux Sud-Africains la cloche récemment retrouvée du navire britannique SS Mendi, qui fit naufrage en 1917 dans la Manche, avec 600 Noirs en partance pour le front en France.

Le retour de cette cloche est un peu "comme rendre leurs âmes à leur pays de naissance", a salué M. Ramaphosa.

Mme May, qui a visité l'île-prison de Robben Island où fut incarcéré l'icone de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela, doit mettre le cap mercredi sur le Nigeria, où elle rencontrera le président Muhammadu Buhari.

Jeudi au Kenya, elle s'entretiendra avec le président Uhuru Kenyatta et rendra visite à des troupes britanniques formant des soldats du continent à la lutte contre les bombes artisanales.

gw-pa/jpc

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/11/2018

Sur les 9 premiers mois de l'année 2018, les tonnages vendus restent stables...

Publié le 12/11/2018

Au 1er trimestre de son exercice 2018-2019 (période du 1er juillet au 30 septembre 2018), OL Groupe dégage un total des produits d'activités de...

Publié le 12/11/2018

Cette étape cruciale franchie par ASIT Biotech a permis de lancer les derniers développements précliniques requis par les autorités avant d'initier un essai clinique...

Publié le 12/11/2018

Delta Drone a participé de manière innovante à la sécurité du premier Forum de la Paix à Paris...

Publié le 12/11/2018

La Française de l'Energie, leader de l'écologie industrielle, renforce son équipe de management avec la nomination d'Olivier Friedrich au poste de...