5 361.98 PTS
-0.08 %
5 359.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
4 270.85
+0.01 %
DAX PTS
13 119.84
-0.36 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: appel de May à l'UE pour un accord qu'elle puisse défendre à Londres

| AFP | 513 | 4 par 2 internautes
La Première ministre britannique Theresa May à son arrivée à Bruxelles, le 19 octobre 2017
La Première ministre britannique Theresa May à son arrivée à Bruxelles, le 19 octobre 2017 ( Aurore BELOT / AFP )

La Première ministre britannique Theresa May a exhorté jeudi lors d'un sommet à Bruxelles ses homologues européens à l'aider à trouver un accord sur le Brexit qu'elle puisse ensuite défendre devant ses concitoyens.

"Nous devons travailler ensemble pour arriver à un résultat que nous pouvons soutenir et défendre devant nos concitoyens", a-t-elle plaidé pendant un dîner réunissant les 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE.

Les Européens se réuniront à 27 vendredi matin pour faire le point, sans elle, sur les négociations.

Ils ont prévu de faire un geste en acceptant de lancer des "préparations internes" en vue des futures négociations sur la relation post-Brexit que Londres attend avec impatience.

Brexit : le coût du divorce
Brexit : le coût du divorce ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

Mais ils devraient rester inflexibles sur la nécessité de boucler d'abord les modalités du divorce, avant de se lancer dans une tractation commerciale.

"Il n'y a pas de progrès suffisants" pour ouvrir cette deuxième phase de négociations, a insisté la chancelière allemande Angela Merkel à son arrivée à Bruxelles.

Le président français Emmanuel Macron a pour sa part affirmé que les 27 allaient faire preuve d'une unité "très forte" face à Londres. "Nous sommes tous unis sur les constats, les intérêts et les ambitions", a-t-il dit.

L'Allemande et le Français ont appelé à la même unité sur la question de la Catalogne, réitérant devant la presse leur soutien appuyé à Madrid. Il n'existe "aucun espace pour une intervention de l'UE" dans le débat, a ensuite tranché le président du Conseil européen, Donald Tusk.

- Lettre sur Facebook -

La Première ministre britannique Theresa May à son arrivée à Bruxelles, le 19 octobre 2017
La Première ministre britannique Theresa May à son arrivée à Bruxelles, le 19 octobre 2017 ( Emmanuel DUNAND / AFP )

M. Tusk doit rencontrer Mme May vendredi matin en tête-à-tête.

Il espère pouvoir finaliser la première phase des discussions du Brexit, consacrée strictement au divorce, lors du prochain sommet de l'UE mi-décembre, à condition que les Britanniques présentent des propositions "plus concrètes".

Les droits des citoyens expatriés après le Brexit, l'une des trois priorités de l'UE dans les négociations --avec le règlement des engagements financiers de Londres et les conséquence du divorce pour l'Irlande--, constituent une urgence pour Mme May.

Dans une lettre ouverte sur Facebook, elle a assuré jeudi aux trois millions de résidents européens au Royaume-Uni qu'un accord était "à portée de main" pour garantir leurs droits.

"Nous voulons que les gens restent et nous voulons que les familles restent ensemble", a-t-elle écrit.

Lors du dîner, la Britannique a appelé ses collègues à "un effort conjoint", dans la dynamique de son discours clé de Florence (Italie) le 22 septembre, selon une source au gouvernement britannique.

Elle avait alors avancé deux propositions: un engagement à payer 20 milliards d'euros pour régler les comptes auprès de l'UE, et l'instauration d'une période de transition de deux ans après la date officielle du Brexit, le 29 mars 2019.

Si les Européens s'accordent à reconnaître la main tendue par Theresa May lors de ce discours, l'inquiétude persiste de voir les négociations s'achever sans accord de retrait, en premier lieu parce que la facture du divorce continue de bloquer les échanges.

Bruxelles estime en effet officieusement le montant de la facture compris entre 60 et 100 milliards d'euros.

"C'est en particulier et principalement" une question d'argent, a résumé le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, pour qui Mme May a fait "un bon discours", mais sans apporter "de nouvelles propositions".

"Je ne vois aucune indication qu'on ne réussira pas", a toutefois prédit Mme Merkel: "Je veux très clairement un accord et pas une solution imprévisible".

- Une question d'argent -

Outre les déclarations de Mme May, le dîner des dirigeants était principalement consacré aux affaires étrangères.

Les 28 ont fermement réitéré leur attachement à l'accord nucléaire iranien, remis en cause par le président américain Donald Trump, et menacé la Corée du Nord de sanctions supplémentaires après ses récents essais de missiles balistiques et de bombe nucléaire.

Plusieurs pays, l'Allemagne en tête, ont plaidé pour une réduction des financements liés aux négociations d'adhésion avec la Turquie, afin de marquer leurs désaccords avec Ankara.

La Première ministre britannique Theresa May à son arrivée à Bruxelles, le 19 octobre 2017
La Première ministre britannique Theresa May à son arrivée à Bruxelles, le 19 octobre 2017 ( Aurore BELOT / AFP )

Enfin, Emmanuel Macron a pris la parole pour défendre une politique commerciale européenne plus protectrice.

Vendredi matin, Donald Tusk présentera lors d'un petit-déjeuner à 28 un ambitieux programme de 13 sommets en deux ans et une nouvelle méthode de travail pour relancer l'UE, en écho à des discours de M. Macron et du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur le sujet.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/11/2017

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri (D), le président libanais Michel Aoun (C) et le président du Parlement Nabih Berri (G) lors d'une cérémonie pour la fête…

Publié le 22/11/2017

Selon une étude, 34,1% des salariés du privé ont eu au moins un arrêt dans l'année pour maladie ( JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives )Près de 20% des salariés du secteur privé ont renoncé…

Publié le 22/11/2017

Le directeur du Dakar et président d'Amaury Sport Organisation, Renaud Lavigne, lors d'une conférence de presse présentant le rallye 2018, à Lima, le 8 novembre 2017 ( Ernesto BENAVIDES / AFP…

Publié le 22/11/2017

Scène de liesse dans les rues de Harare après la démission du président Robert Mugabe, le 21 novembre 2017 ( MARCO LONGARI / AFP )Au lendemain de la démission choc du président Robert Mugabe…

Publié le 22/11/2017

Si certains observateurs se plaignent régulièrement de l'impéritie financière d'EDF (+1,4% à 10,195 euros), il semble que dans le financement de la construction de la centrale nucléaire…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Rubis évolue sur de nouveaux sommets en bourse, en hausse de 2,4% à 59,8 euros en fin de matinée...

Publié le 22/11/2017

Si certains observateurs se plaignent régulièrement de l'impéritie financière d'EDF (+1,4% à 10,195 euros), il semble que dans le financement de la construction de la centrale nucléaire…

Publié le 22/11/2017

Les opérations SRD cesseront le 28 novembre...

Publié le 22/11/2017

Avoir un socle d'actionnaires stable correspond à la nature même de notre métier

Publié le 22/11/2017

Troisième trimestre légèrement inférieur aux attentes

CONTENUS SPONSORISÉS