5 408.41 PTS
+0.67 %
5 397.00
+0.51 %
SBF 120 PTS
4 305.87
+0.41 %
DAX PTS
13 059.82
+0.53 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.00 %
Nikkei PTS
21 696.65
+1.11 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mario Draghi va chercher à apaiser des marchés anxieux sur le cap de la BCE

| AFP | 150 | Aucun vote sur cette news
Le président de la BCE Mario Draghi, le 8 juin 2017 lors d'une conférence de presse à Tallinn, en Estonie, où la réunion mensuelle de l'institution avait été délocalisée
Le président de la BCE Mario Draghi, le 8 juin 2017 lors d'une conférence de presse à Tallinn, en Estonie, où la réunion mensuelle de l'institution avait été délocalisée ( RAIGO PAJULA / AFP/Archives )

Le patron de la BCE, Mario Draghi, va s'efforcer jeudi de rassurer les marchés après leur avoir donné des sueurs froides fin juin en induisant une fin prématurée de l'argent très bon marché en zone euro.

"La BCE va essayer de calmer les marchés en ne modifiant pas de façon significative l'orientation future" de la politique monétaire lors de son conseil des gouverneurs de jeudi, prédit l'économiste Holger Schmieding, de la banque Berenberg.

Depuis 2015, la Banque centrale européenne a ramené ses taux directeurs à leur plus bas niveau historique et commencé à inonder le marché de liquidités, en rachetant chaque mois des dizaines de milliards d'euros de dette publique et privée.

Cela a permis de soutenir la croissance économique de la zone euro et de refouler le spectre de la déflation, qui menaçait en 2014.

Même si la BCE avait déjà commencé lors de sa dernière réunion en juin à préparer en douceur les esprits à un virage futur de sa politique très accommodante, le patron de l'institution monétaire avait provoqué une mini-vague de panique à la fin du même mois.

"Au fur et à mesure que l'économie continuera de se redresser (...) la banque centrale pourra accompagner la reprise en ajustant les paramètres de ses instruments de politique", avait déclaré l'Italien lors d'un séminaire à Sintra, au Portugal.

Les investisseurs avaient interprété cette phrase comme le signe annonciateur d'un resserrement plus rapide qu'envisagé jusqu'ici de la politique monétaire européenne, d'autant plus qu'il avait de nouveau jugé désormais bannie toute menace de déflation. Plusieurs gouverneurs avaient tenté de dédramatiser dans la foulée.

- "Acrobaties verbales" -

Avec une reprise économique plus ferme en zone euro, la BCE cherche un moyen de "normaliser" sa politique, une démarche déjà entamée outre-atlantique par son homologue, la Réserve fédérale (Fed).

Mais avec une inflation à 1,3% seulement, confirmée lundi, la BCE est loin d'avoir atteint son objectif de stabilité des prix, fixé à un peu moins de 2% sur le moyen terme.

Or la mission première de l'institution européenne est d'atteindre cette cible, tandis que la Fed a aussi des objectifs en matière d'emploi et de conjoncture.

Les gardiens de l'euro doivent donc préparer à un durcissement progressif de leur politique ("tapering") en concentrant leurs arguments sur la situation économique, ce qui n'est pas habituel pour eux. Le tout sans brusquer des marchés financiers sujets aux réactions épidermiques.

"Un acte d’équilibriste qui requiert toutes les qualités d'acrobate verbal de Draghi", estime Carsten Brzeski, économiste d'ING-Diba.

-Rendez-vous en septembre-

Pour la plupart des économistes, la BCE attendra sa réunion du mois de septembre avant d'en dévoiler plus sur ses intentions concernant le programme d'achats de dette ("QE"), qui court jusqu'à la fin de l'année. Chaque mois elle en acquiert pour 60 milliards d'euros.

"Nous prévoyons une réduction du rythme des achats de 10 milliards d'euros par mois à partir de janvier 2018, avec une fin programmée des achats à la fin juin", indique Jennifer McKeown, de Capital Economics.

Les économistes n'attendent en revanche aucun mouvement sur les taux avant très longtemps. Le principal taux est à zéro et celui sur les dépôts à -0,40%.

La BCE a déjà indiqué qu'un durcissement des conditions du crédit n'interviendrait que bien après la fin des achats de dette.

D'autres banques centrales ont laissé passer six mois après la fin du programme de QE avant de relever leur taux, ce qui suggère que le BCE ne toucherait pas aux siens avant la fin 2018.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2017

La réalisation d'un chandelier en marteau le 19 octobre a permis au titre d'entamer une phase de rebond. Les indicateurs techniques restent bien orientés et militent pour une nouvelle phase de…

Publié le 23/10/2017

JC DECAUX SA. constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call P576S émis par…

Publié le 23/10/2017

Philips (+1,79% à 36,04 euros) émerge au-dessus de la mêlée au sein de l’indice néerlandais AEX après avoir dévoilé une performance opérationnelle en ligne avec les attentes au troisième…

Publié le 23/10/2017

Atos a remporté lors des Oracle Excellence Awards 2017 le prix du Partenaire de l'année spécialisé dans le Cloud pour la zone Europe, Moyen-Orient et...

Publié le 23/10/2017

Réservé à la baisse ce matin, le titre DBV Technologies chute de 40,8% à 48,56 euros après les résultats très décevants de son étude de phase 3 évaluant son traitement Viaskin Peanut chez…

CONTENUS SPONSORISÉS