En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 577.26 PTS
+0.25 %
5 520.00
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 415.25
+0.29 %
DAX PTS
12 200.43
+0.39 %
Dowjones PTS
26 475.24
+0.10 %
7 652.41
-0.37 %
1.124
-0.49 %

Marchés : les pression politiques s'accroissent sur la Fed

| Boursier | 161 | Aucun vote sur cette news

Larry Kudlow, conseiller économique auprès de la Maison Blanche, a appelé vendredi la banque centrale américaine à réduire immédiatement ses taux directeurs d'un demi-point de pourcentage.

Marchés : les pression politiques s'accroissent sur la Fed
Credits Reuters

L'administration Trump a sorti la grosse artillerie pour tenter d'influencer la politique monétaire de la Fed, mettant à rude épreuve cette institution respectée par les marchés pour son indépendance, et fragilisant son président Jerome Powell, cible régulière des critiques de Donald Trump.

Le président américain n'a cessé de tempêter contre les hausses de taux de la Fed (trois en 2017 et quatre en 2018, avant une pause annoncée pour 2019), accusées d'avoir freiné la croissance économique des Etats-Unis.

La Maison Blanche réclame une baisse des taux "immédiate"

Or, vendredi, le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a appelé vendredi la banque centrale à baisser ses taux "immédiatement" d'un demi-point, pour les ramener entre 1,75% et 2% contre une fourchette de 2,25% à 2,50% actuellement.

"Je me fais l'écho de la vision du président" Trump, a indiqué M. Kudlow sur le site web 'Axios', puis sur la chaîne sur 'CNBC', ajoutant que la Fed n'aurait pas dû relever son taux directeur au-delà de 2%. Mercredi, Stephen Moore, l'économiste que Donald Trump a nommé au Conseil de la Fed avait lui aussi jugé que la Fed devrait immédiatement réduire le taux des fonds fédéraux d'un demi-point.

Larry Kudlow a toutefois précisé à 'CNBC' que la Maison blanche n'avait pas l'intention de limoger le président de la Fed, Jerome Powell.

La Fed a nettement infléchi sa politique monétaire depuis le 20 mars

Stephen Moore (dont la nomination à la Fed doit encore être approuvée par le Sénat américain) avait justement appelé récemment dans une tribune au limogeage de Jerome Powell... Interviewé par 'Bloomberg Television', M. Moore a affirmé le 22 mars que cet appel avait "probablement été écrit dans un moment de colère" en raison de la hausse de taux de décembre. Un tour de vis qui a été une "très importante erreur", a-t-il jugé.

Face au ralentissement de la croissance économique, la Réserve fédérale a changé depuis décembre son approche, adoptant une pause prolongée dans son cycle de hausse des taux. Le 20 mars, elle a révisé en baisse ses prévisions de PIB et l'inflation, et a fait savoir qu'elle interrompait son cycle de hausse des taux jusqu'à la fin de cette année. De nombreux investisseurs tablent même désormais sur une baisse des taux directeurs cette année.

Ainsi, l'outil "Fed Watch" du marché de Chicago CME montrait vendredi soir une forte probabilité, de 65,6%, pour que les taux des "fed funds" soient en décembre prochain inférieurs à leur niveaux actuel (2,25%-2,50%). La probabilité est de 41,4% pour que les taux soit de 2%-2,25% fin 2019, et elle est de 19,3% pour que ce taux redescende à 1,75%-2%. L'outil FedWatch est calculé d'après les contrats à terme sur les taux des fed funds, le principal taux directeur de la Fed.

Le vice-président de la Fed n'exclut pas un nouveau "QE" si nécessaire

De leur coté, les responsables de la Fed se montrent plutôt ouverts à toute éventualité. Jeudi, le vice-président de la Fed, Richard Clarida, a ainsi indiqué que la Fed pouvait baisser ses taux et même sortir du cadre traditionnel de sa politique monétaire si l'économie subissait des difficultés inattendues. En d'autres termes, un nouveau programme de rachat d'actifs ("QE") n'est pas exclu.

"Si nous avons un choc défavorable pour l'économie (..) la première réponse serait d'employer les outils monétaires habituels (...) Si cela ne suffit pas, il y a d'autres instruments dans la boîte à outils qui ont déjà été employés et il est certain qu'on les emploierait à nouveau si nécessaire", a ajouté le numéro deux de la Fed.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Atos est reconnu comme un leader mondial de la certification Google Cloud, en seulement 11 mois, et avec plus de 300 collaborateurs certifiés dans le...

Publié le 18/04/2019

L'offre Fibre Free devient accessible pour les habitants du Doubs desservis par le Réseau d'Initiative Publique Doubs THD, opéré par Doubs La Fibre...

Publié le 18/04/2019

SuperSonic Imagine est recherché au lendemain de l'annonce d'une forte croissance trimestrielle...

Publié le 18/04/2019

En marge de la publication du chiffre d'affaires trimestriel de Pernod Ricard ce matin, on apprend que le numéro deux mondial des spiritueux poursuit...