5 342.50 PTS
-0.27 %
5 335.5
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 255.91
-0.42 %
DAX PTS
13 014.83
-0.41 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Marchés : les banques centrales effraient les investisseurs !

| Boursier | 798 | 5 par 1 internautes

En 24 heures, la Fed et la BCE ont confirmé leur évolution vers une politique monétaire progressivement moins accommodante. Actions et obligations ont reculé face à cette perspective.

Marchés : les banques centrales effraient les investisseurs !
Credits Reuters

Les cours des obligations ont subi un coup de tabac, jeudi dans le monde, faisant flamber les taux d'intérêts, et plombant au passage les marchés d'actions en Europe et aux Etats-Unis. La BCE a donné jeudi de nouveaux signes selon lesquels elle réfléchit à réduire son soutien aux marchés financiers. Mercredi soir, la Fed a de son côté signalé qu'elle maintenant son cap, à savoir relever ses taux et réduire son bilan, même si ses membres sont encore divisés sur le calendrier précis à suivre...

Jeudi soir, le taux de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans, référence de la zone euro, a bondi de 9 points de base (centièmes de point) pour remonter à 0,56%, son plus haut niveau depuis plus d'un an et demi, en décembre 2015 !

Le rendement de l'OAT française de même échéance a bondi de 10 pdb à 0,91%, au plus haut depuis avril dernier. Il avait alors connu un coup de chaud en raison des craintes liées à l'élection présidentielle française (risque de second tour Le Pen/Mélenchon).

Tensions sur les taux, hausse de l'euro et recul des Bourses en zone euro

Les taux à 10 ans de l'ensemble de la zone euro ont grimpé ce jeudi de l'ordre de 10 points de base, notamment en Italie (+11 pdb à 2,25%), en Espagne (+10 pdb à 1,66%), au Portugal (+8 pdb à 3,01%) et aux Pays-Bas (+9 pdb à 0,74%).

Outre-Atlantique, le rendement du T-Bond à 10 ans remontait jeudi soir dans une moindre mesure, gagnant 4 points de base à 2,37%, au plus haut depuis le 12 mai dernier.

En Bourse, les indices ont reculé jeudi face au risque d'un relèvement des taux, qui rendra la dette plus onéreuse, et grignotera les bénéfices des entreprises via la hausse de leurs frais financiers. L'indice EuroStoxx 50 a cédé jeudi soir 0,47%, tandis qu'à Paris, le CAC 40 a cédé 0,53% à la clôture. A New York, le Dow Jones reculait de 0,6% en séance, tandis que le Nasdaq perdait 0,7%.

La forte tension sur les taux de la zone euro a aussi entraîné une hausse de la devise européenne. L'euro a regagné jeudi 0,6% face au dollar, pour remonter à 1,1422$, proche de son plus haut depuis mai 2016. Le 28 juin dernier, le président de la BCE, Mario Draghi, avait déjà provoqué un bond de l'euro et des taux d'intérêt, en déclarant notamment que "les forces déflationnistes ont été remplacées par des forces reflationnistes" dans la zone euro. Il a ainsi laissé entendre que la BCE n'allait pas tarder à réduire ses mesures de soutien aux marchés, près de 10 ans après le début de la crise des "subprimes", qui avait été suivie en Europe de la crise grecque et d'une crise de confiance dans l'euro.

La BCE réfléchit à mettre fin progressivement à ses achats d'actifs

Jeudi, la BCE a publié les Minutes de sa dernière réunion, qui n'ont fait que conforter les craintes des marchés, en suggérant l'adoption d'un biais moins accommodant d'ici à la fin de l'année. Le conseil de la BCE a ainsi indiqué que lors de la réunion du 8 juin, il avait été débattu de la possible suppression de la référence à "la prolongation et l'extension -au besoin- du programme de rachats d'actifs mensuels", qui est actuellement prévu au moins jusqu'en décembre 2017. Le 8 juin, la BCE a aussi décidé d'abandonner toute référence dans son communiqué à une possible nouvelle baisse de taux, compte-tenu de l'amélioration des perspectives de croissance dans la zone euro.

La banque centrale européenne a cependant renoncé à aller plus loin, car la reprise économique dans la zone euro ne s'est pas encore traduite en une accélération de l'inflation. Les membres de la BCE sont convenus d'examiner à nouveau la question du "biais" plus accommodant lors de leurs prochaines réunions. "Si la confiance dans les perspectives d'inflation continue de s'améliorer, l'idée de conserver ce biais pourrait être réexaminée", selon les Minutes.

Difficile communication entre la BCE et les marchés...

L'hypothèse la plus probable, en l'absence d'accident macro-économique (nouveau ralentissement de l'inflation, mauvais indicateurs...), serait que la BCE commence à réduire progressivement, à partir de janvier 2018, le montant de ses achats d'actifs (actuellement de 60 MdsE par mois). Quant aux taux directeurs, ils ne devraient pas remonter avant la deuxième partie de 2018, selon la majorité des observateurs.

Dans son compte-rendu publié jeudi, le Conseil des gouverneurs de la BCE a insisté sur la nécessité de rester prudent dans sa communication, pour ne pas provoquer de désordres sur les marchés financiers, ni donner l'impression de tourner le dos à sa politique ultra-accommodante, ce qui pourrait en annuler les effets positifs...

Pour l'instant, malgré les efforts de la BCE, les marchés ont plutôt tendance à surréagir à la moindre déclaration qui semble aller vers la réduction des mesures de soutien, auxquelles les marchés financiers se sont "dopées" depuis près de 10 ans...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

VEOLIA ENVIRON. constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call I007S émis…

Publié le 15/12/2017

Le bureau d'études ne voit que du positif dans une telle transaction...

Publié le 15/12/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 15/12/2017

Objectif légèrement abaissé

CONTENUS SPONSORISÉS