En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 822.92 PTS
-3.43 %
5 824.00
-3.37 %
SBF 120 PTS
4 613.36
-3.28 %
DAX PTS
13 114.30
-3.42 %
Dow Jones PTS
28 992.41
-0.78 %
9 446.69
+0. %

Manque de neige: comment les Pyrénées s'adaptent au réchauffement climatique

| AFP | 303 | Aucun vote sur cette news
Téléski au Cambre d'Aze le 3 janvier 2019 (Pyrénées-Orientales)
Téléski au Cambre d'Aze le 3 janvier 2019 (Pyrénées-Orientales) ( RAYMOND ROIG / AFP/Archives )

Dans les Pyrénées, le réchauffement climatique oblige les stations de sports d'hiver à repenser leur modèle, longtemps basé exclusivement sur le ski, pour devenir "quatre saisons" et proposer des activités de plus en plus diversifiées.

En Haute-Garonne, les dameuses de la station du Mourtis sont à l'arrêt et le télésiège, qui transporte habituellement les skieurs en haut du domaine, achemine désormais les promeneurs. L'un des téléskis a même été ouvert pour remonter les utilisateurs de trottinettes après leur descente.

"Bien sûr, avec la neige c'est plus sympa, mais sans la neige on va en profiter quand même", se console Pierre Virelizier, venu de Toulouse. "Le ski ce sera pour l'année prochaine ou plus tard dans la saison".

Devant les magasins de locations, les Fat Bike, ces vélos avec des roues surdimensionnées, ont remplacé les skis. Sur les pistes, recouvertes principalement de terre et d'herbe, on ne glisse plus mais on roule.

Fat Bike dans les Alpes en février 2017
Fat Bike dans les Alpes en février 2017 ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

Des activités zumba, balade à poney, ski de randonnée à roulettes ou streching sont proposées à la place des habituelles descentes aux flambeaux et autres découvertes de airboard sur neige.

La semaine dernière, les responsables de cette station familiale ont annoncé la fermeture temporaire du domaine, faute de neige. Pour apercevoir l'or blanc en quantité, il faut regarder vers le haut des sommets qui entourent le site, culminant pour certains à plus de 3.000 mètres.

"Pas de neige mais du soleil"

"On est un peu déçues, on ne va pas dire le contraire, mais on fait autre chose. Il n'y a pas de neige mais il y a le soleil!", lancent Corine Rambon et Béatrice Barthe, deux habituées du Mourtis.

"Il faut commencer à se préparer et à être très réactif à ces aléas climatiques qui peuvent se reproduire", explique Christophe Esparseil, le directeur d'exploitation de la station.

"On a commencé à travailler sur des projets dits +quatre saisons+, pour pouvoir accueillir une clientèle autour des sports de pleine nature en cas de saison moins enneigée", précise-t-il.

Georges Méric le 10 mars 2015 à Belberaud (Haute-Garonne)
Georges Méric le 10 mars 2015 à Belberaud (Haute-Garonne) ( REMY GABALDA / AFP/Archives )

Le conseil départemental de Haute-Garonne, qui a repris en 2018 la gestion de trois stations pyrénéennes, dont Le Mourtis, a annoncé 25 millions d'euros d'investissement sur les 5 prochaines années pour une reconversion touristique "quatre saisons".

"On le voit aujourd'hui, la neige va se raréfier en basse altitude", assure Georges Méric, son président (PS). "Il est évident que nos stations doivent se réformer. Elles doivent muter du +ski total+ à un +ski accessoire+ avec diversification des centres d'intérêt".

"Neige ou pas neige, les clients attendent maintenant d'autres activités que le ski", confirme Laurent Garcia, le directeur de la station Peyragudes, à cheval entre les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne.

"Socle de l'économie"

"Mais le remplaçant du ski en termes de volume d'affaires, on le cherche encore", tempère Eric Charré, le directeur de Puymorens (Pyrénées-Orientales).

La station de Puigmal (Pyrénées-Orientales) elle, a été contrainte d'entamer cette reconversion après sa fermeture en 2013 pour des problèmes financiers, dus notamment à plusieurs mauvaises saisons liées au manque de neige. Son modèle s'appuie désormais sur le ski de randonnée, le trail, le vélo et la randonnée nordique.

Michel Pelieu le 16 mars 2015 à Paris
Michel Pelieu le 16 mars 2015 à Paris ( LAURENT DARD / AFP/Archives )

"On ne peut pas prendre la même décision pour tout le monde", affirme Georges Armengol, le président de la communauté de communes Pyrénées Cerdagne qui gère le site. "La neige reste toujours le socle de l'économie d'hiver, surtout pour les stations de haute altitude avec de l'immobilier. Mais chaque fois qu'on le peut, je pense qu'il faut que l'on réfléchisse sur les nouvelles demandes de la clientèle".

"Pour l'heure, le ski représente 80% du chiffre d'affaires de l'année", selon Michel Pelieu, le président de N'Py, qui regroupe huit stations du massif. "Mais progressivement, l'offre +quatre saisons+ va en s'amplifiant parce que c'est vrai qu'aujourd'hui on a du monde tout le long de l'année".

"En vallée du Louron par exemple, le côté balnéo représente une diversification forte", poursuit-il, en faisant référence au centre thermoludique Balnéa de Loudevielle (Hautes-Pyrénées), qui a accueilli plus de 260.000 visiteurs en 2019.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/02/2020

Par courrier reçu le 24 février 2020 par l'AMF, la société par actions simplifiée Moneta Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle...

Publié le 24/02/2020

Goldman Sachs a relevé son objectif de cours de 69 euros à 70 euros et confirmé sa recommandation d’Achat sur BNP Paribas. Le bureau d’études a relevé ses estimations de bénéfice par action…

Publié le 24/02/2020

Le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) perd 4,32% ce matin à la bourse de Milan, à 11,56 euros, dans le sillage du FTSE MIB, l'indice phare italien, qui perd lui 4,70%.…

Publié le 24/02/2020

Le rouge vif est de mise sur les places financières européennes ce lundi, devant la propagation de l'épidémie de coronavirus en dehors de la Chine. Si le nombre de contaminations semble ralentir…

Publié le 24/02/2020

Lundi 24 février 2020IMPLANETLe spécialiste des implants vertébraux et des implants chirurgicaux du genou publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsYMAGISLe spécialiste des technologies…