En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-0.34 %
4 792.00
-0.38 %
SBF 120 PTS
3 820.51
-0.32 %
DAX PTS
10 908.99
-0.20 %
Dowjones PTS
24 182.32
-0.10 %
6 679.53
+0.16 %
1.138
-0.09 %

Malaisie : Goldman Sachs accuse l'ancien gouvernement de mensonges sur le fonds 1MDB

| AFP | 313 | 5 par 1 internautes
Le scandale tentaculaire impliquant Goldman Sachs a contribué à la défaite électorale en mai de l'ex-Premier ministre Najib Razak
Le scandale tentaculaire impliquant Goldman Sachs a contribué à la défaite électorale en mai de l'ex-Premier ministre Najib Razak ( MOHD RASFAN / AFP/Archives )

Goldman Sachs a accusé mardi l'ex-gouvernement malaisien et les responsables d'un fonds souverain de lui avoir menti après des poursuites pénales engagées par Kuala Lumpur contre la banque américaine impliquée dans le vaste scandale financier 1MDB.

Le parquet malaisien a annoncé lundi des poursuites contre des filiales de Goldman Sachs ainsi que les anciens banquiers Tim Leissner et Ng Chong Hwa, soupçonnés d'avoir détourné des milliards de dollars.

Le rôle du géant de la finance dans des émissions obligataires de plus de 6,5 milliards de dollars au profit du fonds 1MDB fait l'objet d'un volet de l'enquête sur ce scandale tentaculaire qui a contribué à la défaite électorale en mai de l'ex-Premier ministre Najib Razak.

Les deux anciens banquiers de Goldman Sachs sont soupçonnés d'avoir détourné à leur profit 2,7 milliards de dollars, d'avoir acheté des responsables et d'avoir fourni de fausses déclarations en réalisant des émissions obligataires pour le compte du fonds souverain.

La banque s'est défendue en affirmant que "certains membres de l'ancien gouvernement malaisien et du fonds 1MDB ont menti à Goldman Sachs" et à d'autres "à propos de l'usage des recettes de ces transactions", selon un communiqué.

"1MDB, dont le PDG et le conseil d'administration étaient en communication directe avec le Premier ministre à cette époque, a aussi fourni des assurances directes à Goldman Sachs pour chaque transaction qu'aucun intermédiaire n'était impliqué", a ajouté l'établissement financier.

Les deux anciens employés de Goldman ont déjà été inculpés aux Etats-Unis le mois dernier. M. Leissner a plaidé coupable tandis que M. Ng a été arrêté en Malaisie.

Low Taek Jho, financier malaisien en fuite est soupçonné d'être le cerveau de la fraude. Il fait également l'objet de plusieurs chefs d'accusation mais nie sa responsabilité.

La banque a souligné qu'elle "n'a pas pu se faire entendre" avant que certaines de ses filiales soient accusées "ce qu'elle a l'intention de contester vigoureusement".

Le parquet va réclamer des amendes largement supérieures aux 2,7 milliards de dollars qui auraient été indument empochés ainsi qu'aux 600 millions de dollars de commissions perçues, de même que de longues peines de prison.

Goldman Sachs a vu son titre céder 2,7% lundi après l'annonce de ces accusations.

Les enquêteurs soupçonnent que des milliards de dollars ont été détournés du fonds d'investissement 1MDB abondé par des fonds publics et qui devait aider au développement économique de la Malaisie. Ces fonds ont servi entre autres à l'achat d'objets de luxe, d'oeuvres d'art et de yachts, pour des proches de l'ancien Premier ministre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

Par courrier reçu le 16 janvier 2019 par l'AMF, la société Morgan Stanley Plc (Wilmington, Delaware, Etats-Unis) a déclaré à l'Autorité française des...

Publié le 17/01/2019

L'Allemagne étudie les moyens d'interdire l'utilisation des produits de Huawei Technologies Co. dans son infrastructure télécoms selon un représentant du gouvernement cité par le Wall Street…

Publié le 17/01/2019

Dernière grande banque à présenter ses comptes du quatrième trimestre, Morgan Stanley se trouve également en dernière position en matière de performance dans ses activités de marché.…

Publié le 17/01/2019

Philippe Lagayette, administrateur référent de Renault, et Patrick Thomas, président du comité des nominations et de la gouvernance, ont confirmé...

Publié le 17/01/2019

  Le supercalculateur d'Atos permet au centre espagnol d'analyse génomique (CNAG-CRG) d'accélérer ses recherches     Paris, 17 janvier 2019 - Atos, leader…