En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 764.56 PTS
+0.22 %
4 770.0
+0.35 %
SBF 120 PTS
3 786.01
+0.25 %
DAX PTS
10 765.24
+0.23 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.140
+0.30 %

Macron veut traiter "fin du monde" et "fin du mois" à la fois

| AFP | 1032 | Aucun vote sur cette news
Le président Emmanuel Macron (c), le Premier ministre Edouard Philippe (g), le ministre de l'Ecologie François de Rugy (d), lors d'une réunion sur la
Le président Emmanuel Macron (c), le Premier ministre Edouard Philippe (g), le ministre de l'Ecologie François de Rugy (d), lors d'une réunion sur la "Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), le 27 novembre 2018 à l'Elysée, à Paris ( IAN LANGSDON / POOL/AFP )

"Fin du monde" ou "fin du mois", "nous allons traiter les deux", a assuré mardi Emmanuel Macron en pleine grogne des "gilets jaunes", tout en annonçant une adaptation de la fiscalité des carburants aux fluctuations des cours mondiaux.

Lors d'un discours à l'Élysée pour la présentation de la programmation pluriannuelle de l'énergie, le chef de l'État a en outre annoncé une "grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale", rassemblant associations, élus et "représentants des gilets jaunes" pour, "dans les trois mois qui viennent", élaborer des "méthodes d'accompagnement".

"Fin du monde" ou "fin du mois", "nous allons traiter les deux, et nous devons traiter les deux", a-t-il assuré dans une référence à la nécessité de concilier les enjeux climatiques et sociaux pointée par l'ex-ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Nucléaire: 14 réacteurs fermés d'ici 2035
Nucléaire: 14 réacteurs fermés d'ici 2035 ( Simon MALFATTO / AFP )

"Nous devons entendre les protestations d'alarme sociale" mais "sans renoncer à nos responsabilités", car "il y a aussi une alarme environnementale", a-t-il insisté.

Car "vouloir en quelque sorte traiter l'urgence sociale en renonçant à toute ambition environnementale et énergétique, c'est installer nos concitoyens les plus fragiles, nos travailleurs les plus modestes, dans la situation où collectivement progressivement, insensiblement, nous les avons plongés depuis des décennies", a jugé M. Macron.

Pas "à n'importe quel prix"

En pleine contestation des "gilets jaunes" contre la perte de pouvoir d'achat et la hausse des taxes sur les carburants, il a ainsi annoncé que leur fiscalité serait adaptée aux fluctuations des prix afin de se "mettre à l'abri" des envolées des cours mondiaux.

La France championne du nucléaire
La France championne du nucléaire ( Simon MALFATTO / AFP )

Il faut "rendre plus intelligente cette taxe aveugle", a-t-il dit: "je refuse que s'installe une France à deux vitesses", "que la transition écologique accentue les inégalités entre territoires et rendent plus difficile encore la situation" des Français habitant en zones rurale ou périurbaine.

Selon l'Élysée, en cas de surchauffe des prix sur les marchés mondiaux, la hausse prévue de la fiscalité sur les carburants serait mise partiellement ou totalement entre parenthèse le temps de ce pic. C'est le gouvernement qui pourra en prendre la décision, précise Matignon.

La transition énergétique ne doit pas se faire à "n'importe quel prix", a insisté M. Macron.

Des
Des "gilets jaunes" bloquent l'autoroute A6 à Villefranche-sur-Saöne, le 24 novembre 2018 ( JEFF PACHOUD / AFP/Archives )

"Ceux qui disent que ce sont, au fond, toujours les mêmes qui font les efforts", "ont raison", a-t-il ajouté, fustigeant "quarante ans de petites décisions" et les discours incitant "depuis des années" les Français à s'installer en périphérie des villes ou à rouler au diesel.

Assurant par ailleurs ne pas "confondre" les casseurs avec "la manifestation sur laquelle ils se sont greffés", il a affirmé "comprendre" et "partager" la "crainte exprimée par nombre de nos concitoyens ces derniers jours: être laissés pour compte, payer la transition énergétique sans en bénéficier".

Cette France qui a "peur des changements", "c'est une France à qui on a demandé beaucoup", et "on ne peut pas considérer que les changements à venir, on les fera malgré elle ou sans elle".

Au-delà de la transition environnementale, il y a donc aussi "les choix que nous aurons à faire plus largement pour rebâtir ce contrat social du siècle nouveau", avec "une plus grande efficacité de l'action publique" et l'objectif de "réussir à avoir un meilleur service public, à avoir une meilleure réponse à leurs aspirations, en dépensant moins, et donc en pouvant plus rapidement baisser leurs impôts et leurs taxes".

L'Élysée a précisé dans le sillage du discours du chef de l'État que le ministre de la Transition écologique François de Rugy recevrait mardi après-midi des représentants des "gilets jaunes", à la demande d'Emmanuel Macron.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/12/2018

L'entrée de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve dans le Nord, le 12 décembre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )Âprement négociée, la reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve…

Publié le 18/12/2018

La Bourse de New York termine en hausse ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )Wall Street a terminé en hausse mardi à l'issue d'une séance particulièrement turbulente, les indices réagissant…

Publié le 18/12/2018

Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale le 18 décembre 2018 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )Le comité d'évaluation de la réforme de l'impôt sur la fortune sera nommé…

Publié le 18/12/2018

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris a terminé en nette baisse mardi (-0,95%), le…

Publié le 18/12/2018

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris a terminé en nette baisse mardi (-0,95%), le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

                                                                           Communiqué de…

Publié le 19/12/2018

Faurecia a signé un Schuldscheindarlehen (placement privé de droit allemand) d'un montant de 700 millions d'euros. Cette transaction fait partie du programme de financement de l'acquisition de…

Publié le 19/12/2018

MND (-2,83% à 1,3040 euro) a dévoilé ses résultats au titre de son premier semestre 2018/2019 (clos fin septembre). Ainsi, le spécialiste des aménagements de montagne a dévoilé une perte nette…

Publié le 19/12/2018

                                                     Un contrat d'environ 360 millions d'euros Alstom fournira de…

Publié le 19/12/2018

Le Conseil d’administration de la société biopharmaceutique internationale Cerenis Therapeutics a annoncé la nomination de Richard Pasternak en tant que Président Directeur général, à compter…