En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 380.79 PTS
+0.32 %
5 372.5
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 315.24
+0.12 %
DAX PTS
12 178.00
+0.17 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.00 %
1.170
+0.28 %

Macron parie sur un revenu universel d'activité contre la pauvreté

| AFP | 197 | Aucun vote sur cette news
Le président Emmanuel Macron à Paris, le 13 septembre 2018
Le président Emmanuel Macron à Paris, le 13 septembre 2018 ( Michel Euler / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a lancé jeudi une "stratégie" très attendue de lutte contre la pauvreté, s'engageant à la création d'un "service public de l'insertion" et à la préparation d'un "revenu universel d'activité" qui fusionnerait les prestations sociales.

"Ce n'est pas un +plan charité+ car il ne s'agit pas de permettre de vivre un tout petit peu mieux dans la pauvreté, il s'agit de sortir de la pauvreté", a déclaré le chef de l’État lors d'un discours de plus d'une heure au Musée de l'Homme, disant vouloir éviter qu'elle "se transmette de génération en génération".

"Si je suis ici devant vous, c'est pour essayer de lancer avec un combat neuf, indispensable, vital pour notre pays, celui de décider résolument de ne plus oublier personne", a-t-il fait valoir d'emblée, appelant "les premiers de cordée" à ne pas oublier "les derniers".

Le président a annoncé "une loi en 2020" pour créer "un revenu universel d'activité qui fusionne le plus grand nombre possible de prestations et dont l’État sera entièrement responsable", précisant que ce revenu serait soumis à "des droits et des devoirs supplémentaires". En contrepartie d'un "droit à être aidé et accompagné (...), nous veillerons à ce que les devoirs soient respectés" par les bénéficiaires.

"Je n'ai jamais cru à un revenu universel sans condition", a-t-il ajouté en allusion à la mesure phare portée par le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon.

Pour lui, le "maquis des minima sociaux" actuels "n'est pas compatible avec un système fondé sur l'accompagnement et la reprise d'activité". Il faut, a-t-il dit, créer "un service public de l'insertion".

Cela impliquera que l’Etat s'engage aux côtés des "départements, des métropoles" pour mieux accompagner les personnes les plus éloignées de l'emploi, notamment bénéficiaires du RSA.

"C'est le seul moyen de garantir l'universalité des droits" alors que le système est "aujourd'hui trop éclaté", "inégal territorialement", a détaillé le chef de l’État, souhaitant qu'à partir du 1er janvier "chaque personne" qui s'inscrit au revenu de solidarité active (RSA) "puisse avoir un rendez-vous dans le mois", dans "un lieu unique", pour bénéficier d'un accompagnement.

Outre ce pilier "insertion", Emmanuel Macron a présenté un autre ensemble de mesures, destinées à prévenir la pauvreté dès le plus jeune âge.

En plus du développement de l'accès à des modes de garde pour les tout-petits issus de familles défavorisées, il a souhaité un "accès à la cantine plus universel" avec "des repas à un euro" et des petits-déjeuners proposés dans les écoles des réseaux prioritaires.

"L'alimentation est un droit fondamental des enfants qui peine à être garanti", a déclaré le chef de l’État.

Pour les jeunes suivis par l'Aide sociale à l'enfance (ASE), il a dit vouloir "créer une obligation", en "contractualisant" avec les départements, pour trouver un logement, une formation, un emploi, aux jeunes qui n'ont "pas de solution" à leur sortie du dispositif à 18 ans.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

Le groupe PSA et EasyMile expérimentent un tracteur autonome à usage industriel à Sochaux. Cette opération vise à automatiser une partie des flux logistiques sur le site industriel du…

Publié le 19/09/2018

Le CAC40 pointe en légère hausse en début de séance (+0,22% à 5...

Publié le 19/09/2018

TomTom s'effondre encore de 8% à 5,93 euros en bourse ce mercredi, après avoir abandonné hier près du quart de sa valeur (-24,4% en clôture)...

Publié le 19/09/2018

Au 1er semestre 2018, CBo Territoria a réalisé un chiffre d'affaires global de 40,1 ME en hausse de 25,9% par rapport au 1er semestre 2017...

Publié le 19/09/2018

EDF lève 3,75 milliards de dollars avec une émission obligataire senior multi-tranches en dollars américains. L’opération comprend 3 tranches de 10 à 30 ans de maturité. Dans le détail, elle…