En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-
4 311.50
-
SBF 120 PTS
3 414.93
-
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Macron bataille sur la PAC avant le salon de l'agriculture

| AFP | 898 | 4.93 par 14 internautes
Le président Emmanuel Macron à Bruxelles le 20 février 2020 pour le sommet extraordinaire sur le budget européen
Le président Emmanuel Macron à Bruxelles le 20 février 2020 pour le sommet extraordinaire sur le budget européen ( kenzo tribouillard / AFP )

Emmanuel Macron est monté au front jeudi à Bruxelles sur la Politique agricole commune (PAC), affirmant sa détermination à "se battre" pour la défendre face aux attaques de certains pays au sommet extraordinaire sur le budget européen.

L'issue de cette bataille restait incertaine jeudi soir alors que le sommet se prolongeait. Mais elle sera scrutée de près au salon de l'agriculture que le chef de l'Etat doit inaugurer samedi matin à Paris.

A son arrivée à Bruxelles, Emmanuel Macron a clairement fixé sa priorité pour le sommet: "d'abord se battre pour avoir une politique agricole commune au rendez-vous de nos ambitions".

Il l'a ensuite défendue face aux 26 autres dirigeants alors que la PAC et le montant global du budget étaient "fortement attaqués par les pays du nord", selon l'entourage du président.

Pour lui, "le compte n'y est pas" car la proposition de compromis présentée par le président du Conseil européen, Charles Michel, alloue à la PAC un montant réduit de plus de 50 milliards d'euros sur 2021-2027, par rapport à l'exercice précédent.

"Je souhaite que les prochaines heures, que les prochains jours nous permettent d’améliorer la copie", a-t-il ajouté, en se déclarant ainsi "prêt" à faire durer le sommet si besoin.

Le chef de l'Etat ne sera pas seul à la manoeuvre car, selon Paris, la PAC est défendue par "une vingtaine de pays", surtout de l'est et du sud de l'Europe.

En témoignaient la présence de quelque dizaines de tracteurs, venus notamment des pays baltes ou de Belgique, à proximité des bâtiments de l'UE.

"Budget fort"

Budget 2021-2027 de l'UE
Budget 2021-2027 de l'UE ( Jonathan WALTER / AFP )

La baisse du budget de la PAC est proposée par la Commission pour compenser en partie le départ de l'UE du Royaume-Uni, qui était un contributeur net, et pour financer les politiques dites "modernes", comme la lutte contre le changement climatique, la sécurité ou la migration, au détriment des politiques "traditionnelles" comme l'agriculture ou la cohésion (l'aide aux régions les moins développées).

Piliers historiques de l'UE, ces deux dernières représentent environ 60% du budget de l'UE.

Ce coup de rabot est soutenu par un groupe de pays riches, comme les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et, dans une moindre mesure, l'Allemagne.

La dernière proposition mise sur la table par Charles Michel consacre un peu plus de 329 milliards d'euros à la PAC pour la période 2021-2027 (à prix constants 2018). C'est plus que ce qu'avance la Commission (324,2 milliards) dans sa proposition initiale mais cela reste bien en-deçà de l'enveloppe dédiée à la PAC dans le cadre financier pluriannuel en cours: près de 383 milliards d'euros.

"Tout le monde veut plus de sécurité alimentaire, d'environnement etc... Mais qui le fait au final? Ce sont les agriculteurs dans leurs exploitations", a plaidé Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, le premier syndicat agricole français. "On demande toujours plus aux agriculteurs, cela ne peut pas se faire avec un budget moindre", a-t-elle ajouté.

Appelant "Emmanuel Macron à défendre un budget fort pour la PAC", la Confédération paysanne, syndicat classé à gauche, affirme que la politique de Bruxelles devrait "être en cohérence" avec "l'ambition de transition agroécologique" que "la France et l'Europe affichent fortement".

Ces discussions interviennent alors qu'une réforme de la PAC est attendue. Initialement prévue pour être mise en oeuvre dès 2021, elle a pris du retard car elle dépend d'un accord sur le budget.

Pour Emmanuel Macron, l'Europe reste, malgré les difficultés, "la seule voie possible" pour assurer l'avenir de l'agriculture française. "Sortir de l'Europe, comme le propose le Rassemblement National, c’est condamner l'agriculture française en livrant à eux-mêmes nos agriculteurs sans aide ni protection", affirme-t-il dans un entretien devant être publié vendredi par des quotidiens régionaux.

Au fil des décennies, la défense de la PAC est devenue un exercice incontournable pour les présidents français à Bruxelles.

Jacques Chirac avait ainsi marqué les esprits en 2002 lorsqu'il avait conclu un accord avec le chancelier allemand Gerhard Schröder pour établir le cadre de l'Europe agricole.

En 2013, au cours du précédent sommet consacré au budget pluriannuel, la discussion sur la PAC avait déjà été vive. Et François Hollande, le président de l'époque, s'était targué d'avoir évité le pire en limitant la baisse de l'enveloppe dévolue à l'agriculture.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
14 avis
Note moyenne : 4.93
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...