En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 344.95 PTS
-0.08 %
5 349.50
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 290.38
-0.00 %
DAX PTS
12 206.18
-0.25 %
Dowjones PTS
25 558.73
+1.58 %
7 374.29
+0.00 %
1.139
+0.13 %

Macron mobilise les grands patrons pour les jeunes des quartiers

| AFP | 283 | Aucun vote sur cette news
Le président français Emmanuel Macron a réuni les dirigeants des 100 plus grandes entreprises français à l'Elysée, le 17 juillet 2018
Le président français Emmanuel Macron a réuni les dirigeants des 100 plus grandes entreprises français à l'Elysée, le 17 juillet 2018 ( Ian LANGSDON / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a réuni mardi à l'Élysée les patrons des 100 plus grandes entreprises françaises pour les appeler à renforcer l'apprentissage et les embauches dans les quartiers en difficulté.

Le président s'est félicité que les 30.000 offres de stages de classe de 3e promises dans son discours sur la politique de la ville en mai étaient déjà trouvées pour être proposées aux jeunes l'an prochain.

Outre les 15.000 stages dans les services de l'État, les entreprises en offriront 15.000 autres, dont 1.500 pour BNP-Paribas, 600 pour Accor ou 1.300 pour la fédération du Bâtiment Travaux publics.

"Un pays ne peut pas réussir quand seuls quelques uns réussissent", a expliqué le chef de l'État en concluant cette réunion baptisée "La France, une chance. Les entreprises s'engagent".

Le PDG de L'Oréal Jean-Paul Agon (à gauche) aux côtés du PDG de E. Leclerc Michel-Edouard Leclerc arrivent à l'Elysée, le 17 juillet 2018
Le PDG de L'Oréal Jean-Paul Agon (à gauche) aux côtés du PDG de E. Leclerc Michel-Edouard Leclerc arrivent à l'Elysée, le 17 juillet 2018 ( Eric Feferberg / AFP )

Devant le Congrès, le 9 juillet, le chef de l'État avait annoncé la tenue de cette réunion en précisant qu'il ne demanderait pas aux entreprises "de s'engager par la loi mais par des engagements actifs, immédiats, visibles, de créations d'emplois, d'embauche d'apprentis".

"L'Etat ne peut pas tout, les entreprises doivent s'engager", a agréé Patrick Pouyanné, le PDG de Total, premier groupe français. Il a ainsi cité la décision de porter à 5% des effectifs en équivalents-apprentissage, notamment en réduisant l'intérim.

Les patrons de Kering, BNP-Paribas, Accor, L'Oréal ou Pernod étaient notamment présents, ainsi que ceux de plusieurs entreprises étrangères implantées en France, dont Zara, Novartis ou Coca-Cola.

Celui de Danone, Emmanuel Faber, a insisté sur le fait qu'"une entreprise ne pouvait pas se développer sans tisser des liens d'utilité réciproque avec le territoire".

Pour l'exécutif, les entreprises doivent prendre leur part après la multiplication des réformes, dont celle du Code du Travail, de la formation professionnelle, de l’ISF ou de la loi Pacte.

L'Élysée insiste sur la nécessité de valoriser les nombreuses initiatives déjà engagées, notamment par les associations comme Article1, qui aide à s'orienter 40.000 jeunes par an, Viensvoirmontaf, "le réseau pour les jeunes sans réseau" qui "veut libérer les carnets d'adresse pour permettre aux 3e de faire le stage de leur rêve" selon Mélanie Taravant, sa co-fondatrice.

Emmanuel Macron a déclaré "tenir beaucoup" au testing, qui sera mené dans 40 des 120 plus grandes entreprises en septembre.

Des grands patrons français sont reçus à l'Elysée par Emmanuel Macron, le 17 juillet 2018
Des grands patrons français sont reçus à l'Elysée par Emmanuel Macron, le 17 juillet 2018 ( Eric Feferberg / AFP )

Le ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard, et le secrétaire d'État Julien Denormandie doivent faire un point d'étape de la stratégie gouvernementale pour les quartiers en difficulté au conseil des ministres mercredi, près de deux mois après le discours présidentiel sur la politique de la ville. Ce dernier faisait suite à la remise du rapport de Jean-Louis Borloo, qui "a alimenté la réflexion du gouvernement" selon l'Élysée.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne un peu plus de 1% pour l'instant

Publié le 17/08/2018

Vicat cède 2,8% à 51,6 euros en cette fin de semaine sur la place parisienne...

Publié le 17/08/2018

Applied Materials a dévoilé un bénéfice net de 1,17 milliard de dollars, ou 1,17 dollar par action, au titre de son troisième trimestre clos fin juillet. Il a progressé de 38%. En données…

Publié le 17/08/2018

Le Groupe CNIM avait annoncé, dans un communiqué daté du 10 août 2018, la conclusion d'un accord relatif à la cession, conjointement avec le fonds...

Publié le 17/08/2018

Les raisons de l'accès de faiblesse