En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 935.5
+0.53 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-
DAX PTS
11 066.41
-
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.139
+0.26 %

Macron soutient Merkel avant un vote crucial dimanche pour la chancelière

| AFP | 1143 | Aucun vote sur cette news
La chancelière allemande Angela Merkel et le président Emmanuel Macron à l'Elysée, le 19 janvier 2018 à Paris
La chancelière allemande Angela Merkel et le président Emmanuel Macron à l'Elysée, le 19 janvier 2018 à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Le président français Emmanuel Macron a martelé vendredi que la France aurait "besoin" de l'Allemagne pour réformer l'Europe, à deux jours d'un vote crucial sur la formation d'une coalition gouvernementale à Berlin entre conservateurs et sociaux-démocrates.

"Ce que je peux simplement dire, c'est que l'ambition que nous portons ne peut advenir seule et qu'elle a besoin de se conjuguer avec l'ambition allemande", a-t-il dit au côté de la chancelière Angela Merkel à l'Elysée.

La chancelière a jugé de son côté "capital d'avoir un gouvernement stable en Allemagne pour agir en Europe", alors que son délicat projet de coalition risque d'être compromis dimanche par un vote au congrès des sociaux-démocrates (SPD) qui s'annonce serré.

Elle a relevé un "large terrain d’entente (avec le SPD, ndlr), notamment en ce qui est de l'engagement européen".

La chancelière allemande Angela Merkel et le président Emmanuel Macron à l'Elysée, le 19 janvier 2018 à Paris
La chancelière allemande Angela Merkel et le président Emmanuel Macron à l'Elysée, le 19 janvier 2018 à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP )

"Je suis confiante sur ce chemin et je crois qu'au congrès du SDP, nombreux seront ceux qui œuvreront pour qu'on arrive à des négociations de coalition mais c'est la décision autonome et indépendante des sociaux-démocrates en Allemagne", a-t-elle ajouté.

Emmanuel Macron s'est refusé à commenter l'échéance de dimanche - "je m’abstiendrai de faire quelque pronostic que ce soit sur quelque vote que ce soit", a-t-il dit - mais a aussi relevé que l'accord de principe conclu le 12 janvier entre SPD et conservateurs sur une coalition porte "une ambition véritable pour le projet européen".

Les quelque 600 délégués sociaux-démocrates doivent se prononcer sur ce document de programme commun rédigé en vue d'un futur gouvernement. Mais des fédérations régionales et des figures du mouvement ont déjà signifié leur opposition à toute nouvelle grande coalition avec la CDU d'Angela Merkel.

"La chancelière a une ambition européenne, les dirigeants du SPD ont manifesté une ambition européenne, et le texte commun en porte une", a souligné Emmanuel Macron.

Le président français, qui propose d'instaurer un budget et un président de la zone euro, a une grande proximité de vues avec les sociaux-démocrates sur les sujets européens. Une partie des conservateurs allemands sont en revanche plus réservés sur son projet européen pour plus d'intégration économique.

A Paris, la chancelière et le président français ont insisté sur leur ambition commune pour renforcer l'Europe, en renvoyant à plus tard des décisions concrètes.

"Ce qui doit constamment nous animer, c'est d'être au clair sur les finalités que nous poursuivons plutôt qu'être obsessionnel sur les instrumentes", a relevé Emmanuel Macron.

Parmi les sujets où "France et Allemagne pourront aller de l'avant", Angela Merkel a notamment donné l'exemple "d'un impôt sur les sociétés commun avec une assiette commune". "Un tel projet est urgent et suppose une zone euro stable", a-t-elle déclaré, une allusion aux cas de dumping fiscal à l'intérieur de l'Europe dont profitent notamment les géants du numérique.

Emmanuel Macron avait lui parlé d'un impôt sur les sociétés "harmonisé" dans l'UE. La Commission veut aussi relancer un projet de 2011 -- pendant longtemps dans l'impasse en raison des divergences entre les 28 -- pour créer une assiette commune consolidée pour l'impôt sur les sociétés, actuellement en discussion.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

L'EUR/USD se maintient sous 1.1500

Publié le 21/11/2018

Nexity anticipe une progression de son activité commerciale en 2018 alors que l'ensemble des réservations du segment résidentiel devrait, comme anticipé depuis le début de l'année, connaître…

Publié le 21/11/2018

Le Conseil d’administration du Groupe Renault a indiqué qu'il mettait en place des mesures de gouvernance provisoires pour préserver les intérêts du groupe et assurer la continuité de ses…

Publié le 21/11/2018

Vinci organise aujourd'hui à Marseille une Journée Investisseurs consacrée à Eurovia...