En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 636.25 PTS
-0.65 %
5 636.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 447.36
-0.59 %
DAX PTS
12 633.60
-
Dow Jones PTS
26 770.20
-0.95 %
7 868.49
+0. %
1.116
-0.11 %

Macron voit grand pour la tech française

| AFP | 766 | 4 par 4 internautes
Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec des investisseurs dans les nouvelles technologies, le 17 septembre 2019 au palais de l'Elysée à Paris
Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec des investisseurs dans les nouvelles technologies, le 17 septembre 2019 au palais de l'Elysée à Paris ( Julien de Rosa / POOL/AFP )

Les grands investisseurs institutionnels français se sont engagés à miser 5 milliards d'euros dans les entreprises de technologies en croissance, s'est félicité mardi Emmanuel Macron qui souhaite que la France compte 25 "licornes", champions valant plus d'un milliard, d'ici à 2025, contre moins d'une dizaine aujourd'hui.

L'exécutif a sollicité ces derniers mois les investisseurs institutionnels pour qu'ils musclent leurs efforts dirigés vers les jeunes pousses en croissance, celles qui commencent à réussir et ont besoin d'investissements chiffrés en dizaines, voire en centaines de millions.

"La bataille que nous sommes en train de mener" avec cet effort en faveur des nouvelles technologies, "c'est celle de la souveraineté", a indiqué M. Macron devant des patrons de start-up et investisseurs réunis à l'Elysée.

"Si nous ne construisons pas des champions dans tous les nouveaux segments, le digital, l'intelligence artificielle, nos choix ne seront plus souverains" et seront "dictés par d'autres" a indiqué M. Macron, allusion à la Chine et aux Etats-Unis.

Le gouvernement estime que la France a une carte à jouer pour créer de nombreux emplois dans la tech dans les années à venir.

"Aux États-Unis, entre un tiers et la moitié des créations nettes d'emplois sont liées directement ou indirectement à la technologie", alors qu'en France, le ratio est sans doute plus proche de 10%, répète souvent le secrétaire d'État au numérique Cédric O.

Depuis quelques années, les fonds d'investissement français capables de miser jusqu'à plusieurs millions d'euros dans une start-up se sont multipliés. Mais ceux pouvant mettre sur la table une centaine de millions pour une entreprise prometteuse restent très rares.

En juin, un rapport de Philippe Tibi, ancien président de l'association française des marchés financiers, estimait qu'il faudrait créer en France une dizaine de fonds disposant chacun d'un milliard d'euros d'ici trois ans, pour répondre aux besoins.

Faute de trouver des capitaux en France, les jeunes pousses françaises en pleine croissance se tournent souvent vers les fonds d'investissement américains, aux poches plus profondes.

Nasdaq européen

Panneau lumineux Nasdaq à Times Square à New York
Panneau lumineux Nasdaq à Times Square à New York ( KENA BETANCUR / AFP/Archives )

Les experts regrettent également l'absence en France ou en Europe d'un marché boursier très dynamique pour les valeurs technologiques, à l'image du Nasdaq américain.

Plusieurs entreprises françaises ou d'origine française ont ainsi choisi ces dernières années de se lancer en Bourse à New York.

C'est le cas du spécialiste français de la publicité ciblée Criteo, introduit au Nasdaq en 2013, ou de l'éditeur de logiciels Talend, en 2016.

"La dernière introduction en Bourse d'une entreprise technologique française à plus d'un milliard d'euros [de valorisation], c'est Dassault Systèmes en 1996", regrettait récemment Cédric O.

Une partie des 5 milliards d'investissement annoncés par le président de la République seront donc consacrés à des investissements dirigés vers les entreprises cotées de la tech, pour accélérer la croissance de l'activité boursière dans ce domaine en Europe.

Pour l'instant, l'opérateur boursier paneuropéen Euronext, qui gère notamment la Bourse de Paris, compte 422 entreprises tech cotées sur l'ensemble de ses marchés, pour une capitalisation boursière atteignant 455 milliards d'euros.

Ces trois dernières années, 86 entreprises tech ont fait leur entrée dans Euronext, pour plus de 25 milliards d'euros de capitaux levés, sans compter l'arrivée fracassante du géant sud-africain de l'internet Prosus la semaine dernière à la Bourse d'Amsterdam.

Après s'être exprimé devant les entreprises françaises, Emmanuel Macron avait convié à dîner à l'Elysée une quarantaine de représentants de grands investisseurs internationaux.

D'autres annonces seront effectuées par l'exécutif mardi soir ou mercredi, à l'occasion du France Digitale Day, un grand rassemblement de start-up et de fonds d'investissements au Musée des Arts forains à Paris.

Le gouvernement dévoilera ainsi la liste des entreprises retenues pour figurer dans le Next 40, regroupant les 40 jeunes pousses les plus prometteuses.

Ces entreprises bénéficieront d'une visibilité accrue: elles seront par exemple favorisées pour se joindre aux voyages officiels du président et des responsables gouvernementaux à l'étranger, explique-t-on à l'Elysée.

Le gouvernement va également prendre des mesures destinées à aider les entreprises à trouver les ingénieurs et techniciens dont elles ont besoin. Il estime qu'il y a environ 80.000 postes non pourvus dans le numérique à l'heure actuelle et que ce chiffre pourrait monter à 200.000 dans les prochaines années.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

Clasquin, spécialiste de l'ingénierie en transport aérien et maritime et en logistique overseas, annonce l'intégration à compter du 1er octobre 2019...

Publié le 18/10/2019

Le chiffre d'affaires de Pharmasimple ressort à 14,3 millions d'euros en forte hausse de 64,4% par rapport à la même période de l'année dernière...

Publié le 18/10/2019

L'agence fédérale de l'aviation (FAA) américaine a accusé vendredi Boeing de lui avoir caché des documents importants liés à la certification du 737 MAX. Le titre Boeing chute à Wall Steet…

Publié le 18/10/2019

L'Assemblée Générale Extraordinaire de Dalet qui devait se tenir le 23 octobre 2019 à 14 heures a été reportée pour des raisons techniques...

Publié le 18/10/2019

Pharmasimple a récolté sur ce début d’année 2019 les premiers fruits de son plan de transformation entamée l’année dernière. Au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires ressort ainsi…