En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
+1.53 %
5 163.00
+1.35 %
SBF 120 PTS
4 141.15
+1.67 %
DAX PTS
11 776.55
+1.40 %
Dowjones PTS
25 596.96
+1.37 %
7 206.63
+1.95 %
1.158
+0.01 %

Lutte anti-gaspillage: les idées s'emballent dans l'emballage alimentaire

| AFP | 706 | Aucun vote sur cette news
Au rayon frais d'un supermarché à Nantes, dans l'ouest de la France, le 20 octobre 2017
Au rayon frais d'un supermarché à Nantes, dans l'ouest de la France, le 20 octobre 2017 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Emballage interactif, biodégradable ou compostable? Pour réduire le gaspillage alimentaire, les chercheurs rivalisent d'idées pour le secteur agroalimentaire. Avec l'espoir pour certains d'essayer de freiner aussi l'expansion du plastique sur la planète.

Au Brésil, géant de l'agro-industrie mondiale, le pétrochimiste Braskem travaille depuis 2013 sur un projet d'"emballage intelligent" destiné aux produits laitiers et à la viande.

"Nous développons un emballage interactif qui, grâce à des indicateurs spécifiques, indiquera le stade de conservation du produit. Quand l'aliment se détériore, il libère naturellement des composants chimiques qui feront changer l'emballage de couleur. Cette technologie permettra de garantir la qualité du produit mais aussi d'indiquer si ce dernier est toujours consommable, même lorsque la date limite de consommation inscrite est dépassée", explique à l'AFP Marcia Pires, chercheuse chez Braskem.

Ce nouveau type d'emballage n'a pas encore de date de commercialisation. "Nous devons valider la technologie avec nos partenaires afin de définir quels produits seront concernés", précise Marcia Pires. Braskem développe son projet en collaboration avec l'Université de Clemson aux Etats-Unis et l'Université fédérale du Rio Grande do Sul, au Brésil.

Pour Viviane Romeiro, coordinatrice du World Resources Institute Brazil (WRI), il y a urgence: le Brésil "fait partie des dix premiers pays qui gâchent le plus d'aliments" selon elle. "Cela concerne toute la chaîne de production alimentaire, au moment de l'après-récolte, de la transformation et de la distribution, mais aussi la fin de la chaîne, lors de la vente au détail et de la consommation finale", dit-elle.

Selon l'Entreprise brésilienne de recherche agricole (Embrapa), qui s'appuie sur le rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le gaspillage alimentaire au moment de la vente au détail et de la consommation finale suffirait à neutraliser l'insécurité alimentaire dans le pays.

- Un tiers de la nourriture gaspillée -

A l'échelle de la planète, la FAO estime qu'un tiers de la nourriture produite dans le monde et destinée à la consommation humaine (1,3 milliard de tonnes) est soit perdue, soit gaspillée chaque année. Et pour la seule Europe, selon les estimations de l'Union européenne, près de 88 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année pour quelque 143 milliards d'euros.

Sur le Vieux Continent, la lutte contre le gaspillage alimentaire se double d'une recherche d'innovation écologique, à la fois pour trouver des "substituts" au bisphénol A, perturbateur endocrinien inclus dans les emballages plastiques, mais aussi pour limiter l'invasion des micro-plastiques dans l'environnement.

Au coeur de ces recherches, les bioplastiques biodégradables, y compris d'origine agricole, et les "barquettes agro-sourcées" auxquels Nathalie Gontard, de l'Institut national de recherche agronomique français (Inra), a consacré 30 ans de sa vie de chercheuse.

"Le plastique dans les océans n'est qu'une petite partie de l'iceberg, l'essentiel des plastiques sont dans le sol, enfouis, et il y a une urgence absolue à se mobiliser pour remettre à plat le cycle des plastiques", dit à l'AFP la chercheuse, récemment récompensée par le laurier 2017 du "défi scientifique" à l'Inra.

Stand de fruits et légumes bio emballés dans un supermarché de Villeneuve-la-Garenne, près de Paris, le 7 décembre 2016
Stand de fruits et légumes bio emballés dans un supermarché de Villeneuve-la-Garenne, près de Paris, le 7 décembre 2016 ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Elle a développé des barquettes en biopolyester biodégradables destinées à emballer des fruits ou des légumes, réalisées à partir de déchets agricoles, comme les eaux de rinçage d'huileries ou de laiteries mélangées à des pailles broyées.

Les premières barquettes ont été réalisées par une PME près de Nîmes qui voulait se familiariser avec les bioplastiques. "Mais elles ne sont pas encore industrialisées", dit Mme Gontard en soulignant l'avance prise par la Chine pour la production de biopolyesters.

"Il faut monter une filière de bioressources, avec la récupération organisée des déchets pour qu'ils soient valorisés", plaide la chercheuse, car l'industrie agroalimentaire est très demandeuse, "parfois de façon très pressante", de ce type d'emballage.

Pour Philippe Mauguin, président de l'INRA, qui coordonne l'atelier de la modernisation de l'agriculture dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation (Egalim), le "défi" porte en effet sur l'organisation d'économies circulaires, "avec une approche territoriale dès la conception".

En clair: le grain de blé devra correspondre aux besoins des boulangers, quand la tige du blé devra alimenter les fabricants de biopolymères, sans être imprégnée de produits phytosanitaires pour que son bioplastique soit directement compostable dans le sol. Un chantier d'avenir.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

      DECLARATION MENSUELLE RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS (ARTICLE L233-8II DU CODE DE COMMERCE et 223-16 DU REGLEMENT GENERAL DE…

Publié le 16/10/2018

Prodware a enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 7,6 millions d'euros, en hausse de 12,5% et un résultat opérationnel courant de 11,3 millions d'euros, en augmentation…

Publié le 16/10/2018

Haulotte a affiché au troisième trimestre un chiffre d'affaires consolidés de 128,5 millions d'euros, en hausse de 25%. Selon le groupe, la zone euro confirme la tendance des précédentes…

Publié le 16/10/2018

Au cours du troisième trimestre 2018, EOS Imagin a généré un chiffre d’affaires de 7,96 millions d’euros, en baisse de 6% (4% hors effets de change) et a réalisé la vente de 12 systèmes…

Publié le 16/10/2018

GTT et la société Dongsung Finetec, spécialiste de l'isolation thermique, ont signé ce jour un protocole d'accord (Memorandum of Understanding) en vue de commercialiser la solution LNG Brick…