En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 898.65 PTS
-0.22 %
4 891.0
-0.21 %
SBF 120 PTS
3 893.41
-0.21 %
DAX PTS
10 902.78
-0.24 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.137
+0.03 %

Lufthansa favorite pour la reprise d'Alitalia (média)

| AFP | 331 | Aucun vote sur cette news
Un appareil d'Alitalia en train d'atterrir le 26 septembre 2011 sur l'aéroport de Francfort où stationne déjà un A380 de la Lufthansa, candidate à la reprise de l'avionneur italien
Un appareil d'Alitalia en train d'atterrir le 26 septembre 2011 sur l'aéroport de Francfort où stationne déjà un A380 de la Lufthansa, candidate à la reprise de l'avionneur italien ( Marc TIRL / dpa/AFP )

La compagnie aérienne allemande Lufthansa est favorite pour la reprise de la compagnie nationale italienne Alitalia en difficulté, annonce jeudi le quotidien italien Corriere della Sera.

"En ce qui concerne l'avenir d'Alitalia, la destination d'arrivée semble être l'Allemagne", écrit le principal quotidien italien, même si "les chiffres ne sont pas encore bons et l'offre peut être améliorée".

Le journal, qui ne cite pas ses sources, précise que Lufthansa voudrait reprendre seulement la partie "vols" d'Alitalia, sans la maintenance, et garder seulement 6.000 des 8.000 personnes employées dans la branche qui l'intéresse.

Les deux ministres italiens qui suivent ce dossier ainsi que les trois commissaires qui gèrent Alitalia depuis qu'elle a été placée sous tutelle, ont cependant demandé de réduire de moitié ce chiffre de 2.000 licenciements envisagés dans la partie "vols".

"Les négociations sont en cours et les deux parties se rapprochent", affirme le journal, en relevant que le prix proposé par Lufthansa pose aussi problème.

"La première offre de Lufthansa était de 300 millions d'euros (...) mais les commissaires et le gouvernement demandent de monter jusqu'à 500 millions. Dans ce secteur aussi, les positions se rapprochent", assure le Corriere della Sera.

Interrogé sur la compagnie lors d'une conférence de presse bilan de l'année, le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, ne s'est pas prononcé sur le détail des offres mais a prévenu qu'il faudrait faire des efforts de part et d'autre.

"J'espère que les offres sur la table pourront être améliorées, et que le personnel comme les utilisateurs feront preuve d'un grand sens des responsabilités", a-t-il déclaré.

La compagnie britannique à bas coût EasyJet et le fonds américain Cerberus Capital Management ont également déposé des offres pour la reprise partielle d'Alitalia mais "Lufthansa est la solution qui semble offrir les meilleures garanties en termes de solidité financière", assure le Corriere della Sera.

La compagnie allemande offre aussi "de meilleures perspectives pour un développement industriel à moyen terme", ajoute le Corriere.

Alitalia, qui compte quelque 11.500 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coûts. Elle a été placée sous tutelle le 2 mai, après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1.700 suppressions d'emploi.

La date butoir pour sa cession a été fixée au 30 avril 2018.

Alitalia avait 836 millions d'euros de trésorerie fin novembre, alors que l'Etat lui a accordé un prêt relais de 900 millions d'euros. Sa situation s'est améliorée ces dernières mois, même si elle reste précaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques...

Publié le 13/12/2018

  Le programme européen MALE RPAS passe avec succès sa revue de conception préliminaire, dernière étape de l'étude de définition   La revue de conception…

Publié le 13/12/2018

Total a signé un accord portant sur la cession d'une participation de 4% dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie au partenaire opérateur INPEX pour un montant global de…

Publié le 13/12/2018

Atos a été reconnu leader des services IoT (Internet des Objets) par Forrester, à l'occasion de la parution de la dernière l'étude Forrester Wave :...

Publié le 13/12/2018

Avantage à l'américain...