Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 620.43 PTS
+0.06 %
5 610.00
-0.04 %
SBF 120 PTS
4 460.44
+0. %
DAX PTS
13 880.12
+0.23 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
+0. %
1.213
+0.43 %

Londres et Ottawa interdisent les importations liées au travail forcé des Ouïghours

| AFP | 478 | 4 par 4 internautes
Une capture d'écran de la télévision du Parlement britannique montrant le ministre des Affaires étrangères anglais, Dominic Raab, s'exprimer sur le travail forcé en Chine, le 12 janvier 2012 à Londres
Une capture d'écran de la télévision du Parlement britannique montrant le ministre des Affaires étrangères anglais, Dominic Raab, s'exprimer sur le travail forcé en Chine, le 12 janvier 2012 à Londres ( - / PRU/AFP )

Face à la "barbarie" de Pékin envers les Ouïghours, le Royaume-Uni et le Canada ont dévoilé mardi des mesures pour empêcher les marchandises liées au travail forcé présumé de cette minorité musulmane dans la région du Xinjiang d'arriver jusqu'aux consommateurs britanniques.

Selon des experts étrangers, un million d'Ouïghours, principale minorité ethnique du Xinjiang, ont été placés en détention ces dernières années dans des camps de rééducation politique.

Pékin dément et affirme qu'il s'agit de centres de formation professionnelle destinés à éloigner les personnes de la tentation de l'islamisme, du terrorisme et du séparatisme après une série d'attentats attribués à des Ouïghours.

C'est une "barbarie que l'on espérait reléguée au passé qui est pratiquée aujourd'hui", a déclaré le chef de la diplomatie Dominic Raab devant les députés britanniques, évoquant "la détention arbitraire, la rééducation politique, le travail forcé, la torture et la stérilisation forcée" des Ouïghours "à l'échelle industrielle".

Le Royaume-Uni avait le "devoir moral" de réagir, a poursuivi le ministre, annonçant des mesures visant à interdire les importations et exportations liées au travail forcé des Ouïghours.

"Nous devons agir pour assurer que les entreprises britanniques ne participent pas aux chaînes d'approvisionnement qui mènent jusqu'aux portails des camps d'internement dans le Xinjiang", a-t-il détaillé.

Il s'agit aussi de "veiller à ce que les produits issus des violations des droits humains ne finissent pas dans les rayons des supermarchés où nous faisons nos achats ici", a-t-il ajouté.

Dans un contexte de relations déjà tendues, l'ambassadeur chinois à l'ONU, Zhang Jun, a demandé au Royaume-Uni "de cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine".

Après une intervention de Londres sur les Ouïghours lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la lutte antiterroriste, le diplomate chinois a dénoncé une "attaque purement politique" et "sans fondement" du Royaume-Uni.

Amendes

Un présumé camp d'internement pour Ouïghours, à Artux, dans le nord de la Chine, le 2 juin 2019
Un présumé camp d'internement pour Ouïghours, à Artux, dans le nord de la Chine, le 2 juin 2019 ( GREG BAKER / AFP/Archives )

"Gravement préoccupé", le Canada a annoncé emboîter le pas au Royaume-Uni, annonçant "interdiction d'importer" au Canada "des biens issus en tout ou en partie du travail forcé".

Dans le détail au Royaume-Uni, des directives vont être émises en direction des entreprises britanniques, qui encourront des amendes si elles ne peuvent démontrer que leurs approvisionnements ne sont pas liés au travail forcé dans le Xinjiang, immense région du nord-ouest de la Chine constituant un important fournisseur de coton au niveau mondial.

Cette obligation de transparence sera étendue au secteur public, a souligné Dominic Raab, et les entreprises tirant profit du travail forcé seront exclues des marchés publics.

Début janvier, la chaîne britannique de grands magasins Marks & Spencer s'était engagée à ne pas utiliser dans les vêtements qu'elle vend du coton provenant du Xinjiang. Il s'agit de la première grande entreprise britannique à avoir rejoint un "Appel à agir" pour les Ouïghours, lancé par quelque 300 ONG.

Dans l'opposition travailliste comme dans les rangs des conservateurs au pouvoir, des députés ont estimé que les mesures détaillées mardi n'allaient pas suffisamment loin, plaidant pour des sanctions contre des responsables chinois dans le Xinjiang.

L'annonce de ces mesures intervient peu après la conclusion fin décembre d'un accord de principe critiqué par les défenseurs des droits humains sur les investissements entre la Chine et l'Union européenne, dont le Royaume-Uni ne fait plus partie.

Elle devrait tendre davantage les relations entre Londres et Pékin, surtout après les critiques formulées par Londres à l'égard de la répression contre les mouvements pro-démocratie à Hong Kong.

Le gouvernement britannique s'est élevé contre la loi controversée sur la sécurité nationale, la considérant comme une grave violation du traité sino-britannique sur la rétrocession de l'ancienne colonie britannique à la Chine en 1997.

Autre sujet qui fâche, l'exclusion par Londres de l'équipementier chinois Huawei, accusé d'espionnage par Washington, de son réseau 5G. Un projet de loi en ce sens a été présenté en novembre au Parlement.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2021

Tendance hésitante à la mi-journée à la Bourse de Paris ! Les investisseurs restent très focalisés sur les actualités du côté des valeurs depuis ce matin en attendant l’audition de Janet…

Publié le 19/01/2021

La cote américaine est attendue en hausse avant bourse ce mardi

Publié le 19/01/2021

Halliburton, géant des services pétroliers, publie pour son quatrième trimestre des pertes limitées et des revenus supérieurs aux attentes...

Publié le 19/01/2021

Deuxième séance de cotations et deuxième séance de forte hausse pour Stellantis qui s'adjuge 5% à 14,1 euros en matinée sur la place parisienne...

Publié le 19/01/2021

AXA a annoncé l’extension de sa stratégie de smart working à l’ensemble de ses entités dans le monde. Cette stratégie vise à développer une organisation du travail hybride, qui combine…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne