En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 260.64 PTS
-
5 253.00
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 158.74
+0.00 %
DAX PTS
11 346.65
-
Dowjones PTS
25 516.83
+0.06 %
7 316.96
+0.00 %
1.131
-0.03 %

Loi énergie: rendre le texte plus "ambitieux", assurent Rugy et Griveaux

| AFP | 342 | 5 par 1 internautes
François de Rugy le 5  février 2019 à l'Assemblée nationale
François de Rugy le 5 février 2019 à l'Assemblée nationale ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Le report de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi sur l'énergie, prévue initialement lundi, permettra de rendre le texte "plus ambitieux" sur les objectifs climatiques, ont assuré le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

"Il y a eu des demandes de préciser certains aspects, certaines dispositions. Ce que nous allons faire donc, c'est reporter d'une semaine ou deux (la présentation du projet de loi, NDLR). C'est juste une question d'améliorer encore le texte pour le rendre plus ambitieux sur le climat", a affirmé François de Rugy sur RMC/BFMTV.

"On souhaite rendre le texte plus ambitieux, notamment en matière d'efficacité énergétique et de baisse des émissions de gaz à effet de serre" a abondé Benjamin Griveaux à l'issue du Conseil des ministres.

Selon le porte-parole, "l'objectif de baisse de la consommation d'énergie en 2030 sera clairement affirmé et c'est bien 20% de baisse. Ca veut dire aussi que l'objectif de neutralité carbone est maintenu en 2050".

"Nous l'avons dit depuis le 1er jour: à la fin du quinquennat, donc en 2022, il n'y aura plus de centrales à charbon en activité", a encore assuré M. Griveaux, tout en rappelant que la France sera "le premier pays au monde à ne plus avoir de centrales à charbon".

Le texte doit modifier plusieurs objectifs de la loi sur la transition énergétique de 2015 que le gouvernement ne jugeait pas atteignables, en particulier sur la baisse du nucléaire et la réduction des consommations d'énergie.

Mais plusieurs aménagements ont été très critiqués par des ONG, certains élus et le Conseil économique, social et environnemental (Cese). L'exécutif voulait en particulier remplacer par la "neutralité carbone" d'ici à 2050 l'ancien objectif de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre.

"Certains avaient dit +c'est plus flou que ce qu'il y avait auparavant+ qui était (de) diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre. En réalité c'est beaucoup plus ambitieux. Nous allons donc l'écrire de façon plus précise que ça ne l'était", a indiqué François de Rugy.

"La neutralité carbone ça veut dire qu'on divise non pas par quatre, mais plutôt par six ou sept" les émissions de gaz à effet de serre, a assuré Benjamin Griveaux.

Le texte devait également revenir sur l'objectif de baisse des consommations d'énergie en visant -17% en 2030, contre 20% prévus initialement. Finalement, cet objectif ne devrait pas être raboté.

L'adoption de ce projet de loi est un préalable indispensable à la publication de la prochaine programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), actuellement en consultation, qui décline la feuille de route énergétique de la France à l'horizon 2028.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/03/2019

Le groupe StreamWIDE devrait confirmer, développer et conforter sa position d'acteur majeur en 2019...

Publié le 26/03/2019

"Cette reconnaissance illustre l'intérêt, la qualité et la diversité de la recherche translationnelle que nous menons actuellement avec AsiDNA", indique Onxeo...

Publié le 26/03/2019

  Communiqué de presse       Banque Profil de Gestion SA : Rapport annuel 2018       Genève, le 26 mars 2019 - La Banque Profil de Gestion SA (SIX Swiss Exchange : BPDG) a…

Publié le 26/03/2019

La stratégie du groupe Delta Drone repose sur la dronification de secteurs d'activité ciblés...

Publié le 26/03/2019

Le ton monte entre CIAM et Scor en vue de l'Assemblée générale...