En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.141
-0.01 %

Loi alimentation: les Jeunes agriculteurs inquiets

| AFP | 783 | Aucun vote sur cette news
Jérémy Decerle, président du Syndicat des Jeunes agriculteurs (JA)
Jérémy Decerle, président du Syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives )

Le syndicat des Jeunes agriculteurs (JA), proche de la FNSEA, craint une absence de compromis sur les indicateurs de coûts de production, sujet hyper sensible de la loi alimentation qui doit être discutée à partir de mardi à l'Assemblée nationale.

"Nous avons un mal fou, je dis bien fou, à nous faire entendre du gouvernement sur un des fondements du nouveau dispositif censé être mis en place par la loi" destinée à permettre aux paysans de vivre de leur production, a déclaré Jérémy Decerle, président des JA en clôture de la manifestation annuelle du syndicat, la fête agricole Terres de Jim, à Fougères (Ille-et-Vilaine).

"Nous demandons à ce que les producteurs, quand ils se regroupent pour négocier avec leurs clients" (industriels de l'agroalimentaire, distribution etc) "puissent faire prendre en compte leurs coûts de production" a rappelé M. Decerle.

"Pour ce faire, ils ont besoin qu'il existe des indicateurs neutres, fiables, incontestables, sur ces coûts de production. Le mieux étant que toutes les parties se mettent d'accord sur ces indicateurs" a-t-il dit.

Au dernier moment au printemps, la loi n'a pas été votée, aucun accord n'intervenant sur ce sujet en commission mixte paritaire.

Le gouvernement a demandé aux interprofessions qui regroupent l'ensemble d'une filière, depuis les producteurs (agriculteurs) jusqu'aux distributeurs (grandes surfaces) en passant par les transformateurs (industrie agroalimentaire) de se mettre d'accord sur ces fameux indicateurs de coût de production.

Tout en reconnaissant qu'il s'agit de la meilleure méthode, le syndicat des JA demande que, lorsque la discussion n'aboutit pas dans ce cadre, les indicateurs puissent être mis en place par une entité publique neutre, comme l'observatoire des prix et des marges.

Les agriculteurs refusent de se voir imposer des indicateurs de coûts de leur production par l'agroalimentaire ou la distribution, qui se basent sur des prix des matières premières issus des marchés mondiaux, forcément plus bas que les leurs.

"Je n'ai pas fait Harvard, mais je crois qu'entre ce que nous demandons et l'économie administrée, il y a une sacrée marge" a dit M. Decerle, en soulignant l'unanimité sur ce sujet entre les syndicats agricoles.

"La base de tout, c'est notre revenu, et ce qui se joue ces jours-ci m'inquiète vraiment" a-t-il ajouté.

Dans sa réponse, le ministre Stéphane Travert a bien souligné la mise en place d'un dispositif permettant que "l'observatoire de la formation des prix et des marges puisse venir aider à trouver ces indicateurs".

Mais, "en cas de blocage", il s'en remet au "médiateur des relations commerciales agricoles", qui "pourra aider les interprofessions à définir les indicateurs et à se mettre d'accord", a-t-il dit lundi sur franceinfo.

"Nous voulons trouver une solution qui fasse consensus, que les agriculteurs ne soient pas les laissés pour compte dans ces discussions et que le juste prix soit le prix qui sorte à la fin pour une garantie d'un meilleur revenu pour les agriculteurs" a dit le ministre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…