En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les USA enquêtent sur GE après une lourde perte trimestrielle

| AFP | 261 | Aucun vote sur cette news
Logo du groupe General Electrics
Logo du groupe General Electrics ( SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

General Electric (GE) a révélé mardi que les autorités américaines avaient ouvert des enquêtes sur une charge lourde de 22 milliards de dollars sur sa division Énergie (Alstom) ayant conduit à l'une des plus grosses pertes trimestrielles de son histoire.

Le département de la Justice (DoJ) et le gendarme des marchés, la SEC, qui s'intéressaient déjà de près aux pratiques comptables de l'entreprise, ont étendu leurs investigations à la suite de nouvelles charges, a indiqué la directrice financière Jamie Miller, lors d'une conférence téléphonique de présentation des résultats trimestriels.

"Nous coopérons avec la SEC et le DoJ", a déclaré la dirigeante.

À Wall Street, l'action dévissait de 2,42% à 10,89 dollars vers 12H55 GMT dans les échanges électroniques de pré-séance, après avoir évolué un peu plus tôt dans le rouge.

Ces révélations interviennent après l'annonce d'une perte nette trimestrielle de 22,8 milliards de dollars (20,1 mds EUR) due principalement aux dépréciations d'actifs d'un montant de 22 milliards dans la division Énergie et rendues publiques début octobre.

La division Énergie ne parvient pas à se remettre de la chute des prix de l'électricité de gros, de l'effondrement des commandes de turbines qu'elle n'a pas su anticiper et des surcapacités.

GE a en effet continué à parier sur les énergies fossiles en rachetant par exemple en 2014 au plus fort les activités énergie de l'ex-fleuron français Alstom, la plus grosse acquisition de son histoire.

Le conglomérat industriel, un des baromètres de la santé de l'économie américaine, a ensuite été pris de court lorsque les coûts de développement des énergies "propres" (solaire et éolien) ont baissé, entraînant un déclin de la demande pour les énergies fossiles.

Il a ainsi passé pour 10 milliards de dollars de dépréciations d'actifs d'Alstom.

Les difficultés se sont aggravées à la mi-septembre quand GE a confirmé des problèmes d'oxydation sur sa nouvelle génération de turbines, censée permettre à GE de mieux braver la concurrence.

Pour repartir de l'avant, GE, qui fabrique le moteur d'avion LEAP avec le Français Safran, va scinder la division Énergie en deux.

Une première unité réunira les turbines à gaz et les services gaziers et une autre regroupera les générateurs à vapeur et électriques entre autres, a détaillé GE, qui veut également faire des économies en supprimant le siège dévolu à l'ancienne division Énergie.

Mme Miller a prévenu mardi que les difficultés dans l'Énergie allaient durer plus longtemps que prévu.

Au troisième trimestre, les commandes ont par exemple chuté de 18%, les revenus de 33%, tandis que la perte opérationnelle est de 631 millions de dollars (555 M EUR) contre un bénéfice de 464 millions il y a un an.

"GE doit changer", a déclaré Larry Culp, le nouveau PDG en place depuis le 1er octobre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...