5 535.26 PTS
-
5 537.0
-
SBF 120 PTS
4 427.90
-
DAX PTS
13 559.60
+0.71 %
Dowjones PTS
26 210.81
-0.01 %
6 963.46
+0.83 %
Nikkei PTS
24 029.57
-0.39 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les syndicats réclament que Pénicaud leur présente la 6e ordonnance

| AFP | 196 | Aucun vote sur cette news
La ministre du Travail Muriel Pénicaud lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée, le 28 novembre 2017
La ministre du Travail Muriel Pénicaud lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée, le 28 novembre 2017 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Les syndicats ont réclamé vendredi que la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, leur présente la sixième ordonnance réformant le Code du travail, selon un courrier dont l'AFP a obtenu copie, estimant que son contenu est "aussi lourd de conséquences" que les premières.

Le projet de cette sixième ordonnance, qui précise et corrige les cinq autres, a été présenté pour avis consultatif vendredi matin aux partenaires sociaux en sous-commission de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), une entité sous l'égide du ministère du Travail.

Mais les cinq syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC) ont refusé de rendre un avis sur cette ordonnance, souhaitant qu'elle soit d'abord présentée en séance plénière par la ministre du Travail.

Dans un courriel adressé au directeur de la direction générale du travail (DGT), Yves Struillou, les représentants de ces organisations expliquent qu'ils "rendront (leurs) avis, après sa présentation par Madame la ministre, lors de la prochaine CNNC".

Dans un communiqué, la CFE-CGC explique que cette décision est prise parce que le contenu de cette sixième ordonnance "est aussi lourd de conséquences" que les premières.

Le syndicat des cadres dénonce également les "cadences infernales" imposées par le gouvernement pour réformer.

La sixième ordonnance corrige les cinq autres, mais comporte aussi des précisions, notamment sur le financement du paritarisme, la fin du contrat de génération ou les compétences du "conseil d'entreprise", qui fusionne le comité d'entreprise, le CHSCT, les délégués du personnel, mais aussi les délégués syndicaux, et a donc capacité à négocier, selon le projet d'ordonnance.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

Tout faire pour convaincre la Cour d'appel de son bon droit...

Publié le 23/01/2018

Revue collective du dossier réglementaire...

Publié le 23/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/01/2018

  Atari innove pour accélérer le développement de son catalogue de plus de 200 jeux Accord avec StartEngine pour financer un premier jeu, RollerCoaster Tycoon®, sur la…

Publié le 23/01/2018

"Cet exercice a également été marqué par le franchissement d'étapes majeures sur nos axes prioritaires de développement"...

CONTENUS SPONSORISÉS