En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 863.02 PTS
-2.68 %
5 855.00
-2.77 %
SBF 120 PTS
4 627.29
-2.45 %
DAX PTS
13 204.77
-2.74 %
Dow Jones PTS
28 535.80
-1.57 %
8 952.18
-2.07 %
1.102
-0.06 %

La justice valide une reprise des smartphones reconditionnés Remade avec 211 licenciements

| AFP | 504 | 5 par 1 internautes
Des milliers de mobiles détruits par des salariés sur le site de Remade à Poilley dans la Manche le 13 décembre 2019
Des milliers de mobiles détruits par des salariés sur le site de Remade à Poilley dans la Manche le 13 décembre 2019 ( Damien MEYER / AFP/Archives )

La justice a validé jeudi un rachat de la société normande Remade (smartphones reconditionnés) qui implique la suppression de 211 postes sur 328, mais les représentants du personnel menacent de le bloquer, au risque d'une fermeture totale, s'ils n'obtiennent pas des actionnaires des indemnités supralégales pour les licenciés.

Le tribunal de commerce de Rouen "a ordonné la cession" des actifs à la société Fourth Wave Technology (créée en 2019 par son pdg Suresh Radhakrishnan) malgré un prix de rachat "faible" de 3,3 millions d'euros.

Le groupe Remade, basé à Poilley (Manche), près du Mont-Saint-Michel, et lancé en 2014, avait atteint un effectif de 680 personnes en 2019 avant d'être placé avec ses filiales en redressement judiciaire fin septembre.

Durant l'audience à huis clos du 9 janvier, dont le tribunal a publié un compte rendu jeudi, les administrateurs judiciaires avaient exprimé comme le parquet un avis favorable, soulignant la capacité du candidat à "échanger en toute transparence".

Siège de Remade à Poilley, dans la Manche, après une manifestation de salariés inquiets sur le sort de leur entreprise, en décembre 2019
Siège de Remade à Poilley, dans la Manche, après une manifestation de salariés inquiets sur le sort de leur entreprise, en décembre 2019 ( Damien MEYER / AFP/Archives )

En outre, le Britannique "dispose d'ouvertures à l'export qui semblent indispensables", avaient-ils ajouté.

La seconde offre présentée le 9 janvier, par le fondateur et ancien PDG Matthieu Millet, qui proposait de reprendre plus de salariés (142), pour 1,3 million d'euros, est donc rejetée.

Pour le contrôleur des AGS (régime de garantie des salaires), l'offre de M. Millet "peut être qualifiée de dangereuse et irrationnelle".

Mais à l'issue d'une assemblée générale, sans médias, dans les locaux flambants neufs de Remade à Poilley, la secrétaire CFDT du CSE Sophia Garcia a annoncé dans l'après-midi que les salariés allaient "empêcher la reprise de la société tant que" les actionnaires n'auraient pas accordé d'indemnités supralégales aux licenciés.

Les salariés "séquestrent" depuis mardi soir les 25.000 smartphones en stock, selon la CFDT.

"Les salariés sont solidaires, refusent de se faire mépriser une nouvelle fois et sont prêts à risquer de se faire licencier pour que leurs collègues qui vont être licenciés soient indemnisés du préjudice qu'ils ont subi", a ajouté l'avocat du CSE Thomas Hollande.

"Impression d'être à l'abattoir"

Manifestation de salariés, le 13 décembre 2019 à Poilley, dans la Manche
Manifestation de salariés, le 13 décembre 2019 à Poilley, dans la Manche ( Damien MEYER / AFP/Archives )

Ils réclament 3 millions d'euros aux actionnaires, "Idinvest, un des principaux fonds français qui appartient à Eurazeo, dont le vice-président du conseil de surveillance est Jean-Pierre Raffarin", LGT, "le principal actionnaire, qui dépend du Lichtentein" et Matthieu Millet, a poursuivi le conseil.

"Par rapport aux 200 millions investis par les actionnaires dans la société, c'est presque ridicule ce qu'on demande", a insisté l'avocat.

La loi Macron a supprimé en 2015 l'obligation pour les groupes de contribuer au financement des PSE des entreprises en redressement ou liquidation judiciaire.

Les actionnaires "ont commis des fautes directement à l'origine de la faillite de Remade (...) et on ira engager toutes les actions judiciaires possibles au civil comme au pénal pour qu'ils payent et qu'ils soient reconnus responsables", a affirmé Me Hollande.

Interrogée par l'AFP, sur cette annonce des salariés, le repreneur a indiqué qu'il les "comprenait". L’entrée en jouissance de la reprise a été fixée au 21 janvier.

M. Millet a été par le passé interdit de gérer plusieurs autres entreprises. Remade fait par ailleurs l'objet d'une enquête préliminaire pour faux bilan et fausses factures.

Jeudi en fin de journée, la lassitude dominait parmi les salariés.

Favorables au blocage de la reprise, Nathalie, 54 ans, Chrystel, 49 ans, Agnès, 59 ans, ne connaissaient pas encore leur sort, mais souhaiteraient être licenciées. "Aujourd'hui, on avait l'impression d'être à l'abattoir. A mon âge, ça va être difficile de retrouver du travail, mais j'en ai marre de tout ça. Et puis, on repart avec la même équipe de direction, alors, si c'est pour recommencer (la faillite NDLR) dans un an...", confie Nathalie.

Virginie, 33 ans et deux enfants, appréciait ici les horaires (9h-17h) et dit ne pas avoir envie de retrouver ceux des maisons de retraite où elle a travaillé auparavant, mais veut aussi partir. Un peu plus loin, une employée qui vit seule avec trois jeunes enfants, n'est, elle, pas prête à prendre le risque que tout le monde soit licencié et souhaiterait rester.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/01/2020

Le chiffre d'affaires consolidé du 4e trimestre 2019 se monte à 56,5 millions d'euros, assorti d'une croissance organique de +18,1%...

Publié le 27/01/2020

Les deux résolutions soumises au vote des créanciers ont été adoptées...

Publié le 27/01/2020

Les attentes sont fortes pour les résultats d'Apple pour le trimestre achevé fin décembre, qui seront publiés mardi soir après la clôture de Wall Street. Le titre de la firme à la pomme a plus…

Publié le 27/01/2020

La technologie de diffusion vidéo de bout en bout d'Anevia est choisie pour la nouvelle plateforme de télévision OTT espagnole...

Publié le 27/01/2020

Les axes stratégiques 2020 de Witbe seront détaillés lors de la publication des résultats annuels 2019...