En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
+0.05 %
5 467.00
+0.04 %
SBF 120 PTS
4 386.46
+0.05 %
DAX PTS
12 374.66
+0.19 %
Dowjones PTS
26 518.50
-0.16 %
7 559.17
+0.14 %
1.176
+0.15 %

Les salaires des cadres stables en 2017

| AFP | 149 | Aucun vote sur cette news
Les cadres du privé ont perçu en moyenne une rémunération annuelle brute de 56.000 euros en 2017, un niveau inchangé par rapport à 2016, selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec)
Les cadres du privé ont perçu en moyenne une rémunération annuelle brute de 56.000 euros en 2017, un niveau inchangé par rapport à 2016, selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Les cadres du privé ont perçu en moyenne une rémunération annuelle brute de 56.000 euros en 2017, un niveau inchangé par rapport à 2016, selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) publiée jeudi.

Le salaire médian (la moitié gagne plus, l'autre moins) a légèrement progressé sur un an, de 2% en euros courants, pour s'établir à 49.000 euros en additionnant parts fixe et variable.

L'étude, réalisée en avril 2018 auprès d'un échantillon représentatif de 14.000 cadres du privé, souligne "la grande hétérogénéité des situations professionnelles des cadres" et relève que 80% des rémunérations étaient comprises entre 35.000 et 85.000 euros.

Les disparités sont aussi grandes entre femmes et hommes: les femmes cadres ont touché un salaire annuel brut médian de 45.000 euros en 2017 contre 51.500 euros pour les hommes, soit un écart de 13% (en hausse d'un point par rapport à 2016).

Selon l'enquête, l'écart se crée avant 30 ans puisque 60% des hommes de cette tranche d'âge ont été augmentés en restant au même poste contre seulement 51% des femmes dans la même situation.

"Si une distorsion existe dès le début de carrière, elle tend à amplifier les écarts de rémunérations dans la durée", analyse l'étude.

L'industrie reste en tête des secteurs les plus lucratifs pour les cadres: les plus rémunératrices sont les filières chimie, caoutchouc, plastique (56.000 euros) et celle de l'industrie pharmaceutique (54.000 euros).

La taille des entreprises "influence également considérablement" le niveau de rémunération: les cadres en poste dans des entités de 1.000 salariés et plus ont touché un salaire médian de 51.000 euros contre 45.000 euros dans des structures de moins de 50 salariés.

Toutes tailles d'entreprise confondues, 52% des cadres comptent une part variable de court terme dans leur salaire (prime sur objectif ou commission sur chiffre d'affaire par exemple) et, pour la moitié d'entre eux, elle est supérieure à 9% de leur rémunération annuelle brute totale.

"La part des augmentations collectives connaît une érosion lente au profit des augmentations individuelles", constate également l'étude.

Ainsi, parmi les 46% de cadres restés au même poste qui ont bénéficié d'une hausse de leur rémunération en 2017, il s'agissait dans 26% des cas "d'augmentations exclusivement individuelles".

"De grandes inégalités salariales se creusent entre les différents niveaux hiérarchiques et entre les filières et les métiers", a réagi la confédération CGT des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict-CGT) dans un communiqué.

Le syndicat pointe "l'échec de la politique d'individualisation des salaires" et demande des "mesures de rattrapage pour les cadres lésés".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Par ailleurs, EDF a lancé avec succès une émission obligataire senior de 1 MdE...

Publié le 25/09/2018

spineEOS, logiciel de planification 3D en ligne de la suite EOSapps, sera présenté sur le stand EOS par un chirurgien de renom...

Publié le 25/09/2018

                                                                                ADC SIIC…

Publié le 25/09/2018

Esker propose ainsi à ses clients une solution pour automatiser la gestion de leurs encaissements. Rimilia renforcer son développement à l'international par un accord de distribution...

Publié le 25/09/2018

Les premiers clients de ce dispositif sont Audi et Coty...