5 352.76 PTS
-
5 328.50
-0.35 %
SBF 120 PTS
4 261.05
+0.00 %
DAX PTS
13 015.04
-
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les précédentes vagues de privatisations en France depuis 1986

| AFP | 643 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre français, Edouard Philippe, quitte l'Elysée après le conseil des ministres du 6 septembre 2017
Le Premier ministre français, Edouard Philippe, quitte l'Elysée après le conseil des ministres du 6 septembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP )

Avant les privatisations annoncées par le gouvernement d'Edouard Philippe, plusieurs vagues de cessions d'entreprises publiques ont été réalisées en France depuis les années 1980 par différents gouvernements, de droite mais aussi de gauche.

- 1986-1988: gouvernement Chirac -

Le gouvernement de Jacques Chirac, durant la première cohabitation (avec François Mitterrand à l'Elysée), revenant sur les nationalisations de 1981-82, lance plusieurs privatisations qui rapportent à l'Etat l'équivalent d'environ 13 milliards d'euros.

Il privatise en partie Saint-Gobain, la CGE, Havas, TF1 et Suez ainsi que les banques Paribas, BTP, BIMP, CCF, et Société générale. Il cède la Compagnie générale de constructions téléphoniques (CGCT) et la Mutuelle générale française.

En 1988, c'est la privatisation partielle de Matra et la mutualisation de la Caisse nationale de Crédit agricole.

- 1993-1997: gouvernements Balladur et Juppé -

Une deuxième vague de privatisations est lancée entre 1993 et 1997 par les gouvernements d'Edouard Balladur (durant la seconde cohabitation avec François Mitterrand) et Alain Juppé (au début du premier septennat de Jacques Chirac), portant sur l'équivalent de 26 milliards d'euros.

L'Etat cède des participations dans le Crédit local de France, la BNP, Rhône-Poulenc, Elf-Aquitaine, les assureurs UAP et AGF, la Seita, Usinor-Sacilor, Total, Renault, Bull ou Péchiney.

- 1997-2002: gouvernement Jospin -

Arrivé à Matignon en juin 1997 (en cohabitation avec Jacques Chirac), Lionel Jospin poursuit les privatisations et cède pour un total d'une trentaine de milliards d'euros des parts de nombreuses entreprises entreprises.

Il s'agit notamment de France Telecom, de Thomson-CSF, Air France ou Eramet ainsi que des banques CIC, Société marseillaise de crédit et Crédit lyonnais. Les assureurs Gan et CNP sont également totalement ou partiellement cédés.

- 2004-2005: présidence Chirac -

De nouvelles privatisations, concernant les transports en particulier, sont engagées en 2004-2005, par les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin puis Dominique de Villepin, durant le second mandat de Jacques Chirac.

L'Etat procède à la privatisation du motoriste aéronautique Snecma, qui fusionne avec la Sagem pour former le groupe Safran, et des sociétés d'autoroutes SANEF, SAPRR et ASF. Il cède de nouvelles parts de France Télécom, passant sous la barre symbolique des 50%, et lance l'ouverture du capital d'EDF et GDF.

- 2012-2016: présidence Hollande -

Très peu de privatisations interviennent sous la présidence de Nicolas Sarkozy, marquée par la crise financière, qui rend les cessions d'actifs peu rentables.

Sous celle de François Hollande, en juin 2013, le ministère des Finances retient Vinci et l'assureur Predica (groupe Crédit Agricole) pour reprendre les 9,5% du capital d'Aéroports de Paris.

En mars 2016, l'Etat lance la privatisation partielle des aéroports de Nice et Lyon pour 1,7 milliard d'euros, après avoir cédé la moitié de ses parts dans celui de Toulouse à un consortium chinois, pour 300 millions d'euros.

Entre 2013 et 2016, l'Etat cède à plusieurs reprises des parts de Safran, passant de quelque 30% à 14% du capital.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/11/2017

La société se renforce en Roumanie et en France...

Publié le 23/11/2017

Engie renforce sa présence sur le marché de l'énergie renouvelable mexicain en remportant quatre projets lors de la vente aux enchères d'électricité à long terme organisée par le Centre…

Publié le 23/11/2017

Delta Drone indique que la société YA II CD a exercé ce jour 130 bons d'émission ("BEOCABSA") d'obligations convertibles en actions assorties de bons...

Publié le 23/11/2017

Engie a signé un accord engageant sous conditions avec la maison-mère d'Alinta Energy, Chow Tai Fook Enterprises, en vue de lui céder ses parts dans la centrale australienne Loy Yang B de…

Publié le 23/11/2017

TFF Group a décidé la mise en œuvre effective de la division par quatre du nominal de l’action pour le fixer à 0,40 euro dans le prolongement des décisions prises par l’Assemblée des…

CONTENUS SPONSORISÉS