5 520.84 PTS
+0.20 %
5 513.0
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 402.55
+0.08 %
DAX PTS
13 230.80
+0.23 %
Dowjones PTS
25 803.19
+0.89 %
6 758.54
+0.00 %
Nikkei PTS
23 951.81
+1.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les pêcheurs de France se réunissent à Quimper, dans le fog du Brexit

| AFP | 263 | Aucun vote sur cette news
Pêcheurs sur le port du Guilvinec le 7 février 2017
Pêcheurs sur le port du Guilvinec le 7 février 2017 ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

Inquiets d'un Brexit qui menace leur prospérité, les acteurs de la pêche française veulent faire entendre leur voix jeudi et vendredi à Quimper, craignant d'être laissés-pour-compte dans les négociations de divorce entre Londres et les Européens.

Ne pas faire de la pêche "la variable d'ajustement du Brexit": la revendication revient souvent dans la bouche des professionnels et sera dans toutes les têtes des quelque 500 congressistes.

"On ne veut pas être marginalisés, être mis de côté", explique à l'AFP Hubert Carré, directeur général du comité national des pêches: "Depuis trois ans, on peut gagner de l'argent, il faut éviter que le Brexit aboutisse à l'équivalent de ce qu'a connu la sidérurgie dans les années 80."

Car la sécession britannique menace l'horizon jusqu'ici dégagé de la pêche française, qui se porte mieux, après des années très difficiles.

Les stocks sont revenus à des niveaux qui permettent une exploitation durable, la demande en produits de la mer est toujours très soutenue et fait grimper les cours et, même si la prudence est de mise, le prix du gasoil est au plus bas depuis trois ans.

"Les entreprises ont gagné de l'argent et c'est pour ça qu'un certain nombre en profitent" pour renouveler timidement une flotte vieillissante, indique Hubert Carré.

Débarquement du poisson à Quiberon (Morbihan), le 15 décembre 2016
Débarquement du poisson à Quiberon (Morbihan), le 15 décembre 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Mais, selon les contours qu'il adoptera, le Brexit pourrait laisser à quai de nombreux armements. Les captures dans les eaux britanniques représentent en moyenne 30% du total des captures de la pêche française. Un chiffre qui peut grimper très vite, jusqu'à plus du double dans les régions les plus septentrionales.

"Vous prenez les fileyeurs de Dunkerque ou Calais, ils font 20 minutes à la sortie du port, ils sont dans les eaux britanniques. C'est 75% de leur chiffre d'affaires", s'alarme Hubert Carré.

D'où une inquiétude pour l'emploi: les marins embarqués sur les bateaux sont près de 15.000, sans compter les milliers d'emplois à terre, notamment dans le mareyage (4.500 emplois) et la transformation (16.000 emplois).

- Boom des départs à la retraite -

Problème, le Brexit survient alors que la courbe démographique de l'emploi du secteur amorce un tournant critique.

Entre 2016 et 2020, ce sont pas moins de 1.400 chefs d'entreprises -soit 30%- qui partent à la retraite, selon le comité national des pêches, craignant que beaucoup ne soient pas remplacés.

Bateau de pêche quittant le port du Palais, à Belle-Ile-en-Mer, le 15 décembre 2016
Bateau de pêche quittant le port du Palais, à Belle-Ile-en-Mer, le 15 décembre 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

"On doit défendre l'accès aux eaux pour la pêche artisanale et la pêche côtière (…) sans quoi il n'y a plus de pêche", expliquait en juillet le ministre français de l'Agriculture Stéphane Travert à des journalistes à Bruxelles.

Il faudra pour cela "trouver des accords" avec les Britanniques, avait-il ajouté, tentant de rassurer la filière.

Les Britanniques avaient annoncé deux semaines plus tôt qu'ils quitteraient la Convention de Londres sur la pêche de 1964 (soit avant l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE en 1973) pour retrouver le contrôle exclusif des droits de pêche à proximité des côtes britanniques. Le signal d'une volonté de négocier un Brexit dur, pour certains, de l’esbroufe pour d'autres, même si l'absence de nouvelles sur les négociations ne laisse pas d'inquiéter.

"Les Anglais pêchent aussi dans les eaux européennes", rappelle le patron du port de Lorient, Maurice Benoish. "Si c'était un Brexit dur, ce serait très mauvais pour les Français et le port de Lorient, mais ce ne serait pas bon pour les Anglais non plus", estime-t-il.

D'autant que "les poissons ne connaissent pas les frontières administratives qu'on fixe sur la mer. (...) On peut espérer que le bon sens l'emportera".

Autre argument dans les négociations, dit Hubert Carré, les Britanniques "vont être complètement tributaires du marché européen et c'est là où on va commencer, nous, à leur dire: +Bon, vous ne voulez plus de navires européens dans votre zone économique, simplement vous ne consommez pas ce que vous pêchez, vous exportez tout du Royaume-Uni vers l'Europe, ça va être du donnant-donnant.+"

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

Nombreuses emplettes...

Publié le 16/01/2018

    Réduction de capital par annulation d'actions     Neuilly-sur-Seine, le 16 janvier 2018 - Dans le cadre des programmes de rachat d'actions 2016 et 2017,…

Publié le 16/01/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition, réalisée le 26 décembre 2017, de l’immeuble de bureaux L’Éclat, à Toulouse, auprès du promoteur Bouygues Immobilier. Achevé à la fin décembre…

CONTENUS SPONSORISÉS