5 366.15 PTS
+0.48 %
5 364.00
+0.55 %
SBF 120 PTS
4 270.60
+0.45 %
DAX PTS
13 167.54
+0.83 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+1.11 %
Nikkei PTS
22 416.48
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les pays du Golfe doivent "accélérer la diversification de leur économie" (FMI)

| AFP | 87 | Aucun vote sur cette news
Un Emirati devant un terminal pétrolier dans le Golfe, le 21 septembre 2016. Les pays du Golfe sont appelés à diversifier leur économie trop dépendante du pétrole
Un Emirati devant un terminal pétrolier dans le Golfe, le 21 septembre 2016. Les pays du Golfe sont appelés à diversifier leur économie trop dépendante du pétrole ( KARIM SAHIB / AFP/Archives )

Le Fonds monétaire international (FMI) a conseillé mardi aux pays du Golfe "d'accélérer la diversification" de leur économie, encore trop dépendante du pétrole, jugeant le moment "opportun".

Ces pays --Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar--, qui sont regroupés dans le Conseil de coopération du Golfe (CCG), devraient enregistrer cette année leur plus faible croissance du PIB depuis 2009, à +0,5%, a prédit le FMI.

"C'est aujourd'hui le moment opportun pour eux d'accélérer la diversification de l'économie hors du secteur pétrolier. Il faut promouvoir un rôle accru du secteur privé pour soutenir la croissance et créer davantage d'emplois", a déclaré à l'AFP le directeur pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord au FMI, Jihad Azour.

"Préparer les économies à l’ère post-pétrole devient une priorité pour toute la zone du Golfe", a-t-il insisté.

Les monarchies du Golfe ont longtemps mené grand train grâce à la manne pétrolière et gazière. Mais depuis l'effondrement des cours de l'or noir en 2014, leurs déficits budgétaires se sont creusés de manière abyssale, les forçant à couper certaines subventions, à introduire de nouvelles taxes et à stimuler d'autres secteurs économiques.

Pour M. Azour, l'introduction d'une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 5% annoncée par l'Arabie saoudite et les Emirats pour le début de 2018 est une des mesures qui permettra d'arriver à cette diversification tant souhaitée.

"Son taux bas aura un impact limité sur l'inflation", a souligné le responsable du FMI qui estime qu'elle permettra de générer entre 1,5% et 2% de Produit intérieur brut (PIB) chaque année.

Le FMI a par ailleurs souligné que le secteur non pétrolier enregistrait une croissance plus rapide que prévue en Arabie saoudite, pays qui est le premier exportateur de pétrole dans le monde.

La croissance de la première économie du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord sera quasiment nulle cette année, mais le FMI voit malgré tout des signes positifs dans ce pays qui a lancé un vaste plan de transformation économique baptisé "Vision 2030".

- Redressement -

Le directeur du FMI pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Jihad Azour lors d'un entretien avec l'AFP à Dubaï le 30 octobre 2017
Le directeur du FMI pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Jihad Azour lors d'un entretien avec l'AFP à Dubaï le 30 octobre 2017 ( KARIM SAHIB / AFP )

Ryad veut notamment créer une gigantesque zone économique, NEOM, sur les bords de la mer Rouge. Elle doit être dédiée à des secteurs aussi différents que la biotechnologie, le numérique, l'alimentation et les médias, selon le prince héritier Mohammed ben Salmane.

"L'économie saoudienne se redresse et la mise en œuvre graduelle des ajustements budgétaires va lui permettre de croître plus rapidement", prédit M. Azour.

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis pourraient atteindre l'équilibre budgétaire en 2020 et 2022.

Le royaume saoudien a affiché des déficits budgétaires d'un total de 170 milliards d'euros en 2014, 2015 et 2016, et devrait enregistrer un déficit de 45 milliards d'euros cette année.

Et preuve que le pétrole n'est plus aujourd'hui la ressource miracle, le FMI a indiqué que les économies des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord qui doivent importer de l'or noir devraient elle enregistrer une croissance solide de 4,3% cette année, largement supérieure à celle des pays exportant du brut.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Lors de la conférence annuelle de la RSNA 2017La toute dernière technologie offre de nouvelles modalités d'imagerie avec des vitesses et des...

Publié le 21/11/2017

L'Iran a mis en garde Total contre la perte de son investissement s'il se désengageait du champ gazier géant South Pars.

Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

CONTENUS SPONSORISÉS