En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les néobanques bien installées en France, mais toujours pas rentables

| AFP | 366 | Aucun vote sur cette news
Une enseigne de la néobanque Orange Bank à Paris, le 2 novembre 2017
Une enseigne de la néobanque Orange Bank à Paris, le 2 novembre 2017 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Les néobanques et banques mobiles ont progressivement réussi à s'installer dans un paysage bancaire français pourtant mature, mais la rentabilité à long terme de leur modèle d'affaires reste à démontrer, estime mercredi le superviseur bancaire français dans une étude.

"Ces nouveaux acteurs ont de fait gagné des parts de marché: 6,5% des Français en sont aujourd'hui clients et surtout un tiers des conquêtes clients ont été réalisées par ces nouveaux acteurs en 2017. Par leur dynamisme commercial, ils sont devenus des acteurs incontournables de la banque de détail en France", souligne dans une étude l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui opère sous l'égide de la Banque de France.

Si ces nouveaux venus s'adressaient initialement "à des clientèles minoritaires, déjà bancarisées et plutôt complémentaires à celles des réseaux traditionnels, ils touchent aujourd'hui de plus en plus le grand public", est-il ajouté dans l'étude, réalisée auprès de douze néobanques et banques mobiles actives sur le marché français.

Nikolaï Storonsky, le fondateur et PDG de la banque mobile Revolut, à Paris, le 30 janvier 2018
Nikolaï Storonsky, le fondateur et PDG de la banque mobile Revolut, à Paris, le 30 janvier 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Apparu à partir des années 2000, ce nouveau type de banques mise massivement sur le numérique et la téléphonie mobile pour réinventer les services financiers et faciliter l'expérience des clients, tout en réduisant drastiquement les frais bancaires via l'économie d'un coûteux réseau d'agences physiques.

Problème, "sauf quelques rares exceptions ces nouveaux acteurs ne sont pas parvenus à dégager des résultats positifs en 2017" et "les incertitudes restent nombreuses quant à la capacité des nouveaux acteurs bancaires à construire un modèle d'affaires rentable", relève l'étude.

Un certain nombre de banques mobiles et néobanques ont toutefois affiché leur ambition d'être rentables à fin 2020.

"Tout l'enjeu réside donc dans leur capacité à maintenir leur dynamique de développement et d'en amortir les coûts afférents. Or, si les acteurs sondés dans notre étude ambitionnent un total de 13,3 millions de clients à fin 2020, aucun élément ne laisse présager une croissance du marché français: la population française est déjà fortement bancarisée, la croissance démographique reste faible et l'hypothèse d'une augmentation structurelle de la multi-bancarisation est débattue", pointe l'ACPR.

Néanmoins, "si les ambitions stratégiques de ces nouveaux acteurs venaient pour tout ou partie à se réaliser, cela aurait nécessairement pour corollaire un bouleversement des positions acquises par les acteurs traditionnels", est-il souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...