En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Les métallos allemands veulent coûte que coûte les 28 heures

| AFP | 481 | Aucun vote sur cette news
Le syndicat IG Metall menace de grèves pour obtenir un droit à une semaine de 28 heures
Le syndicat IG Metall menace de grèves pour obtenir un droit à une semaine de 28 heures ( TOBIAS SCHWARZ / AFP/Archives )

Le début d'année s'annonce tendu dans le secteur de la métallurgie en Allemagne, le syndicat IG Metall menaçant de grèves pour arracher un droit à une semaine de 28 heures avec une perte de salaire limitée.

Si les partenaires sociaux ont entamé dès l'automne des négociations, qui concernent quelque 3,9 millions de salariés, ils rentreront dans les détails en janvier, après l'expiration le 31 décembre du précédent accord salarial et de facto de la trêve qui interdit tout conflit social.

Les compromis conclus dans ces branches essentielles de la première économie européenne, comme l'automobile, les machines-outils ou l'électronique, ont souvent vocation à servir de modèle pour les autres secteurs.

Après les premiers pourparlers, où conformément à une tradition bien rodée, chacun a exposé ses réclamations, les nerfs sont déjà à vif.

Au lendemain de Noël, le patron d'IG Metall -- plus grande organisation syndicale d'Europe -- a annoncé des débrayages dans toutes les régions à partir du 8 janvier.

"Si les employeurs ne révisent pas leur position d'ici la fin janvier, alors nous réfléchirons à l'opportunité de recourir à des débrayages sur 24 heures ou d'organiser un vote pour des grèves dans tout le pays", a déclaré Jörg Hofmann mardi à l'agence allemande DPA. Cela ne s'est pas produit depuis 2002.

- 'Paillassons' -

IG Metall veut une augmentation salariale de 6%, Gesamtmetall propose 2%. Rien d'inhabituel. En général, les parties se retrouvent à mi-chemin.


IG Metall veut permettre à des salariés soumis à un travail épuisant de réduire leur temps de travail de 35 à 28 heures, mais sans perdre la totalité du salaire pour ces 7 heures travaillées en moins
IG Metall veut permettre à des salariés soumis à un travail épuisant de réduire leur temps de travail de 35 à 28 heures, mais sans perdre la totalité du salaire pour ces 7 heures travaillées en moins ( Sebastian Willnow / dpa/AFP/Archives )

Les vrais raisons de la colère du syndicat portent sur le rejet catégorique par les employeurs de son projet de semaine de 28 heures.

Il ne s'agit pas d'un modèle similaire à la semaine des quatre jours en vigueur entre 1994 et 2006 dans les usines allemandes du constructeur automobile Volkswagen, dont l'objectif à l'origine était de sauver des dizaines de milliers d'emplois.

IG Metall veut permettre à des salariés soumis à un travail épuisant, ayant des enfants en bas âge, ou un parent nécessitant des soins particuliers, de réduire leur temps de travail de 35 à 28 heures, mais sans perdre la totalité du salaire pour ces sept heures travaillées en moins.

La formule, limitée à une période de deux ans, prévoit aussi l'assurance de revenir à un emploi à plein temps.

On a toujours demandé plus d'efforts aux travailleurs, "l'heure est venue d'exiger plus d'autodétermination pour adapter les heures de travail à leur situation personnelle", a argumenté le chef du syndicat lors d'une rencontre avec la presse en octobre à Francfort.

Les salariés ne veulent pas être toujours "les paillassions de la flexibilisation", a-t-il martelé, pointant les bénéfices en forte hausse dégagés par les industriels qui ne doivent pas récompenser les seuls actionnaires.

"Trop coûteuse", "injuste" et même "contraire à la loi", réplique le chef de la fédération patronale Gesamtmetall. "C'est la règle: celui qui travaille plus gagne plus, celui qui travaille moins gagne moins", a insisté Rainer Dulger dans un récent entretien à la presse régionale.

-'Idée moderne'-

Le patron de Gesamtmetall dit aussi craindre un recours massif à un tel droit car il pourrait conduire à une aggravation du manque de main d'oeuvre qualifiée dans le secteur.

Pour Holger Schmieding, chef économiste de la banque Berenberg, la mesure est susceptible surtout "d'affecter les petites et moyennes entreprises", vitales pour l'industrie allemande. Et "répliquée dans toute l'économie, elle pourrait causer de sérieux dommages", indique-t-il à l'AFP.

Gustav Horn, directeur de l'institut de recherche économique de la fondation Hans Böckler, proche des syndicats, juge lui l'idée "très moderne" car elle adapte le travail aux phases de vie des salariés.

Andrea Nahles, ancienne ministre du Travail, à Berlin, le 7 décembre 2017
Andrea Nahles, ancienne ministre du Travail, à Berlin, le 7 décembre 2017 ( Odd ANDERSEN / AFP/Archives )

Le débat ne manquera pas d'accompagner les discussions début janvier entre les sociaux-démocrates et les conservateurs d'Angela Merkel pour former un nouveau gouvernement.

La sociale-démocrate Andrea Nahles, ancienne ministre du Travail, a déjà qualifié de "bonne chose" le fait qu'IG Metall ait placé le thème de l'aménagement du travail au coeur de ses revendications.

Celle qui avait tenté --en vain-- d'imposer aux employeurs de reprendre leurs salariés à plein temps après une période à temps partiel, sera l'une des principales négociatrices des pourparlers gouvernementaux à venir.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/07/2018

La grève a coûté 790 millions d'euros à la SNCF, selon un chiffrage interne ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )Le mouvement des cheminots contre la réforme ferroviaire a coûté cher à la SNCF,…

Publié le 20/07/2018

790 millions d’euros. C’est le coût de la grève qui a eu lieu à la SNCF entre le 22 et le 28 juin, selon les informations rapportées par l’AFP. Cela représente un coût de 21 millions…

Publié le 20/07/2018

La grève a coûté 790 millions d'euros à la SNCF, selon un chiffrage interne ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )Le mouvement des cheminots contre la réforme ferroviaire du gouvernement a coûté…

Publié le 18/07/2018

Electrolux a une nouvelle alerté sur l'évolution de ses coûts sur l'ensemble de l'exercice, à l'occasion de la publication de ses résultats du deuxième trimestre. Le groupe table désormais sur…

Publié le 16/07/2018

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a évalué à 7,78 milliards d'euros, pour 2019, le montant des charges qui permettent de financer le soutien public aux énergies renouvelables (…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…