5 327.00 PTS
-0.25 %
5 329.00
-0.10 %
SBF 120 PTS
4 247.46
-0.09 %
DAX PTS
13 058.66
-
Dowjones PTS
23 430.33
+0.31 %
6 308.61
+0.00 %
Nikkei PTS
22 416.48
+0.70 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les "méga-projets" saoudiens, beaucoup d'ambitions et autant de risques

| AFP | 139 | Aucun vote sur cette news
Des participants au  Forum international de l'investissement à Ryad, le 25 octobre 2017
Des participants au Forum international de l'investissement à Ryad, le 25 octobre 2017 ( FAYEZ NURELDINE / AFP )

Des lions en hologrammes pour impressionner les touristes, des robots qui parlent ou des taxis volants... L'Arabie saoudite éblouit les investisseurs avec ses "méga-projets" futuristes mais les sceptiques s'interrogent sur leur viabilité à l'ère d'un pétrole bon marché.

Le royaume a récemment dévoilé plusieurs projets faramineux: une cité de divertissement à Ryad qui rivaliserait avec les parcs d'attraction Disney, une station balnéaire bordée de corail sur la mer Rouge ou encore NEOM, gigantesque zone de développement présentée comme l'équivalent régional de la Silicon Valley.

Les esquisses de ces projets ont été présentées à quelque 3.500 chefs d'entreprises au cours d'un forum international d'investissement --surnommé "Davos dans le désert"-- vantant le royaume comme une destination d'affaires.

"L'initiative est trop ambitieuse, elle implique des risques immenses et n'aidera pas à répondre efficacement aux défis du marché de l'emploi", estime toutefois le centre de réflexion Eurasia Group au sujet du projet NEOM.

"Le lancement continu de nouvelles initiatives et de nouveaux plans d'investissement (...) transmet une image de dynamisme. Le gouvernement n'a toutefois pas la capacité de mener à bien plusieurs programmes ambitieux" à la fois, ajoute-t-il.

L'Arabie saoudite, fait en effet face à d'importantes difficultés budgétaires, en raison de la chute des cours du pétrole --sa principale ressource-- au cours des trois dernières années.

"Ma boule de cristal est brumeuse", affirme Alan Lowe, de l'American Business Group de Ryad. "Nous n'avions jamais rien vu de tel dans le passé. Il faut voir" comment se mettent en place les projets, dit-il à l'AFP.

- La volonté du prince -

D'un montant estimé à plusieurs centaines de milliards de dollars, ces projets sont nés de la volonté du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, architecte d'un vaste plan de réformes économiques appelé "Vision 2030" pour réduire la dépendance au pétrole.

Agé de 32 ans, le prince cherche un soutien auprès des jeunes mais a du mal à convaincre l'ensemble de la population que ses réformes seront créatrices d'emploi, dans un pays où le chômage reste élevé avec un taux d'environ 12,8%.

Avec des investissements prévus de 500 milliards de dollars (425 milliards d'euros), NEOM porte sur la création, dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, d'une zone économique spéciale de 26.500 km2, aux confins de la Jordanie et de l'Egypte.

Un Saoudien échange avec un robot au Forum international de l'investissement à Ryad, le 25 octobre 2017
Un Saoudien échange avec un robot au Forum international de l'investissement à Ryad, le 25 octobre 2017 ( FAYEZ NURELDINE / AFP )

Des robots assureront une partie des services, selon la vidéo de promotion du projet.

Mais le centre d'analyses Capital Economics a souligné dans un récent rapport les "piètres" performances du royaume saoudien pour mener à bien des projets à grande échelle.

Il cite en exemple la Cité économique de Jeddah (ouest), qui était censée rivaliser avec Dubaï comme hub commercial, mais dont la réalisation a enregistré des retards à répétition.

Les partisans des nouveaux projets saoudiens soulignent toutefois un changement de taille à leurs yeux: ces derniers sont directement impulsés par le puissant prince qui s'est donné pour objectif de transformer radicalement le royaume.

- 'Sautez dans le train' -

Selon Mohammed ben Salmane, c'est le secteur privé qui mettra en place le cadre réglementaire de NEOM afin d'encourager les investissements, contrairement aux anciens projets qui étaient régis par les lourdes règlementations bureaucratiques du pays.

Créer cet environnement légal favorable aux investissements est une des préconditions pour réussir, estime un homme d'affaires saoudien s'exprimant auprès de l'AFP sous le couvert de l'anonymat.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et la directrice générale du Fonds monétaire international au cours du Forum international de l'investissement à Ryad le 24 octobre 2017
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et la directrice générale du Fonds monétaire international au cours du Forum international de l'investissement à Ryad le 24 octobre 2017 ( FAYEZ NURELDINE / AFP )

Le Fonds public d'investissement du royaume, qui a pour objectif de multiplier par deux ses actifs à environ 400 milliards de dollars en 2020, devrait être le principal investisseur dans ces projets.

Certains acteurs du secteur privé, comme le milliardaire Richard Branson, ont déjà promis d'investir mais reste à enregistrer d'autres engagements.

Malgré les risques qui pèsent sur la concrétisation effective de ces projets, nombre d'analystes voient l'ambition affichée comme un tournant.

"Pour la première fois, l'Arabie saoudite ne se tourne pas vers (les ressources du) sous-sol mais vers l'extérieur", souligne Brian Ackerman, architecte américain présent au Forum international de l'investissement.

"Ce qui est enthousiasmant ce ne sont pas les montagnes, les océans, les voitures sans chauffeurs ou les robots, mais la vision. Les dirigeants sont en train de dire +Allez, sautez dans le train+. C'est le premier pas".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

La structure de capital-investissement du groupe

Publié le 21/11/2017

Foncière des Régions a annoncé le lancement de l’opération Silex à Lyon Part-Dieu, deuxième quartier d’affaires de France. Ce programme de redéveloppement porte sur 30 900 mètres carrés,…

Publié le 21/11/2017

CRH a précisé sa perspective annuelle : alors qu'il promettait jusque-là une nouvelle année d'amélioration de ses résultats, le cimentier irlandais vise désormais un Ebitda supérieur à 3,2…

Publié le 21/11/2017

Essilor annonce que l'actionnariat salarié mondial devrait franchir la barre des 50 % du total des salariés, dépassant l'objectif de 35 % initialement fixé pour 2020. Grâce à une souscription…

Publié le 21/11/2017

Noxxon a procédé à l'émission d'une troisième tranche d'ODIRNANE (Obligations à Durée Indéterminée à option de Remboursement en Numéraire et/ou en...

CONTENUS SPONSORISÉS