En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 168.47 PTS
+0.30 %
5 165.00
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 098.75
+0.35 %
DAX PTS
11 300.17
+0.00 %
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.00 %
1.132
+0.27 %

Les mauvaises surprises des réductions d'impôts de Donald Trump

| AFP | 481 | 5 par 1 internautes
Donald Trump à El Paso au Texas, le 11 février 2019
Donald Trump à El Paso au Texas, le 11 février 2019 ( Nicholas Kamm / AFP/Archives )

De nombreux contribuables américains ont eu la mauvaise surprise de découvrir que leurs remboursements d'impôts ne sont pas aussi replets que le leur avait promis Donald Trump en faisant voter "la plus grosse réduction d'impôts de l'histoire".

Des milliers d'entre eux ont ces derniers jours déversé leur mécontentement sur Twitter autour de hashtags comme #GOPTaxscam ("#arnaquefiscaleduPartiRépublicain"), certains menaçant même de ne plus voter pour Donald Trump.

"Le pire remboursement d'impôts jamais vu depuis dix ans! J'ai voté pour @realDonaldTrump mais il vient officiellement de perdre ma voix pour 2020", lance une électrice.

Aux Etats-Unis, où l'impôt est retenu à la source, les contribuables aiment avoir recours à une forme d'épargne forcée en déclarant moins de parts ou de déductions, ce qui entraîne une rémunération mensuelle un peu plus faible mais une jolie somme de trop-perçu à la fin de l'année. Ce remboursement est versé entre février et mi-avril de l'année suivante.

Pas moins de trois quarts des quelque 130 millions de foyers fiscaux américains choisissent cette formule, attendant chaque année le fameux "refund" qui leur permet de faire un achat important ou de rembourser des emprunts.

Mais les règles ont changé avec la réforme de décembre 2017 du code fiscal par Donald Trump, censée bénéficier à la classe moyenne.

Confusion

"Le remboursement est inférieur à ce que les contribuables attendaient, mais ce n'est pas la même chose que la somme dont ils sont redevables. Les gens ont tendance à confondre les deux", explique à l'AFP Mark Mazur, ancien secrétaire adjoint au Trésor de l'administration Obama.

"Certains ont, dans un sens, déjà touché leur réduction d'impôts sous forme d'une augmentation sur leur fiche de paie", qu'ils ont à peine remarquée, ajoute-t-il.

L'IRS, ou fisc américain, a reconnu qu'en ce début de saison des déclarations d'impôts, le remboursement moyen accordé aux contribuables avait baissé de 8,4%, à 1.865 dollars au lieu de 2.035 dollars l'année dernière, selon des chiffres provisoires.

Pour d'autres, la chute est encore plus violente, certains devant allonger une forte somme en fin d'année alors qu'ils espéraient un retour.

Néanmoins, si 80% des contribuables américains vont payer moins d'impôts, 5% vont en effet en acquitter davantage. "5%, cela fait 7,5 millions de personnes, c'est beaucoup et il semble qu'ils ne soient pas contents", affirme M. Mazur, vice-président de l'Urban Institute, un centre d'études sur la politique budgétaire.

La réforme a par exemple limité les déductions du revenu imposable d'autres impôts des Etats, comme l'impôt foncier. Il en résulte que de nombreux foyers de la classe moyenne propriétaire, dans des Etats où les impôts sont importants, comme les Etats démocrates, voient leur facture fiscale s'alourdir.

"Les gens sont en colère, déçus, se sentent trahis", dit à l'AFP Neil Frankel, un comptable fiscal de New York. Il ne cache pas avec ses clients "avoir droit à de longues diatribes sur leur haine du gouvernement".

L'administration Trump aurait-elle manqué de communiquer suffisamment sur les arcanes de sa réforme? Sur la pointe des pieds durant l'année, Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, avait invité les contribuables à simuler leur feuille d'impôts sur un "calculateur" sur internet afin d'éventuellement modifier leurs retenues à la source.

Le Trésor en tout cas a contesté lundi sur Twitter "les informations trompeuses" sur les diminutions de "refunds", relevant qu'il est encore trop tôt dans la saison pour tirer des conclusions alors que seulement 10% des contribuables ont effectué jusqu'ici leur déclaration.

Comme le rappelle Mark Mazur, tout est dans la perception.

Quand l'administration de George W. Bush avait décidé un rabais d'impôts en 2001, elle avait envoyé un chèque à tous les contribuables et "tous s'en souviennent".

En revanche, lorsque sous Barack Obama une réduction des taxes, lissée sur les paies au cours de l'année, avait aussi été offerte, "la plupart des Américains pensaient ne pas avoir eu de ristourne d'impôts", reconnaît cet ancien de l’administration Obama.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 18 février 2019

CODE OFFRE : SNOW19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SNOW19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/02/2019

Kepler Cheuvreux a confirmé sa recommandation Réduire et son objectif de cours de 12,50 euros sur EDF. La prévision d'Ebitda 2019 est plus faible que prévu malgré des facteurs positifs comme la…

Publié le 18/02/2019

La série Paddington sera diffusée à l'international sur les chaînes de Nickelodeon à partir de 2020...

Publié le 18/02/2019

Un milliard d'euros, à échéance février 2031...

Publié le 18/02/2019

ALD est entré en discussion exclusive avec Stern Groep en vue d'acquérir SternLease B.V. Un accord de distribution est également en cours de discussion entre les 2 parties. SternLease B.V. est la…

Publié le 18/02/2019

"La Guilde est une philosophie..."