En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Les limites de CO2 imposent un choc électrique à l'automobile européenne

| AFP | 623 | Aucun vote sur cette news
AmiOne, un véhicule électrique développé par Citroën, présenté au siège de l'entreprise PSA Groupe à Rueil-Malmaison, le 26 février 2019
AmiOne, un véhicule électrique développé par Citroën, présenté au siège de l'entreprise PSA Groupe à Rueil-Malmaison, le 26 février 2019 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le salon automobile de Genève, dont les journées presse démarrent mardi, est largement dominé par les modèles électriques, priorité des constructeurs qui n'ont désormais plus le choix s'ils veulent respecter les normes européennes d'émissions de CO2.

Comme un symbole, le prix de la voiture européenne de l'année a été décerné lundi soir au SUV électrique Jaguar I-Pace. C'est seulement la deuxième fois que cette récompense très convoitée, décernée depuis 1964 par un jury de journalistes issus de 23 pays, couronne une voiture 100% électrique, après la berline compacte Nissan Leaf en 2011.

Genève s'annonce comme une exposition de véhicules concepts électriques. Des petites citadines pour Citroën et Honda, des SUV pour Aston Martin, Audi et Mercedes, un coupé pour Skoda, et même un buggy chez Volkswagen...

Des constructeurs dévoilent aussi de vrais lancements, comme Peugeot, avec une version électrique de la 208, et Kia, avec le nouveau crossover compact e-Soul.

"La percée du véhicule électrique a été annoncée plusieurs fois ces dernières années à Genève. Mais cette fois c'est crédible", estime Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research, établi en Allemagne.

Il y voit deux raisons principales: les nouveaux seuils de CO2 imposés dès l'an prochain par la Commission européenne, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, et le "dieselgate", scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen révélé en 2015, qui a réduit la part des motorisations diesel dans les ventes.

Ces motorisations étaient jusqu'à récemment l'arme principale des fabricants pour réduire les émissions. "Il n'y aura pas de retour au diesel, donc il n'y a plus d'autre choix que de foncer à toute vitesse dans l'ère de l'électrique", résume M. Dudenhöffer.

En outre, l'électrique devient indispensable en Chine, premier marché mondial, sous l'impulsion des autorités.

Et le constructeur californien Tesla bouscule les spécialistes du haut de gamme avec sa gamme purement électrique. La berline Model 3 s'est imposée ces derniers mois comme le modèle "premium" le plus vendu aux Etats-Unis.

Si des pionniers comme Renault et Nissan, puis les Coréens Hyundai et Kia, ont pris le virage tôt avec des investissements conséquents, tout le monde s'y met désormais sous la contrainte.

"En Europe, les constructeurs investissent tous dans l'électrique, même s'ils n'y croient pas, même pour les vendre à perte", résume Tommaso Pardi, directeur du Gerpisa, un groupe de recherche sur l'automobile.

Fortes amendes

Chaque constructeur risque des amendes allant jusqu'à un milliard d'euros s'il ne respecte pas l'objectif de 95 grammes de CO2 par véhicule en moyenne sur sa gamme dès l'an prochain, selon une étude récente du cabinet de conseil BCG.

À terme, "si les constructeurs ne vendent pas assez de véhicules électriques, ils seront ruinés par des amendes", a prévenu le patron du groupe PSA, Carlos Tavares, lundi dans Le Figaro, comparant les objectifs d'émissions à "une menace qui appelle une réaction darwinienne".

L'ennui, c'est que le marché est encore embryonnaire. Même s'il est stimulé par l'arrivée d'une offre élargie en 2019 et surtout en 2020, on risque l'embouteillage face à une demande trop faible.

"Plus de 300 véhicules électriques sont annoncés d'ici à 2025, c'est conséquent", observe Thomas Morel, directeur associé chez McKinsey.

En 2018, 25 modèles en Europe se disputaient un marché représentant à peine 1,3% du total des immatriculations, malgré une hausse des ventes de 50% par rapport à 2017, selon le cabinet Jato Dynamics.

"Cela va monter en puissance, mais on restera sur de petits volumes" à court terme, estime Flavien Neuvy. "Je ne sais pas comment les constructeurs vont faire pour tenir les objectifs de CO2."

Nissan, avec sa berline compacte Leaf, et Renault, avec la citadine Zoe, enregistraient l'an dernier les plus fortes ventes en Europe. Tesla caracole en tête au niveau mondial.

"Aujourd'hui, on a des acteurs pertinents sur les citadines, et puis, à l'autre extrême, sur le haut de gamme. Mais il manque des voitures de taille et de prix intermédiaires", estime Guillaume Crunelle, responsable automobile chez Deloitte.

Selon lui, le problème réside dans le prix des batteries qui rend ces véhicules coûteux, mais ils deviendront à terme moins chers que leurs équivalents thermiques. "On pense que le point d'inflexion sera vers 2022-2023. Cela marquera le passage de la niche au marché de masse", assure-t-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...