En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 086.64 PTS
+0.28 %
6 084.00
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 810.68
+0.24 %
DAX PTS
13 783.59
+0.29 %
Dow Jones PTS
29 398.08
-0.09 %
9 623.58
+0. %
1.083
+0.01 %

Les journaux en triporteur, remède italien à la crise de la presse

| AFP | 318 | 3 par 1 internautes
Andrea Carbini ferme son triporteur à la fin de sa journée de travail, à Milan le 25 janvier 2020
Andrea Carbini ferme son triporteur à la fin de sa journée de travail, à Milan le 25 janvier 2020 ( MIGUEL MEDINA / AFP )

Chaque matin, il débarque avec son triporteur au vrombissement reconnaissable entre tous, se gare sur une placette d'un quartier de Milan et ouvre les deux portes de son Ape: réponse à la crise de la presse, le kiosque à journaux itinérant est né.

"Il Corriere della Sera!" "Deux euros, bonne journée, à demain!": Andrea Carbini, kiosquier nouvelle formule, a la gouaille et la bonne humeur des colporteurs d'autrefois.

Aux petits soins, il promet de mettre le journal de côté, de chercher tel livre, demande des nouvelles de la famille.

Et alors qu'il doit prendre la direction d'un autre quartier vers 11H30, il ne fera vrombir son moteur que vers midi, ayant dû entre-temps rouvrir son triporteur jaune et blanc de nombreuses fois, face à l'afflux de clients.

"Je viens tous les jours. Le kiosque a fermé en juillet et heureusement, l'Ape vient depuis un mois", explique à l'AFP Maria Ricciardi, 77 ans: "je n'aime pas internet, cela peut être nécessaire, mais la vraie culture ce sont les livres, les quotidiens".

Des clients devant le kiosque à journaux itinérant de Andrea Carbini, le 25 janvier 2020
Des clients devant le kiosque à journaux itinérant de Andrea Carbini, le 25 janvier 2020 ( MIGUEL MEDINA / AFP )

Depuis la fermeture du kiosque, "je devais faire une belle trotte à pied", raconte Maria Malzani, 72 ans. Alors, pour elle et son mari typographe qui ont toujours lu les journaux, cette initiative est "fabuleuse".

Andrea Carbini, 52 ans, en a eu l'idée pour contrer la disparition des kiosques.

"Il y a dix ans, il y en avait encore 650 à Milan, maintenant ils ne sont plus que 450", souligne Diego Averna, du syndicat Cisl, en soulignant que beaucoup sont "juste au-dessus de la survie" grâce à la vente de billets de transports ou de snacks.

Cercle vicieux

Un kiosque à journaux à Milan le 25 janvier 2020
Un kiosque à journaux à Milan le 25 janvier 2020 ( MIGUEL MEDINA / AFP )

Le phénomène est national: de 2009 à 2019, l'Italie a perdu près d'un quart de ses commerces vendant des journaux, leur nombre étant passé d'environ 18.000 à quelque 14.000, selon l'Unioncamere-Infocamere, la fédération des chambres de commerce.

Cette évolution accompagne la chute des ventes des journaux: aujourd'hui il ne s'écoule que 2,2 millions de quotidiens par jour en Italie, contre 5,5 millions en 2007, d'après l'organisme ADS.

Mais si la montée du numérique et une certaine désaffection des jeunes pour la presse expliquent cette chute, c'est "aussi parce qu'il manque des points de vente", estime Giuseppe Ferrauto, directeur général du groupe Cairo Editore. Un cercle vicieux donc.

"C'est pour cela qu'une initiative comme celle du kiosque mobile est quelque chose que nous, éditeurs, devons encourager", dit-il à l'AFP.

Pour le moment, Andrea Carbini, venu du monde de la librairie, n'a développé qu'une seule "ligne", avec quatre arrêts dans divers quartiers près de kiosques ayant fermé. Mais il rêve que d'autres voient le jour.

"Ami du quartier"

"Ce que je fais est une provocation et j'espère que des jeunes prendront la suite. J'ai jeté une pierre là où personne ne bougeait", affirme-t-il.

Le triporteur de Andrea Carbini dans les rues ed Milan
Le triporteur de Andrea Carbini dans les rues ed Milan ( MIGUEL MEDINA / AFP )

"Les gens ont tendance à dire que la bataille est déjà perdue. Mais moi j'estime que le papier, même si c'est un marché qui se rétracte, a encore de l'avenir", ajoute-t-il, soulignant l'importance de "sauvegarder la liberté de la presse et la production culturelle".

Selon lui, en travaillant tous les jours et en choisissant bien ses quartiers, il est possible de gagner 1.800 à 2.000 euros par mois. L'avantage par rapport à un kiosque normal est d'éviter des frais fixes élevés et d'avoir une concentration de passages sur quelques heures de présence.

Sa clientèle a majoritairement plus de 50 ans mais compte aussi des trentenaires ou quadragénaires, et des enfants, qui viennent acheter des figurines Panini, sponsor du projet.

Le triporteur, qui permet de se déplacer facilement, attire les regards. "L'Ape a une valeur symbolique extrêmement importante en Italie, elle représente le boom économique des années 1950-60", note Andrea Carbini.

"Le kiosquier, c'est un ami du quartier. Ils ne peuvent pas disparaître comme ça, tout comme les petits commerces. C'est un appauvrissement général, pour la culture, la sociabilité, le vivre ensemble", plaide Marianna Saraceno, une enseignante de 66 ans à la retraite.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/02/2020

Société Générale et la Banque Européenne d'Investissement ont conclu un accord combinant participation en risque et trésorerie d'un montant total de...

Publié le 17/02/2020

STMicroelectronics (-2,52% à 28,22 euros) et Soitec (-1,65% à 89,35 euros) débutent la semaine dans les profondeurs du SBF 120 alors que les Etats-Unis envisageraient de nouvelles mesures visant à…

Publié le 17/02/2020

Atos sera également sur le pont mercredi avec la présentation de ses résultats 2019...

Publié le 17/02/2020

Orchestra-Prémaman, dont la cotation est suspendue ce jour et reprendra demain, présente son plan de réorganisation pour accompagner son redressement...

Publié le 17/02/2020

Technicolor s'enfonce sur de nouveaux plus bas ce lundi...