En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 801.55 PTS
+0.03 %
5 808.5
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 572.80
+0.09 %
DAX PTS
13 054.80
-0.65 %
Dow Jones PTS
27 646.76
-0.01 %
8 298.65
+0.03 %
1.109
+0.17 %

Les humains produisent toujours plus de CO2

| AFP | 365 | 5 par 1 internautes
La centrale énergétique de Moorburg à Hambourg en Allemagne, qui fonctionne au charbon, le 7 mai 2019
La centrale énergétique de Moorburg à Hambourg en Allemagne, qui fonctionne au charbon, le 7 mai 2019 ( PATRIK STOLLARZ / AFP/Archives )

Les émissions de CO2 d'origine fossile ne connaissent pas de répit: elles ont continué à croître en 2019 malgré la baisse de l'utilisation du charbon, compensée par le recours au pétrole et surtout au gaz naturel, nouvel avertissement lancé mercredi en marge de la COP25 à Madrid.

A l'heure où les Etats, réunis pour la 25e conférence de l'ONU sur le climat, sont sommés d'agir plus fortement et plus rapidement pour réduire le réchauffement climatique, les émissions de CO2 n'en prennent pas le chemin.

Selon le bilan annuel du Global carbon project (GCP), ces émissions devraient progresser de 0,6% en 2019, entraînant "une augmentation des concentrations de CO2 dans l'atmosphère" qui contribuent au dérèglement du climat.

"Les politiques actuelles ne sont clairement pas suffisantes pour renverser les tendances des émissions mondiales", a averti la climatologue Corinne Le Quéré, lors d'un point presse. "L'urgence à agir n'a pas encore baissé."

Au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle, quand l'accord de Paris de 2015 prévoit de limiter le réchauffement climatique mondial bien en-dessous de 2°C, voire à 1,5°C.

Le dérèglement du climat en 2019
Le dérèglement du climat en 2019 ( Gal ROMA / AFP )

Pour ne pas dépasser cet ambitieux objectif de +1,5°C, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6% par an, chaque année dès l'an prochain et jusqu'à 2030, a calculé le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Pour le seul CO2, un pic des émissions n'est toutefois pas en vue. "Je l'espère dans les cinq prochaines années, mais on ne le voit pas encore", a reconnu Pierre Friedlingstein, de l'Université d'Exeter.

Les émissions mondiales de CO2 d'origine fossile (combustibles fossiles, industrie et ciment) sont près de deux-tiers plus élevées en 2019 que par rapport à 1990. Elles ont vu leur croissance ralentir depuis 2010, après la crise économique de 2008, mais elles sont fortement reparties à la hausse en 2017 (+1,5%) et 2018 (+2,1%).

Le Gaz naturel, fausse solution?

Emissions de carbone liées aux énergies fossiles
Emissions de carbone liées aux énergies fossiles ( Simon MALFATTO / AFP )

En 2019, "la croissance moindre (des émissions de CO2) est due à différents facteurs, dont un ralentissement de la croissance économique, les conditions météorologiques et une baisse substantielle de l'usage du charbon aux Etats-Unis et en Europe", a détaillé Corinne Le Quéré.

L'utilisation de charbon par les Etats-Unis, deuxième émetteur mondial, et dans l'Union européenne a diminué, jusqu'à 10% pour chacun en 2019, selon un communiqué de presse du GCP.

Le charbon reste toutefois une énergie prisée en Chine et le GCP ne voit pas de signaux clairs que ce pays, premier émetteur mondial, soit prêt à s'en passer.

Evénements climatiques extrêmes : les pays les plus touchés
Evénements climatiques extrêmes : les pays les plus touchés ( Simon MALFATTO / AFP )

Ailleurs, le recul du charbon a été compensé par une plus grande utilisation de pétrole et surtout de gaz naturel.

"Pour la même quantité d'énergie qu'on peut en retirer, le gaz naturel émet moins de CO2 que le charbon", mais si son usage augmente, "cela fait quand même croître les émissions de CO2", a souligné Philippe Ciais, chercheur au LSCE-Institut Pierre Simon Laplace. "On ne peut pas continuer à brûler du gaz naturel jusqu'à la fin du siècle, sinon on ne respectera pas l'accord de Paris", dit-il.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) défend pourtant le gaz naturel comme une énergie de transition et table sur une progression de sa consommation de 10% jusqu'à la fin des années 2020.

En Inde, la progression des émissions de CO2 semble avoir été freinée par la faible croissance économique.

Vue du trafic routier à New Delhi en Inde, enveloppée par un brouillard de pollution (
Vue du trafic routier à New Delhi en Inde, enveloppée par un brouillard de pollution ("smog"), le 8 novembre 2018 ( Prakash SINGH / AFP/Archives )

Une autre source d'émissions de CO2 est le changement d'affectation des sols, c'est-à-dire quand des forêts, puits à carbone, sont rasées pour laisser par exemple la place à des cultures agricoles. Mais ces émissions, plus difficiles à mesurer, sont "très incertaines, sans tendance claire sur la dernière décennie", selon le GCP.

En France, où le nucléaire assure environ 70% de la production d'électricité, les émissions de CO2 ont reculé de 2,5% en 2018 (dernier chiffre disponible) comparé à 2017.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/12/2019

Cette ligne de financement de 25 ME, qui avait pour objectif principal de financer le développement de DMS Group

Publié le 05/12/2019

Engie acquiert Renvico auprès de Macquarie Infrastructure and Real Assets (MIRA) et de KKR avec ses co-investisseurs. Le groupe renforce ainsi sa croissance dans l'éolien en Italie et en France...

Publié le 05/12/2019

Le bénéfice du joaillier a reculé plus que prévu et les ventes à magasins comparables sont elles aussi ressorties inférieures aux attentes du consensus.

Publié le 05/12/2019

Bastide annonce ainsi renforcer sa capacité à poursuivre sa politique de croissance externe ciblée

Publié le 05/12/2019

Tarkett anticipe désormais un EBITDA ajusté 2019 légèrement inférieur à celui de 2018, avec une marge en retrait par rapport à celle de l'année dernière contre respectivement un EBITDA…