En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 257.10 PTS
-0.24 %
5 248.00
-0.22 %
SBF 120 PTS
4 158.15
-0.34 %
DAX PTS
11 347.93
-0.14 %
Dowjones PTS
25 557.44
+0.22 %
7 320.39
-0.08 %
1.132
+0.22 %

Les Hauts-de-France, pionniers du recyclage des chaleurs industrielles

| AFP | 969 | 4 par 1 internautes
La chaleur fatale industrielle
La chaleur fatale industrielle ( Vincent LEFAI / AFP )

Région parmi les plus industrialisées et polluées, les Hauts-de-France sont devenus pionniers dans le recyclage de la "chaleur fatale” industrielle pour alimenter leurs villes, avec deux nouveaux projets programmés en 2020 à Lille et à Grande-Synthe.

Fourneaux, agro-industries, déchetteries, data-centers... Plus de la moitié, en moyenne, de la chaleur émise sur ces sites est perdue, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). D'où la nécessité d'une "récupération interne et de la revente aux collectivités ou à d'autres usines" comme le font déjà les Hauts-de-France, souligne Hermine de Freminville, ingénieur à l'Ademe, qui finance et accompagne ces réseaux.

Cette énergie perdue pourrait être récupérée dans près de 7.000 établissements de l'Hexagone, dont plus de 20% se concentrent dans le Grand Est et les Hauts-de-France.

- Une "autoroute de la chaleur" -

A 25km au nord de Lille, la déchetterie d'Halluin livrera dès fin 2019 la chaleur de son incinération à la Métropole européenne de Lille (Mel). Propriétaire du centre de déchets, la Mel délègue la gestion de ce service public afin de fournir à terme l'équivalent de 60.000 logements, pour près de 65 millions d'euros investis.

Le site ArcelorMittal à Dunkerque, le 27 novembre 2012
Le site ArcelorMittal à Dunkerque, le 27 novembre 2012 ( Philippe HUGUEN / AFP/Archives )

Inédite en France par ses dimensions, "cette +autoroute de la chaleur+ ne coûtera pas un centime à la collectivité, grâce aux recettes de la vente d'énergie", assure le vice-président de la Mel en charge de l'énergie, Alain Bézirard. "Ce sont même les habitants qui produisent en partie cette énergie, puisque ce sont leurs déchets qui sont brûlés", précise l'élu.

Sur le littoral, la communauté urbaine de Dunkerque va prolonger, d'ici octobre 2020, à 3.000 logements de Grande-Synthe son réseau de chaleur issue des fourneaux d'ArcelorMittal, co-exploité par Engie et Dalkia. Depuis 1982, ArcelorMittal, qui est aussi l'un des premiers sites émetteurs de gaz à effet de serre en France, chauffe l'équivalent de 16.000 logements.

"Nous gagnons peu voire pas d'argent sur ces projets", il s'agit surtout "d'économiser des combustibles, de l'énergie et du CO2", affirme Dominique Pair, responsable du site ArcelorMittal à Dunkerque. La multinationale valorise aussi ses gaz sidérurgiques afin de "produire plus d'électricité que nous n'en consommons", ajoute Dominique Pair.

L'Ademe soutient que "l'entreprise peut réinvestir ces économies dans l'emploi" tandis que les habitants concernés "profitent d'un prix stable et parmi les plus bas des énergies renouvelables". L'Etat, qui finance, exige en outre que "ces projets permettent de pérenniser les sites et leurs emplois", indique Hermine de Freminville.

Refroidir: l'autre enjeu

"L'autre enjeu, à plus long terme" dans la région, c'est d'utiliser cette énergie thermique pour refroidir le bâtiments dans le contexte du réchauffement climatique, insiste-t-elle en citant l'exemple de Saint-Quentin (Aisne). La température moyenne y a augmenté de 1,77°C entre 1955 et 2016, contre 1,36°C sur le globe (hors océans), selon le Centre de ressources du développement durable.

Mais récupérer la chaleur ne se fait pas sans difficultés : éloignement des installations des habitations, complexité technique et interrogations sur la pérennité des sociétés. "Le retour sur investissement prend entre 3 et 5 ans quand la chaleur est récupérée par l'entreprise et de 15 à 20 ans pour la fournir à un réseau collectif", estime-t-elle.

L’État semble toutefois miser sur la "chaleur fatale". Il a ainsi abondé en janvier le fonds "chaleur renouvelable" de l'Ademe de près de 55%, ce qui représente 307 millions d'euros dédiés en 2019 aux productions de chaleur par récupération. Cette économie circulaire est également soutenue par le Fonds européen de développement régional (Feder).

Pour la programmation pluriannuelle de l'énergie, l'Ademe a proposé en mai à l’État de doubler le nombre de logements raccordés d'ici 2023, et de quintupler le volume de chaleur fatale réemployé d'ici 2028.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Florent Menegaux, qui prendra ses fonctions de président de Michelin à l'issue de l'Assemblée Générale du 17 mai prochain, a souhaité mettre en place un comité exécutif groupe (CEG) resserré.…

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars 2019TRIGANOLe spécialiste des camping-cars publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre.Mardi 26 mars 2019NEOPOSTLe spécialiste du traitement du courrier et des consignes…

Publié le 25/03/2019

  Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de commerce et l'article 223-16 du Règlement…

Publié le 25/03/2019

Ladislas Paszkiewicz est nommé directeur de la communication financière du groupe Total à compter du 1er juillet 2019, annonce le géant pétrolier...

Publié le 25/03/2019

L'investisseur activiste CIAM, qui s’était plaint du refus manifesté par Scor à l’offre de rachat de l’assureur mutualiste Covéa, demande la dissociation des fonctions de Président et de…