En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
-0.54 %
5 145.00
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 123.52
-0.43 %
DAX PTS
11 715.03
-0.52 %
Dowjones PTS
25 627.82
-0.66 %
7 243.46
-0.45 %
1.154
-0.26 %

Les fromagers nippons se préparent à la concurrence européenne

| AFP | 235 | Aucun vote sur cette news
Le Japonais Kazuhiko Ochiai devant les fromages qu'il produit, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo
Le Japonais Kazuhiko Ochiai devant les fromages qu'il produit, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo ( Martin BUREAU / AFP )

Il s'en souvient comme si c'était hier. Kazuhiko Ochiai, en visite en France, découvrait avec ravissement les innombrables variétés de fromage: moelleux, crémeux, rugueux... Un choc gustatif qui l'amènera par la suite à se reconvertir.

Trois décennies plus tard, dans son atelier niché dans les montagnes de Nasushiobara, au nord de Tokyo, l'ancien chercheur japonais spécialisé dans les sujets d'élevage produit cinq types de fromage.

Les affaires marchent bien, très bien même, puisque ses ventes ont décuplé en dix ans, atteignant 20 millions de yens (environ 150.000 euros) cette année. "On n'arrive pas à répondre à la demande!", s'enflamme M. Ochiai, aux côtés de sa petite équipe occupée à emballer Brie, Caciocavallo et autres variétés.

Mais le fromager de 74 ans n'a pas l'esprit tranquille. Car le Japon a signé cet été avec l'Union européenne un vaste accord commercial baptisé Jefta (Japan-EU free trade agreement), prévoyant l'élimination progressive des droits de douane sur les fromages importés, actuellement de 29,8%.

Des employées de la fromagerie Nasunomori préparent des Brie, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo
Des employées de la fromagerie Nasunomori préparent des Brie, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo ( Martin BUREAU / AFP )

"Je suis inquiet pour le long terme", confie-t-il à l'AFP, craignant "d'en voir débarquer de grandes quantités".

"Je m'attends à une compétition féroce sur les prix, mais on aura du mal à baisser les nôtres parce que la fabrication nous demande beaucoup de temps et d'efforts, à nous autres petits fromagers".

- 2,66 kg par an -

Le pacte conclu avec Bruxelles, qui devrait entrer en vigueur en 2019, porte sur une zone de libre-échange couvrant près d'un tiers du produit intérieur brut (PIB) mondial et plus de 600 millions d'habitants.

Le Japonais Kazuhiko Ochiai devant les fromages qu'il produit, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo
Le Japonais Kazuhiko Ochiai devant les fromages qu'il produit, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo ( Martin BUREAU / AFP )

Les Japonais pourront bientôt "déguster d'excellents vins et fromages d'Europe", s'est félicité le Premier ministre Shinzo Abe, en vantant les mérites de l'accord.

Le fromage entre progressivement dans les moeurs nippones: la consommation est passée de 279.000 tonnes en 2007 à 338.000 tonnes l'an dernier, dont trois quarts de provenance étrangère, selon les chiffres du ministère de l'Agriculture.

Par habitant, elle s'élève toutefois à 2,66 kg seulement, très loin des champions français (27,2 kg), allemands (24,7 kg) et danois (28,1 kg).

De belles perspectives s'offrent donc aux producteurs européens, aujourd'hui peu présents, la majorité des importations arrivant d'Australie et de Nouvelle-Zélande.

A plusieurs centaines de kilomètres au nord, sur l'île de Hokkaido où est produit quasiment tout le lait utilisé pour la production nationale de fromage, les éleveurs se font aussi du mouron.

"Nous craignons que la demande de fromage produit au Japon ne s'affaiblisse", souligne la coopérative agricole de la région, qui redoute dans le processus d'être acculée par les fabricants à sabrer les prix.

- "Fromages doux" -

Soucieux de préserver son électorat, le gouvernement a déjà prévu des aides de 15 milliards de yens pour aider les fromagers à se préparer à "l'afflux de produits européens".

Une employée de la fromagerie Nasunomori inspecte des Reblochon à la fromagerie Nasunomori, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo
Une employée de la fromagerie Nasunomori inspecte des Reblochon à la fromagerie Nasunomori, le 25 juillet 2018 à Nasushiobara, au nord de Tokyo ( Martin BUREAU / AFP )

L'argent pourra servir à agrandir leurs crèmeries, à suivre des formations à l'étranger ou encore à promouvoir leurs produits.

S'il est anxieux, Kazuhiko Ochiai ne s'avoue pas pour autant vaincu. "Encore peu de Japonais apprécient les fromages très forts, donc nous pouvons tirer notre épingle du jeu en nous concentrant sur des fromages doux, appréciés par le plus grand nombre".

"Il n'y a qu'un seul moyen pour survivre: améliorer la qualité et faire des fromages délicieux", insiste-t-il.

Dans l'archipel, d'autres se réjouissent de l'accord, comme l'enseigne Vinos Yamazaki qui, dans ses 25 boutiques, propose une trentaine de sortes de fromages importés principalement de France.

Actuellement le prix se situe autour de 1.000 yens (près de 8 euros) pour 100 grammes, soit le double de leur équivalent japonais.

La clientèle est essentiellement féminine, explique Yoshihiro Yao, responsable d'un magasin du centre de Tokyo, "mais si nos produits deviennent plus abordables, nous attirerons un plus large public".

Aujourd'hui réservé aux occasions spéciales, le fromage deviendra peut-être un mets "du quotidien", espère-t-il.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

  RÉSULTATS ANNUELS 2017-2018 EN RETRAIT, IMPACTÉS PAR DES MARCHÉS CONJONCTURELLEMENT DIFFICILES dividende de 1,35 euro par action et projet d'attribution gratuite…

Publié le 17/10/2018

  En associant un élément de sécurité matériel et une technologie NFC propriétaire, le circuit intégré STPay-Boost atteint des performances sans contact…

Publié le 17/10/2018

La signature de ce contrat entre les deux groupes est qualifiée de "historique" par Thierry Ehrmann...

Publié le 17/10/2018

Les deux organisations collaboreront de manière rapprochée pour lutter contre les menaces de cybersécurité Mons, 17 octobre, 2018 - Atos, leader international de la transformation…

Publié le 17/10/2018

(La reprise de cotation a été demandée à Euronext pour l'ouverture de la séance du jeudi 18 octobre 2018.) Après sept années de travail en commun,…