En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 244.31 PTS
-3.45 %
4 247.50
-3.36 %
SBF 120 PTS
3 336.05
-3.15 %
DAX PTS
9 633.99
-3.04 %
Dow Jones PTS
21 917.16
-1.84 %
7 813.50
+0. %

Les fabricants de gel pour les mains tentent de faire face au boom de la demande

| AFP | 886 | Aucun vote sur cette news
Production de gel désinfectant aux
Production de gel désinfectant aux "Laboratoires Gilbert" à Plouedern, en Bretagne, le 4 mars 2020 ( Loic VENANCE / AFP )

De Caen à Behren-les-Forbach (Moselle), les fabricants de gel désinfectant pour les mains mettent les bouchées doubles et embauchent des intérimaires pour faire face à l'explosion de la demande de ce produit sans rinçage pour éviter la propagation du nouveau coronavirus.

"Le standard explose. Ce matin on a eu des écoles, des mairies, les transports en commun Keolis: ils veulent tous du gel. On est assaillis", explique Muriel Jehanne, responsable du standard des laboratoires Gilbert à Hérouville-Saint-Clair dans l'agglomération de Caen.

L'entreprise familiale, qui dessert principalement les pharmacies et les hôpitaux, produit actuellement 80.000 à 100.000 flacons en plastique de gel hydroalcoolique par jour sur trois sites à Hérouville, Falaise (Calvados) et Plouedern (Finistère), précise à l'AFP Dominique Lecomte, son directeur général adjoint.

"Avec l'épisode H1N1, nous avions eu une augmentation considérable de la production, mais ce que l'on vit aujourd'hui c'est sans commune mesure", ajoute M. Lecomte.

Gilbert, qui se présente comme le numéro deux des gels hydroalcooliques vendus en pharmacie en France, vient d'en écouler 1,7 million en six semaines, contre 800.000 au cours des douze mois de 2019.

Fortement sollicités en raison de l'épidémie liée au nouveau coronavirus, les laboratoires Gilbert produisent actuellement 80.000 à 100.000 flacons de gel hydroalcoolique par jour sur trois sites à Hérouville, Falaise (Calvados) et Plouedern (Finistère).
Fortement sollicités en raison de l'épidémie liée au nouveau coronavirus, les laboratoires Gilbert produisent actuellement 80.000 à 100.000 flacons de gel hydroalcoolique par jour sur trois sites à Hérouville, Falaise (Calvados) et Plouedern (Finistère). ( Loic VENANCE / AFP )

Un rythme qui contraste avec la pénurie affichée par nombre de pharmaciens. "On n'en a plus depuis samedi où on en a vendu une vingtaine dans la journée", explique l'un d'entre eux installé à quelque cinq kilomètres de l'usine Gilbert.

"Avec 20.000 pharmacies en France, si on en vend dix chacun par jour, il faudrait en produire 200.000" quotidiennement, relève ce propriétaire d'une petite pharmacie de quartier. Quant à fabriquer la recette diffusée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "on n'a pas le droit", ajoute-t-il.

Cinq fois plus qu'en 2019

Les différentes étapes pour se laver les mains efficacement
Les différentes étapes pour se laver les mains efficacement ( Sophie RAMIS / AFP )

Pour faire face à la demande, Gilbert a augmenté ses effectifs d'une trentaine de personnes, principalement des intérimaires, est passé du deux-huit aux trois-huit et envisage de produire le samedi. Il pense qu'il aura produit 4,2 à 4,3 millions de ces flacons sur cinq mois d'ici à la fin mai, soit cinq fois plus que sur toute l'année 2019.

"Cette augmentation très importante de la demande, nous l'avons ressentie depuis janvier en particulier sur le territoire asiatique où nous avons une filiale à Hong Kong, puis à partir de février en France", explique le DG adjoint de l'entreprise qui emploie environ 1.000 personnes dont 10% à l'étranger.

Les gels hydroalcooliques représentent jusqu'à présent moins de 1% du chiffre d'affaires du laboratoire, qui s'élève à 200 millions d'euros annuel, son produit phare étant le sérum physiologique. La société va toutefois lancer lundi une ligne de production supplémentaire de gels à Plouedern, où il fabrique déjà 65 flacons de gel hydroalcoolique à la minute.

Son concurrent Juva Santé à Behren-les-Forbach (Moselle) démarre, lui, une troisième ligne de production de gel hydroalcoolique vendredi.

Cette entreprise du groupe Urgo affiche "2,5 millions de flacons commandés" depuis le début de l'année. "C'est dix fois plus qu'à la même date l'an dernier", précise-t-on à la direction.

Bouteille de gel hydroalcoolique, un produit dont beaucoup de pharmacies sont en rupture de stock
Bouteille de gel hydroalcoolique, un produit dont beaucoup de pharmacies sont en rupture de stock ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

"Pour pouvoir augmenter nos capacités, on est passé de 80 à une centaine de collaborateurs sur cette période", via des intérimaires, ajoute-t-on à la direction de Juva Santé, qui ne fabrique pas que du gel hydroalcoolique. Juva Santé emploie 350 collaborateurs en France.

Les deux groupes ne s'expriment pas sur les bénéfices tirés de ces ventes. "Ce n'est pas le produit sur lequel on réalise les meilleurs marges et nous avons transféré des productions de cosmétiques vers des lignes moins compétitives pour libérer de la capacité de production" pour les gels hydroalcooliques, assure M. Lecomte.

"Le Covid-19 n'est pas une bonne nouvelle pour l'économie", les personnes confinées consommant moins, ajoute le DG adjoint de Gilbert.

Les deux fabricants assurent en outre ne pas avoir augmenté leur prix. Le gouvernement a annoncé mercredi un décret pour encadrer les prix de ces gels composé d'alcool, de gélifiant et d'actifs hydratants, après des "cas isolés" de "prix inacceptables".

Lorsque c'est possible, "se laver les mains avec du savon est tout aussi efficace", a alors souligné le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/04/2020

Sale temps en Bourse pour les banques européennes, qui suppriment le versement de leurs dividendes à la demande des différentes autorités de régulation. HSBC chute ainsi de 8,55% à 415,40 pence,…

Publié le 01/04/2020

Carrefour et Uber Eats indiquent avoir passer un accord afin d'aider les consommateurs français à s'approvisionner en produits du quotidien, en se faisant livrer à leur domicile, dans le plein…

Publié le 01/04/2020

Affaires à faire...

Publié le 01/04/2020

La Prudential Regulation Authority (PRA), l'organisme de réglementation des services financiers du Royaume-Uni, s'est félicité des décisions prises par les conseils d'administration des grandes…

Publié le 01/04/2020

Assemblée générale convoquée pour le 22 avril...