5 427.19 PTS
+0.75 %
5 424.5
+0.71 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 542.54
+0.64 %
6 388.54
-0.08 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les ex-Ardennes Forge dépités par "l'injustice" de devoir "rendre l'argent"

| AFP | 269 | 1 par 1 internautes
Les ex-salariés d'Ardennes Forge lors d'une Assemblée générale à Sécheval, le 28 juillet 2017
Les ex-salariés d'Ardennes Forge lors d'une Assemblée générale à Sécheval, le 28 juillet 2017 ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )

"On s'est fait avoir" : les 47 ex-salariés d'Ardennes Forge nourrissent une "colère" tenace depuis qu'ils ont été condamnés à rembourser une partie des dommages et intérêts touchés après leur licenciement en 2008, une "injustice" qui assombrit un peu plus leur avenir déjà incertain.

"Ici tout a fermé, c'est plus que de la friche", dépeint Jean-Michel Prusinowski, bacchantes et veste en cuir, devant les grilles bleues écaillées de l'ancien site d'Ardennes Forge à Nouzonville (Ardennes), 6.300 habitants et 21% de chômage.

Derrière les panneaux "danger de mort", des cannettes vides jonchent le sol et des végétaux crèvent le béton. Ardennes Forge, l'éphémère société de métallurgie repreneuse de l'équipementier automobile Thomé-Génot, a été liquidée ici, il y a 9 ans déjà....

L'AGS (système d'assurance des salaires financé par cotisations patronales) réclame "18.500 euros sur les 24.000 touchés aux prud'hommes" à Jean-Michel Prusinowski, 59 ans dont une trentaine d'années passées à l'usine puis neuf à pointer à Pôle emploi. Il vit aujourd'hui avec "500 euros par mois", dans "une vieille baraque".

Les ex-salariés d'Ardennes Forge lors d'une Assemblée générale à Sécheval, le 28 juillet 2017
Les ex-salariés d'Ardennes Forge lors d'une Assemblée générale à Sécheval, le 28 juillet 2017 ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )

Comme ses anciens collègues, il est "en colère" mais a accepté à contre-cœur de constituer un dossier pour que chaque situation soit examinée au cas par cas. "C'est pour essayer de nous diviser", prédit-il, persuadé que "si on rend l'argent, ça voudra dire qu'on est coupables, qu'on aura baissé notre froc. Ce sera ça le message !"

Les ex-Ardennes Forge doivent en effet restituer 470.000 des 900.000 euros de dommages-intérêts alloués par le conseil des prud'hommes, suite à un pourvoi en appel de l'AGS, en mars 2012, confirmé par la Cour de cassation le 13 juillet.

Dans le volet pénal du dossier, trois prévenus dont le directeur général d'Ardennes Forge avaient pourtant été condamnés en 2014 pour "travail dissimulé", un chef d'accusation finalement balayé par le juge civil.

- "Au bout du bout" -

"Je demande juste un peu d'humanité" parce que nous sommes "au bout du bout", répète Rémi Petitjean, grand gaillard au crâne dégarni et ancien représentant des salariés. A 51 ans, il s'est servi des 12.000 euros de dommages-intérêts pour monter sa propre entreprise "multi-services", acheter une camionnette et embaucher un salarié... avant de déposer le bilan il y a quatre mois.

Rémi Petitjean, ancien représentant des salariés d'Ardennes-Forge, lors d'une assemblée générale, le 28 juillet 2017 à Sécheval
Rémi Petitjean, ancien représentant des salariés d'Ardennes-Forge, lors d'une assemblée générale, le 28 juillet 2017 à Sécheval ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )

"J'ai les deux gamins qui vont en fac l'année prochaine, faut assurer derrière... Ça m'angoisse", confie-t-il pudiquement, déterminé à se battre quitte à entamer "une grève de la faim" pour médiatiser la détresse collective.

A Neufmanil, commune nichée dans le massif des Ardennes, Fanny et Stéphane Cossardeaux, 46 et 43 ans, partagent ce sentiment "d'injustice" depuis qu'ils ont appris qu'ils devaient reverser 20.500 euros sur les 24.000 perçus initialement.

Des indemnités en partie utilisées pour "remplir des Caddie de courses en fin de mois", pas pour partir en vacances. "On n'a plus trop de projet de vie avec cette épée au-dessus de la tête", glisse Fanny, assise sur le canapé de leur appartement en HLM. "J'attends de savoir à quelle sauce on va être mangés", ajoute Stéphane qui a retrouvé un emploi comme diagnostiqueur immobilier mais vit mal cette situation "usante".

Comment envisager la suite ? "On veut nous maintenir dans notre condition d'ouvriers mais chacun a le droit de concrétiser ses rêves", affirme son épouse qui aimerait que la famille retrouve une vie emprunte "d'un peu plus de légèreté".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

ESI France assurera depuis ce site la démonstration et la commercialisation des produits du groupe et notamment de sa solution de Réalité Virtuelle, ESI IC.IDO...

Publié le 12/12/2017

Au titre du contrat de liquidité confié par Figeac Aéro à Louis Capital Market, il a été procédé...

Publié le 12/12/2017

La société Derichebourg annonce avoir déposé son document de référence 2016-2017 auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 12 décembre 2017.   Le document de…

Publié le 12/12/2017

Depuis le début de 2017, le volume quotidien moyen échangé sur le titre Fermentalg s'élève à plus de 117 kE...

Publié le 12/12/2017

Le Conseil d'administration d'Essilor, a décidé une augmentation de capital par émission d'un nombre maximal de 350 000 actions ordinaires dont la souscription est réservée aux salariés…

CONTENUS SPONSORISÉS