En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 888.91 PTS
-0.52 %
5 896.50
-0.4 %
SBF 120 PTS
4 634.94
-0.5 %
DAX PTS
13 183.51
-0.75 %
Dow Jones PTS
27 691.49
+0. %
8 263.79
+0. %
1.101
+0.03 %

Taxes Airbus: Washington sanctionne, Bruxelles menace, avant de possibles négociations

| AFP | 3635 | 4.60 par 5 internautes
Un Airbus A320-211 de Delta Airlines décolle de l'aéroport newyorkais JFK le 26 août 2019
Un Airbus A320-211 de Delta Airlines décolle de l'aéroport newyorkais JFK le 26 août 2019 ( BRUCE BENNETT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Des taxes punitives américaines sont entrées en vigueur vendredi sur de nombreux produits européens provoquant le courroux de Bruxelles qui promet de riposter, mais Washington a aussi ouvert la porte à des négociations.

Selon le ministre français de l'économie Bruno Lemaire qui s'est "longuement entretenu" à Washington avec le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer (USTR), celui-ci a accepté le principe de l'ouverture de négociations. "Le plus tôt sera le mieux", a lancé le ministre à la sortie de son entretien déplorant toutefois "l'erreur politique et économique" de la décision américaine.

Cette hausse des droits de douane américains contre des produits européens pour une valeur de 7,5 milliards de dollars s'est imposée à 00H01 heure de Washington (04H01 GMT). Elle est intervenue quatre jours après le feu vert de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Washington d'imposer des sanctions contre l'UE en représailles aux subventions accordées à l'avionneur européen Airbus.

"Regrettant" cette décision, la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a estimé vendredi que l'UE n'a "pas d'autre choix" que des représailles.

L'UE devrait en effet à son tour être autorisée l'an prochain par l'OMC à imposer des sanctions douanières contre les Etats-Unis, accusés d'avoir subventionné Boeing.

Une fois de plus, Mme Malmström a regretté cette escalade. "L'imposition réciproque de sanctions douanières ne sert les intérêts à long terme de personne", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Sanctions américaines sur les produits européens
Sanctions américaines sur les produits européens ( Gal ROMA / AFP )

"Elle provoquera des dommages très importants dans la production aéronautique aux États-Unis et dans l'UE et entrainera des dégâts collatéraux dans de nombreux autres secteurs déjà touchés par les tensions commerciales actuelles", a-t-elle ajouté.

Plus tard vendredi, le ministre français de l'économie Bruno Le Maire a rencontré à Washington pendant près d'une heure le négociateur en chef américain Robert Lighthizer qui lui a confirmé que ces nouvelles sanctions ne seraient pas suspendues.

Le responsable américain a néanmoins ouvert la porte à des négociations avec l'Union Européenne. "Il faut le prendre au mot et aller le plus vite possible (...) au regard de la gravité de ce qui touche les producteurs européens et en particulier les viticulteurs français", a déclaré Bruno Le Maire à l'AFP à la sortie de l'USTR.

Selon lui, pour parvenir à un accord sur ce différend il faudra traiter cette question des aides à Boeing et à Airbus "le plus largement possible". Il n'a pas donné plus de précision sur ce qu'il entendait par là.

"Nous avons une commission européenne très expérimentée. Ce sera à elle de préciser" ce qui sera apporté dans ces discussions, a juste ajouté le ministre français.

Cette nouvelle offensive du président américain Donald Trump, survient alors que Washington est en pleine guerre commerciale avec la Chine.

Mercredi, l'impétueux dirigeant s'en est encore une fois pris aux Européens, qui se comportent, selon lui, de façon injuste en érigeant des "barrières énormes" contre les importations américaines dans l'UE.

Il n'avait toutefois pas fermé la porte à un accord entre les deux parties.

Vin et avions

Dans la ligne de mire des Américains: les du constructeur Airbus, fabriqués essentiellement dans les usines du Royaume-Uni, de la France, d'Espagne et d'Allemagne, qui coûteront dorénavant 10% de plus quand ils seront importés aux Etats-Unis. Les vins européens et une multitude d'autres produits de grande consommation allant du textile aux fromages sont également dans le collimateur de Trump, avec une taxe de 25%.

Avant de se rendre à l'USTR, M. Le Maire avait dénoncé un "geste agressif" de la part "des alliés américains" et qualifié de "profondément injustes" les sanctions qui touchent le vin français.

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire (c), lors d'une réunion du FMI et de la Banque Mondiale, le 17 octobre 2019 à Washington
Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire (c), lors d'une réunion du FMI et de la Banque Mondiale, le 17 octobre 2019 à Washington ( Olivier Douliery / AFP )

Les Européens craignent avant tout que Donald Trump ne continue sur sa lancée et n'impose mi-novembre des droits de douane plus élevés sur les voitures européennes. Ce qui affecterait particulièrement le secteur automobile allemand.

Adoptant une politique résolument protectionniste, le dirigeant américain a déjà imposé des droits de douane plus élevés sur l'acier et l'aluminium en provenance de l'UE et d'autres pays alliés.

En juillet 2018, Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avaient conclu une sorte de trêve à Washington, promettant de mener des négociations, qui n'ont jusqu'ici abouti à rien.

La bataille juridique entre Airbus et Boeing devant l'OMC remonte à 2004, quand Washington a accusé le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Espagne d'accorder des subventions illégales pour soutenir Airbus.

Un an plus tard, ce fut au tour de l'UE d'accuser Boeing d'avoir obtenu 19,1 milliards de dollars de subventions illégales entre 1989 et 2006 de la part du gouvernement américain.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.60
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2019

Frey lance une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 161,5 millions d'euros et renforce...

Publié le 13/11/2019

Société Générale annonce la nomination de Gaëlle Olivier en tant que Directrice de Société Générale pour la Région Asie-Pacifique. Elle remplace Hikaru Ogata qui a décidé de poursuivre de…

Publié le 13/11/2019

Le groupe SII a réalisé au cours du premier semestre de l'exercice 2019/2020 un chiffre d'affaires de 325,9 millions d'euros, en croissance de 10,2%. La dynamique reste solide aussi bien en France…

Publié le 13/11/2019

Le constructeur de maisons individuelles AST Groupe totalisait à fin septembre un chiffre d'affaires de 149,7 millions d'euros, en baisse de 9% en raison d'une base de comparaison défavorable.…

Publié le 13/11/2019

EOS imaging annonce la 350ème installation du système EOS au sein du Missouri Orthopaedic Institute à l'University of Missouri Health Care. Ce centre de chirurgie orthopédique propose l'offre de…