En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.01 %

Les Européens prêts à sceller un divorce historique avec le Royaume-Uni

| AFP | 204 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker le 24 novembre 2018 à Bruxelles
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker le 24 novembre 2018 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

Les dirigeants des pays européens se retrouvent dimanche à Bruxelles lors d'un sommet spécial pour approuver un accord historique sur le retrait britannique de l'UE, qui offrira un "avenir meilleur" au Royaume-Uni, selon sa dirigeante Theresa May.

Ce "traité de retrait" inédit, négocié dans la douleur pendant 17 mois entre Londres et Bruxelles, devra toutefois encore passer l'épreuve de la ratification du parlement européen et surtout celle du parlement britannique avant d'entrer en vigueur le 29 mars 2019.

"Il s'agit d'un accord pour un avenir meilleur, qui nous permet de saisir les opportunités qui nous attendent", a plaidé dans un texte publié dimanche la Première ministre britannique, arrivée dès samedi soir à Bruxelles.

Le sommet, menacé par un bras de fer sur l'avenir de Gibraltar réglé à la dernière minute, verra d'abord les dirigeants des pays de l'UE se réunir à 27 dimanche matin, sans le Royaume-Uni, pour approuver le traité de divorce, un pavé de près de 600 pages.

Ils approuveront également une "déclaration politique", jointe au traité, pour ébaucher la future relation "ambitieuse" qu'espèrent nouer les deux parties à l'avenir, avant que Mme May ne se joigne à eux pour marquer symboliquement leur accord à tous.

"Les amis resteront des amis, jusqu'à la fin", a tweeté samedi soir le président du Conseil européen, Donald Tusk, avant un entretien avec la dirigeante conservatrice, citant une chanson du chanteur Freddie Mercury.

- "Meilleur compromis" -

"Personne n'a voulu vaincre personne, nous étions tous à la recherche d'un accord juste et équitable. Et je crois que nous avons enfin trouvé le meilleur compromis possible", a-t-il écrit dans la lettre d'invitation au sommet, se réjouissant que les 27 aient "passé le test de l'unité et de la solidarité".

 Le premier ministre espagnol Pedro Sanchez le 24 novembre 2018 à Madrid
Le premier ministre espagnol Pedro Sanchez le 24 novembre 2018 à Madrid ( STRINGER / AFP )

Cette unité s'est toutefois fissurée ces derniers jours, quand l'Espagne a fait planer la menace d'une annulation du sommet si elle n'obtenait pas des garanties écrites sur le sort de Gibraltar. Après des négociations sous pression, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a toutefois estimé samedi après-midi avoir obtenu satisfaction.

Madrid a reçu des garanties écrites de la part de l'UE qu'elle disposerait d'un droit de veto sur tout futur accord entre l'UE et le Royaume-Uni concernant Gibraltar, un territoire britannique situé à l'extrême sud de la péninsule ibérique, et dont l'Espagne revendique la souveraineté.

Et l'Espagne estime aussi avoir reçu une assurance suffisante par les autorités britanniques que de futurs accords de Londres avec l'UE n'engloberaient pas de manière automatique Gibraltar.

"Je suis fière que Gibraltar soit britannique, je resterai toujours au côté de Gibraltar", a toutefois insisté Mme May samedi, assurant que la position du Royaume-Uni sur la souveraineté du territoire "n'a pas changé et ne changera pas".

- "Colonie de l'UE" -

La route vers le Brexit
La route vers le Brexit ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

D'autres Etats membres avaient soulevé des inquiétudes lors de la fin des négociations et demandé des garanties supplémentaires dans certains domaines, comme celui des futurs droits de pêche dans les eaux territoriales britanniques.

Ce sujet, cher à la France, n'a pas été résolu dans le traité de retrait, qui prévoit qu'il faudra conclure un accord au plus tard d'ici à la mi-2020. Mais "il y aura une déclaration dans le procès verbal du Conseil européen qui affirmera que c'est un sujet prioritaire" pour les 27, a indiqué une source diplomatique.

Cette déclaration abordera aussi d'autres questions sur lesquelles les 27 s'engagent à faire preuve de "vigilance" vis-à-vis de Londres dans la mise en oeuvre de leurs accords, comme celui de la "concurrence loyale" nécessaire dans le domaine économique.

L'UE et le Royaume-Uni ont mis 17 mois à s'entendre sur le "traité de retrait" du Royaume-Uni et la "déclaration politique" qui fixe le cadre de leurs relations post-Brexit, notamment sur le plan commercial.

L'accord de retrait règle notamment la question de la facture que devra payer Londres à l'UE, sans la chiffrer, et prévoit une solution controversée pour éviter en dernier recours le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Cela va faire de l'Irlande du Nord "une colonie économique de l'UE", a une nouvelle fois fustigé depuis Belfast samedi l'ex-ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, donnant un aperçu des moments difficiles qui attendent Theresa May pour défendre l'accord au Royaume-Uni.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...