5 392.14 PTS
+0.57 %
5 390.50
+0.55 %
SBF 120 PTS
4 305.97
+0.54 %
DAX PTS
13 065.28
+0.54 %
Dowjones PTS
22 997.44
+0.00 %
6 122.61
+0.00 %
Nikkei PTS
21 363.05
+0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les Etats-Unis imposent des droits antidumping sur les avions canadiens Bombardier

| AFP | 96 | Aucun vote sur cette news
Un nouveau Bombardier CS d'une capacité de 100 sièges de la compagnie Swiss International Air Lines, le 06 juillet 2016
Un nouveau Bombardier CS d'une capacité de 100 sièges de la compagnie Swiss International Air Lines, le 06 juillet 2016 ( MICHAEL BUHOLZER / AFP/Archives )

La crise entre Américains et Canadiens est montée d'un cran mardi avec la décision du gouvernement de Donald Trump d'imposer des droits antidumping de quelque 220% sur les avions de transport civil CSeries fabriqués par le canadien Bombardier.

L'avionneur américain Boeing avait saisi ses autorités nationales, accusant Bombardier de faire bénéficier ces avions d'une capacité de 100 à 150 sièges de subventions publiques leur permettant d'être vendus en dessous de leur prix de revient.

Tant le Canada que le Royaume-Uni, où sont fabriqués des éléments de ces appareils, avaient mis Washington en garde contre les conséquences d'une décision défavorable à Bombardier.

"Les Etats-Unis attachent une grande importance à leurs relations avec le Canada, mais même nos alliés les plus proches doivent respecter les règles", a affirmé le secrétaire au commerce américain Wilbur Ross, cité dans le communiqué annonçant la décision américaine.

"Les subventions publiques accordées par des gouvernements étrangers sont une chose que l'administration Trump prend très au sérieux (...)", a-t-il ajouté.

- Désaccord total -

Cette décision, qui doit encore faire l'objet d'une confirmation définitive d'ici le 12 décembre, va contribuer à envenimer encore davantage les relations entre Ottawa et Washington, déjà passablement tendues par la renégociation en cours du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

"Il est évident que la décision vise à éliminer les aéronefs de la série C de Bombardier du marché américain", a affirmé mardi soir Chrystia Freeland, la ministre canadienne des Affaires étrangères, en soulignant toutefois que "l'enquête n'en est qu'à une étape préliminaire et qu'aucun droit ne peut être imposé tant que les enquêtes ne sont pas terminées".

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait menacé la semaine dernière de ne pas acheter de chasseurs Boeing Super Hornet pour l'armée canadienne si Washington mettait ses menaces à exécution.

Outre le Canada, Bombardier est un des principaux employeurs en Irlande du Nord, avec près de 8.000 personnes, dont 4.200 pour les seules activités aéronautiques, la majeure partie dans son usine de Belfast où sont fabriqués les ailes et des éléments du fuselage du CSeries.

La cheffe du gouvernement britannique Theresa May à Londres, le 26 septembre 2017
La cheffe du gouvernement britannique Theresa May à Londres, le 26 septembre 2017 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

La Première ministre britannique Theresa May s'est dite mercredi matin "amèrement déçue" par la décision américaine, tandis que le dirigeant du syndicat Unite en Irlande du Nord, Jimmy Kelly, s'inquiétait d'une "menace directe et très sérieuse" sur les emplois locaux.

"Nous sommes totalement en désaccord avec la décision préliminaire du département américain du Commerce", avait affirmé Bombardier pour sa part dès mardi.

"L'ampleur des droits suggérés est absurde et déconnectée de la réalité du financement de programmes d'avions de plusieurs milliards de dollars. Ce résultat démontre ce que nous disons depuis des mois: les lois américaines du commerce n'ont jamais été conçues pour être appliquées de cette manière et Boeing tente d'utiliser un processus biaisé pour étouffer la concurrence et priver les compagnies aériennes américaines et leurs passagers des bénéfices des avions CSeries", a ajouté le groupe canadien dans un communiqué.

- 'Folie' -

Boeing avait protesté après l'achat par la compagnie américaine Delta Air Lines de 75 avions CSeries. Le groupe américain accusait Bombardier d'avoir vendu chaque CS100 19,6 millions de dollars américains (16,3 millions d'euros) pour un coût de fabrication de 33,2 millions de dollars US.

Les droits désormais imposés par Washington portent théoriquement le coût de chaque appareil vendu à Delta à plus de 60 millions de dollars.

Cette décision américaine tombe au moment où les négociateurs américains, canadiens et mexicains ont des désaccords sur la renégociation de l'Aléna. Pour Mme Freeland, faire payer des droits antidumping à Bombardier pénaliserait les sous-traitants américains de Bombardier qui emploient "directement près de 23.000 salariés bien rémunérés dans de nombreux Etats américains".

Le syndicat canadien des machinistes s'est aussi élevé contre cette décision qu'il a qualifiée de "plus politique que juridique", en qualifiant de "folie" le montant des droits imposés par Washington.

"Si pour les Américains l'Aléna est mort, qu'on nous le dise tout de suite", a lancé David Chartrand, le président du syndicat.

Le Premier ministre québecois Philippe Couillard a déploré une "décision injustifiée" en assurant les salariés de Bombardier du soutien de la province francophone où le CSeries est assemblé.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 27/09/2017

La queue d'un Bombardier CS100, à Mirabel, au Québec, le 16 septembre 2013 ( Clement Sabourin / AFP/Archives )La crise entre Américains et Canadiens est montée d'un cran mardi avec la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2017

Carrefour Brésil, introduite en Bourse il y a quelques mois, a fait état d'une hausse de 5,5% de ses ventes au troisième trimestre, à 12,2 milliards de reais, quelques heures avant que sa…

Publié le 18/10/2017

La société évolue sur des sommets, tout près des 115 euros...

Publié le 18/10/2017

JPMorgan Chase & Co a annoncé le rachat du système de paiement en ligne WePay, principalement destiné aux PME. Si la banque américaine n’a pas dévoilé le prix payé pour cette fintech, une…

Publié le 18/10/2017

Franchissement de seuil...

Publié le 18/10/2017

L'offre court jusqu'au 8 novembre...

CONTENUS SPONSORISÉS