En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Les États généraux de l'alimentation attendent des annonces

| AFP | 263 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, le 4 octobre 2017 à Paris
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, le 4 octobre 2017 à Paris ( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )

Emmanuel Macron dévoilera mercredi des mesures très attendues par la filière agroalimentaire, en particulier par les paysans qui luttent pour leur survie et espèrent une bouffée d'oxygène, mais également par certains distributeurs.

L'intervention présidentielle intervient à l'issue de la première phase des États généraux de l'alimentation qui ont surtout porté sur la répartition de la valeur ajoutée entre les acteurs de la filière.

Le sujet, très sensible, est à l'origine d'une vive polémique déclenchée par Michel-Édouard Leclerc, qui a accusé certains industriels et distributeurs de préparer une hausse massive des prix "sous prétexte d'aider les agriculteurs".

Le gouvernement envisage, en effet, "d'ajuster" la loi de modernisation de l'économie (LME), qui régit les négociations commerciales entre distributeurs et industriels, afin d'arriver à déterminer un prix juste pour les produits des agriculteurs.

"On ne peut pas relancer une guerre des prix, je crois que ce n'est pas tenable aujourd'hui", a déclaré dimanche le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, en réponse à M. Leclerc.

"Si demain nous relevons le seuil de revente à perte, comme nous souhaitons le faire, il faut d'abord s'assurer que le relèvement du seuil retourne dans la poche des agriculteurs", a-t-il poursuivi.

- 'Mettre les choses à plat' -

"Améliorer les relations commerciales entre producteurs, transformateurs et distributeurs" et "rendre les prix d'achats des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs" ont été au cœur des travaux des États généraux de l'alimentation.

la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors du Sommet de l'élevage, à Cournon d'Auvergne
la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors du Sommet de l'élevage, à Cournon d'Auvergne ( Thierry Zoccolan / AFP/Archives )

Il faut "mettre fin" à la guerre des prix, "c'est la condition nécessaire pour que les agriculteurs ne soient plus la variable d'ajustement de négociations commerciales auxquelles ils ne participent pas", souligne la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, dans une lettre au président Macron rendue publique lundi, en insistant sur une réforme de la loi LME.

Cette loi datant de 2008, déjà amendée par deux fois, est ciblée par de nombreux acteurs, agricoles comme industriels, comme la cause de tous leurs maux.

Un début de consensus s'est esquissé entre agriculteurs et industriels sur son évolution. Cependant, leurs propositions passent mal non seulement auprès de M. Leclerc, mais aussi de l'UFC-Que Choisir.

La FNSEA et les industriels membres de l'Association nationale des industries agroalimentaires (Ania) proposent de redéfinir le seuil de revente à perte en y intégrant les coûts de distribution. Ils demandent également d'encadrer les promotions.

"Les promotions doivent être utiles aux deux entreprises", distributeur et industriel, et ne pas tourner à la "braderie", clame ainsi le président de l'Ania, Jean-Philippe Girard.

Les promotions "plombent complètement la lisibilité des prix des produits", complète Mme Lambert.

- Nouveaux contrats -

Autre proposition majeure: travailler sur un autre mode de contractualisation au profit des agriculteurs.

"Si on veut sauver la filière agricole, la proposition que l'on fait, c'est que ce soit les prix agricoles qui soient au début de la relation contractuelle et non pas l'inverse", a indiqué Serge Papin, patron de Système U et coprésident de l'atelier sur les prix agricoles.

Serge Papin, patron de Système U et coprésident de l'atelier sur les prix agricoles
Serge Papin, patron de Système U et coprésident de l'atelier sur les prix agricoles ( PATRICK KOVARIK / AFP/Archives )

Cet atelier propose un contrat qui partira du prix payé à l'agriculteur, calculé en fonction d'indicateurs de prix de revient de leurs coûts de production, et qui tiendra également compte des prix de vente sur le marché intérieur, plus rémunérateurs que l'export.

Cela passera par un "renforcement du rôle de l'observatoire des prix et des marges" et des interprofessions, selon M. Papin.

Pour de nombreux acteurs, il faudra in fine augmenter les tarifs pour améliorer les prix payés aux agriculteurs et cette perspective déplait à l'UFC-Que Choisir comme à M. Leclerc.

"Pour redresser l'ensemble de la filière, cela représente (un coût, NDLR) de 30 centimes d'euros par personne et par semaine. Sur un an, ça fait 15 euros", rétorquent les industriels de l'Ania.

Le patron des supermarchés Leclerc "représente un ancien monde, celui des prix toujours plus bas. Les consommateurs veulent autre chose", a pour sa part estimé Mme Lambert.

"La pression se porte sur les Leclerc", chez les agriculteurs, selon Didier Lucas, président de la FDSEA des Côtes d'Armor, qui indique que "des actions de taggage ont été menées la nuit dernière" sur plusieurs Leclerc du département, dont ceux de Plérin, Ploufragan et Lamballe.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…