En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
-0.50 %

Les élus de Fret SNCF dénoncent la filialisation

| AFP | 295 | 5 par 1 internautes
Un train de Fret SNCF le 7 mars 2012 à Sequedin (Nord)
Un train de Fret SNCF le 7 mars 2012 à Sequedin (Nord) ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Les élus du CSE de Fret SNCF, le transport ferroviaire de marchandises, ont dénoncé mardi la nouvelle organisation de leur activité et sa filialisation à partir du 1er janvier 2020 qui, selon eux, annoncent "sa disparition".

"Fret SNCF va disparaître car rien ne permet aujourd'hui de relancer l'activité: aucune stratégie, aucune ambition, aucun investissement structurant, aucune organisation commerciale", ont-ils lancé devant la presse au lendemain d'une réunion du CSE au cours duquel la direction devait leur présenter le plan de filialisation.

"La réunion n'a duré que quelques minutes" et a été levée après la lecture d'une "déclaration unitaire", a déclaré Pierre-Olivier Bonfiglio (CGT), secrétaire adjoint du CSE. Dans celle-ci, "nous soulignons que +cette politique de casse va amener Fret SNCF à disparaître car, au-delà du redressement des comptes, rien ne permet aujourd'hui de croire à la relance de l'activité+", a-t-il précisé.

Pour les élus qui ont lancé leur propre expertise et dont ils attendent les résultats, "la réforme ferroviaire de 2018 et la loi d'orientation des mobilités de 2019 brillent par leur incapacité à faire du transport ferroviaire de marchandises un sujet majeur".

En un peu plus de dix ans, après l'ouverture à la concurrence, Fret SNCF a divisé par trois son offre de transport et plus de 10.000 emplois ont été supprimés, selon eux.

Les représentants du personnel estiment que la SNCF "accélère son désengagement de l'activité de transport de marchandises par voie ferrée", donnant l'exemple de la remise en question du train de primeurs Perpignan-Rungis "au mépris des enjeux environnementaux".

Quant à la filialisation, c'est pour eux "la mise à mort de Fret SNCF dans sa configuration actuelle: renoncement à assurer des services sur l'ensemble du territoire, renoncement à travailler pour l'ensemble des entreprises, quelles que soient leur taille, leur activité, leur implantation, renoncement enfin aux missions de service public".

Pour sa part, dans un communiqué, la CFDT réclame "un plan d'investissement massif dans l'outil industriel pour enfin renverser" la tendance "et envisager le développement du transport ferré de marchandises, avec notamment de vrais corridors de fret assurant vitesse et fiabilité", une "amélioration des noeuds ferroviaires, un meilleur accès aux ports, la remise à neuf des voies de service".

En revanche, écrit-elle, la transformation de Fret SNCF en société par actions simplifiée "est une vraie mauvaise solution" qui "peut réduire l'attractivité du secteur".

En avril, la SNCF avait présenté une nouvelle restructuration de son activité fret, prévoyant notamment la suppression d'environ 200 emplois.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT