5 267.13 PTS
-0.27 %
5 262.00
-0.08 %
SBF 120 PTS
4 211.68
-0.20 %
DAX PTS
12 594.81
+0.02 %
Dowjones PTS
22 296.09
-0.24 %
5 867.35
-1.10 %
Nikkei PTS
20 397.58
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les déboires politiques de Donald Trump menacent son agenda économique

| AFP | 285 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump à Hagerstown, aux Etats-Unis, le 18 août 2017
Le président américain Donald Trump à Hagerstown, aux Etats-Unis, le 18 août 2017 ( SAUL LOEB / AFP )

Les déboires politiques de Donald Trump menacent sa capacité à mener à bien les réformes économiques promises et les grands projets d'infrastructures malgré une conjoncture économique plutôt favorable, estiment plusieurs experts économiques.

Le moral des ménages aux Etats-Unis a atteint en août son niveau le plus haut depuis janvier. Les inscriptions hebdomadaires au chômage sont, elles, au plus bas depuis six mois, selon les derniers indicateurs.

Pourtant, "en raison de tout ce qui s'est passé récemment, en particulier la semaine dernière, il y a une certaine inquiétude sur la capacité, probablement diminuée, de l'administration à tenir son agenda législatif", résume Frank Nothaft, analyste politique de la National association for business economics (NABE).

La semaine écoulée a été marquée par son lot de controverses, de démissions et l'abandon du projet de création d'un conseil qui devait assister Donald Trump dans sa politique de rénovation des infrastructures du pays.

Deux cénacles réunissant des chefs d'entreprises autour du président américain ont aussi été dissous après des déclarations controversées de celui-ci sur la responsabilité de l'extrême-droite et de suprémacistes blancs dans des émeutes à Charlottesville (Virginie) qui ont déplu à de nombreux PDG.

Steve Bannon, le 11 décembre 2016 à New-York
Steve Bannon, le 11 décembre 2016 à New-York ( Eduardo Munoz Alvarez / AFP/Archives )

La semaine s'est conclue avec le départ de son conseiller Steve Bannon, chantre de la droite alternative américaine, présenté comme le rival à la Maison Blanche du conseiller économique en chef Gary Cohn.

- De plus en plus isolé -

Des rumeurs de départ de Gary Cohn avaient elles-mêmes fait trembler les marchés financiers jeudi.

Le conseiller économique en chef à la Maison Blanche, Gary Cohn, est perçu à Wall street comme un gage de stabilité au sein d'une administration en grandes difficultés
Le conseiller économique en chef à la Maison Blanche, Gary Cohn, est perçu à Wall street comme un gage de stabilité au sein d'une administration en grandes difficultés ( NICHOLAS KAMM / AFP/Archives )

Cet ancien numéro deux de Goldman Sachs est perçu à Wall Street comme un gage de stabilité au sein d'une administration désormais en grandes difficultés et d'un président de plus en plus isolé.

"Tout changement dans cette équation retient finalement l'attention des marchés", analysent les économistes de Nomura Global Economics. "A court terme, les risques sur le plafond de la dette et l'adoption du budget 2018 s'accroissent à mesure que le président Trump perd de l'influence au Congrès", ajoutent-ils.

Sans soutien, la Maison Blanche aura du mal à faire adopter en septembre son budget 2018 (l'exercice fiscal commence au 1er octobre) et, surtout, son ambitieuse réforme des impôts.

Gary Cohn est précisément l'architecte de cette réforme. Le code fiscal américain, très complexe et qui fourmille de déductions diverses, n'a pas été modifié en profondeur depuis 1986. Et sa refonte est au coeur du plan de l’administration Trump pour faire accélérer la croissance à 3%.

"Les espoirs d'une politique de relance fiscale agressive par l'administration (...) s'amenuisent à chaque controverse, à chaque scandale au sein de la Maison Blanche", estime Omer Esiner, analyste chez Commonwealth Foreign Exchange.

Le président américain avait pourtant bénéficié après son élection de la confiance des milieux économiques et d'affaires en raison de ses promesses de baisser les impôts, d'engager des dépenses massives d'infrastructures et de renégocier les accords commerciaux au profit des Etats-Unis.

La renégociation du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) a certes démarré la semaine dernière à la demande de Washington. Mais le Mexique et le Canada n'ont pas l'intention de se voir imposer un traité qui ne serait favorable qu'à Washington et les entreprises exportatrices américaines craignent de se voir pénalisées.

Quant aux négociations sur le plafond de la dette, elles vont débuter dès la rentrée et sont lourdes de risques pour l'administration américaine. Il s'agit de relever le montant maximal que l'Etat américain peut emprunter pour se financer.

Bien que la Maison Blanche et la majorité au Parlement soient du même bord républicain, le feu vert sur la limite d'endettement est loin d'être acquis. De nombreux conservateurs, sourcilleux sur l'équilibre budgétaire à terme, veulent attacher des coupes de dépenses à toute augmentation de la capacité d'emprunt.

En 2011, une impasse sur la question avait fait trembler les marchés financiers et, pour la première fois de l'histoire contemporaine, la note de solvabilité des Etats-Unis avait été abaissée par l'agence de notation Standard and Poor's.

A l'automne 2013, faute d'accord entre l'administration démocrate et les républicains au Congrès, les services du gouvernement avaient été contraints de fermer pendant deux semaines.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/05/2017

Le président américain Donald Trump, le 17 mai 2017 à la Maison Blanche, à Washington ( Olivier Douliery / AFP )L'étau se resserrait mercredi autour de Donald Trump, accusé de tentative…

Publié le 15/03/2017

(GàD) Melania Trump, Ivanka Trump, Eric Trump et Donald Trump, le 9 octobre 2016 à St Louis dans le Missouri ( Tasos Katopodis / AFP/Archives )En élisant Donald Trump, les Américains ont…

Publié le 09/02/2017

Le président américain a promis jeudi une annonce sur la réforme des impôts d'ici "deux à trois semaines".

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2017

Genfit, la biotech spécialisée dans la NASH a publié une perte nette semestrielle de 22,615 millions d'euros contre une perte de 12,662 millions d'euros l'année dernière. Cette détérioration…

Publié le 25/09/2017

Linedata Services Société Anonyme au Capital de 7.294.029 euros Siège Social 27, rue d'Orléans - 92200 NEUILLY-SUR-SEINE 414 945 089 RCS NANTERRE Tél : 01 73 43 70 10 - Site…

Publié le 25/09/2017

L'action Apple a subi lundi une 4ème séance de baisse, portant sa chute à plus de 8,5% depuis l'annonce de ses nouveaux produits le 12 septembre dernier.

Publié le 25/09/2017

Horizontal Software a annoncé avoir obtenu un prêt à taux zéro pour l'Innovation (PTZI) de 735 000 euros auprès de Bpifrance Financement associé au Fonds Régional d'Aides pour l'Innovation et…

Publié le 25/09/2017

HF Company a publié des comptes en nette dégradation au titre du premier semestre, victime de la chute de son activité en raison d’une base de comparaison défavorable. Le spécialiste des…

CONTENUS SPONSORISÉS