En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 768.20 PTS
+0.30 %
4 770.5
+0.36 %
SBF 120 PTS
3 790.76
+0.38 %
DAX PTS
10 763.50
+0.21 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.139
+0.25 %

Les crypto-monnaies, le nouvel eldorado hasardeux des investisseurs

| AFP | 1224 | Aucun vote sur cette news
Le bitcoin, qui fait ses premiers pas dimanche dans le grand monde de la finance traditionnelle, a ouvert la voie à l'explosion de nouvelles monnaies virtuelles offrant aux investisseurs un terrain de jeu grouillant mais périlleux.
Le bitcoin, qui fait ses premiers pas dimanche dans le grand monde de la finance traditionnelle, a ouvert la voie à l'explosion de nouvelles monnaies virtuelles offrant aux investisseurs un terrain de jeu grouillant mais périlleux. ( KAREN BLEIER / AFP/Archives )

Le bitcoin, qui fait ses premiers pas dimanche dans le grand monde de la finance traditionnelle, a ouvert la voie à l'explosion de nouvelles monnaies virtuelles offrant aux investisseurs un terrain de jeu grouillant mais périlleux.

Il existe désormais plus de 1.300 crypto-devises, selon le site spécialisé coinmarketcap. Samedi, elles valaient toutes ensemble plus de 400 milliards de dollars.

Ethereum, Ripple ou Litecoin, elles reposent toutes sur la technologie de la "blockchain" à l'origine du bitcoin, un processus informatique ajoutant des blocs les uns aux autres pour former une grande chaîne réputée infalsifiable.

Les monnaies virtuelles échappent aux codes habituels de la finance. Faut-il les considérer comme une réelle devise, comme une matière première ou comme des start-up? Sur quels critères les évaluer? A quelles réglementations vont-elles êtres soumises?

Malgré ces interrogations, et les nombreux avertissements des autorités de régulation, les crypto-devises attirent de nombreux investisseurs, des adeptes de la technologie aux courtiers à la recherche de rendements élevés.

- Intérêt "hallucinant" -

Les investisseurs institutionnels rechignent encore à s'impliquer dans des actifs à la nature juridique imprécise et à la très forte volatilité.

Le début dimanche des premiers échanges de produits adossés au bitcoin, mais payés en dollar, sur un marché financier ayant pignon sur rue, le Chicago board options exchange (Cboe), apporte à cet égard une touche de légitimité.

Les investisseurs acceptant de détenir des monnaies virtuelles dans leurs portefeuilles peuvent en acheter directement sur des plateformes spécialisées.

A l'instar du Dow Jones, l'indice phare de Wall Street qui représente les trente plus grandes entreprises cotées des Etats-Unis, il existe même un indice reflétant la valeur des trente monnaies virtuelles les plus importantes, développé par la société Crypto Asset Management, le CamCrypto30 Index.

"Le niveau d'intérêt est hallucinant", indique à l'AFP son fondateur Timothy Enneking. "On ne fait pas de marketing et pourtant chaque jour des dizaines de gens nous contactent pour savoir comment investir dans l'espace crypto".

Il est aussi possible de spéculer à la hausse ou à la baisse sur des places de marché privées, souvent basées en Asie. Aux Etats-Unis, la plateforme LedgerX a obtenu cet été le feu vert des autorités mais elle reste confidentielle.

Quelques entreprises offrent aussi une exposition plus ou moins directe aux monnaies virtuelles. Qu'il s'agisse de sociétés uniquement dédiées à l'une d'entre elles, comme Bitcoin Investment Trust ou de groupes plus classiques comme Nvidia, un fabricant de semi-conducteurs utilisés dans les machines faisant fonctionner la "blockchain".

- Secteur naissant -

Il est toujours théoriquement possible de "miner" du bitcoin sur le réseau, mais cela requiert des serveurs puissants que seules des entreprises spécialisées ou des personnes s'étant regroupées peuvent gérer.

Fidelity Investment, l'une des premières grandes sociétés américaines à s'être penchée sur le bitcoin il y a environ quatre ans, s'est lancée dans cette activité.

"Mais c'est surtout à titre expérimental", affirme Hadley Stern, responsable de son unité de recherche Fidelity Labs. "Autant apprendre en mettant les mains dans le cambouis qu'en lisant des documents", explique-t-il en soulignant que la société s'intéresse avant tout aux produits émergeant de la blockchain et des crypto-devises.

Autre possibilité d'investissement: les levées de fonds en monnaies virtuelles ou ICO ("Initial coin offerings"). Selon le site spécialisé Coindesk, ce type d'opérations avait, fin novembre, permis de lever au total 3,76 milliards de dollars.

Mais il est difficile dans cette jungle de différencier les opérations frauduleuses des véritables pépites, relèvent plusieurs analystes.

"Malgré tout l'optimisme qui entoure les monnaies virtuelles, un doute tout aussi important plane au-dessus de la grande majorité des ICO", souligne Michael Graham, analyste de Canaccord.

A une récente conférence sur le sujet à New York, "de multiples intervenants ont utilisé des termes comme +fraude+ ou +pyramide de Ponzi+ pour décrire 90% ou plus des ICO", relève-t-il dans une note.

Face à cet univers bouillonnant mais risqué, les investisseurs doivent faire preuve du même discernement que pour leurs activités traditionnelles, estime M. Enneking.

La différence, selon lui, est que "les choses se passent beaucoup plus rapidement, qu'il y a peu de régulation et que c'est un secteur naissant, dont la jeunesse se reflète dans ses infrastructures et ses participants".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Un excédent de trésorerie de plus de 15 ME extériorisé...

Publié le 19/12/2018

Plus forte baisse de l’indice SBF 120, Natixis perd 4,58% à 4,25 euros après avoir averti que le produit net bancaire (PNB) de ses métiers serait en repli d’environ 10% au quatrième trimestre…

Publié le 19/12/2018

Natixis annonce que le produit net bancaire (PNB) de ses métiers serait de l'ordre de 2 milliards d'euros au quatrième trimestre 2018, à comparer à 2,25 milliards d'euros pour le quatrième…

Publié le 19/12/2018

Europcar Mobility Group annonce la signature d’une nouvelle alliance stratégique avec Eco Rent a Car en Inde. Ainsi, les clients d’Eco pourront accéder aux services de location de voitures…

Publié le 19/12/2018

Dans le cadre du renforcement de son organisation agile et axée sur le marché, LafargeHolcim promeut ses fonctions juridiques et ressources humaines au Comité exécutif. Par ailleurs, la fonction…