En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 348.27 PTS
-0.01 %
5 349.50
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 290.23
-0.01 %
DAX PTS
12 212.92
-0.20 %
Dowjones PTS
25 558.73
+1.58 %
7 374.29
+0.00 %
1.139
+0.13 %

Les buralistes "prêts" à vendre du cannabis réglementé

| AFP | 162 | Aucun vote sur cette news
Les buralistes sont
Les buralistes sont "prêts à commercialiser" du cannabis en cas de légalisation et demanderaient même "l'exclusivité" de sa distribution afin de pallier une baisse des ventes de cigarettes, a déclaré le président de la Confédération des buralistes dans un entretien au Parisien ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Les buralistes sont "prêts à commercialiser" du cannabis en cas de légalisation et demanderaient même "l'exclusivité" de sa distribution afin de pallier une baisse des ventes de cigarettes, a déclaré le président de la Confédération des buralistes dans un entretien au Parisien.

"Nous sommes pour le cannabis récréatif s'il est réglementé. Et nous sommes prêts à en commercialiser dans nos bureaux de tabac", a affirmé Philippe Coy, président de la Confédération des buralistes, dans une interview publiée samedi.

"Le 18 juin, j'ai même proposé à la ministre de la Santé d'aller plus loin et de devenir le premier réseau de référence du cannabis s’il est, un jour, légalisé dans l'Hexagone", précise le buraliste.

Cette déclaration intervient alors que des "coffee shops" vendant des produits à base de cannabidiol (CBD) ont essaimé en France et que certains de leurs gérants ont été mis en examen, notamment pour "transport, détention, offre ou cession, acquisition ou emploi de stupéfiants".

Les "coffee shops" français profitent d'un flou juridique qui autorise le CBD dès lors que la teneur en THC (delta-9-tétrahydrocannabinol), composant du cannabis ayant un effet psychotrope, n'excède pas 0,2%.

"Si le CBD et plus largement le cannabis sont autorisés, on veut être présent sur ce marché. On demande même l'exclusivité. On est dans un plan de transformation car les ventes de cigarettes sont amenées à baisser. Il faut donc saisir toutes les opportunités", développe M. Coy.

En 2017, les ventes de cigarettes en France ont reculé de 1,48% en volume, selon un bilan établi par Logista France, fournisseur de la quasi-totalité des buralistes, un an après l'entrée en vigueur du paquet neutre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne un peu plus de 1% pour l'instant

Publié le 17/08/2018

Vicat cède 2,8% à 51,6 euros en cette fin de semaine sur la place parisienne...

Publié le 17/08/2018

Applied Materials a dévoilé un bénéfice net de 1,17 milliard de dollars, ou 1,17 dollar par action, au titre de son troisième trimestre clos fin juillet. Il a progressé de 38%. En données…

Publié le 17/08/2018

Le Groupe CNIM avait annoncé, dans un communiqué daté du 10 août 2018, la conclusion d'un accord relatif à la cession, conjointement avec le fonds...

Publié le 17/08/2018

Les raisons de l'accès de faiblesse