5 122.85 PTS
-0.18 %
5 118.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 092.54
-0.24 %
DAX PTS
12 189.07
-0.33 %
Dowjones PTS
21 819.05
-0.37 %
5 846.48
-0.46 %
Nikkei PTS
19 434.64
+0.26 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les Britanniques dans une dangereuse course à l'endettement

| AFP | 240 | Aucun vote sur cette news
Dans une rue commerçante de Londres le 14 février 2017
Dans une rue commerçante de Londres le 14 février 2017 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Les ménages britanniques sont pris d'une véritable boulimie de crédits pour financer leurs achats quotidiens et leur endettement atteint des records, au point de commencer à inquiéter les autorités.

D'ici à la fin de l'année, un foyer moyen devrait être endetté à hauteur de 13.900 livres hors emprunt immobilier (15.700 euros), un nouveau record supérieur à celui atteint en 2007 avant la crise financière, a prévenu la confédération syndicale Trades Union Congress (TUC) dans un rapport alarmiste paru avant les élections.

La demande de crédits à la consommation (voitures, meubles, électroménager, etc.) a d'ailleurs continué de grimper de près de 10% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, selon une enquête publiée par la Banque d'Angleterre (BoE) le 13 juillet.

Pour pouvoir continuer de consommer, de nombreux Britanniques sont en effet contraints de recourir à l'emprunt, car leur pouvoir d'achat a tendance à baisser: au mois de mai, ce dernier a affiché un repli de 1,9% sur un an, soit la plus forte baisse depuis 2013 selon une enquête réalisée par le centre de recherche Cebr pour les supermarchés Asda.

A l'origine de cet effritement figure l'accélération de l'inflation au Royaume-Uni, qui s'est approchée ces derniers mois de la barre des 3%, bien au-delà de la hausse moyenne des salaires constatée par l'Office des statistiques nationales (ONS).

- L'épargne au plus bas -

"Alors que le faible coût du pétrole aide à réduire les prix à la pompe, les ménages ont besoin de creuser plus dans leurs poches pour la plupart des autres biens et services", souligne Kay Neufeld, économiste chez Cebr.

"Malheureusement, la compression de leurs finances devrait se poursuivre dans les prochains mois, vu le peu de chance que les salaires s'améliorent et que nous n'avons toujours pas atteint le pic de l'inflation", a-t-il ajouté.

Or, les Britanniques ont déjà abondemment pioché dans leur bas de laine, jusqu'à faire tomber le ratio de leur épargne au taux historiquement bas de 1,7% au premier trimestre, selon l'ONS.

Les ménages ont donc trouvé dans des taux d'intérêts d'emprunt particulièrement bas un moyen de facilement trouver les fonds nécessaires à leur besoin ou envie de consommer - et cela pourrait continuer, car il n'est pas certain que la BoE commence à rapidement relever son taux directeur.

"La hausse de la dette des ménages est en train de mettre l'économie dans une zone de danger", a prévenu Frances O'Grady, la secrétaire générale du TUC. "Les cartes de crédit et les prêts sur salaire aident à soutenir les dépenses pour l'instant, mais des millions de familles sont en train de se ruiner", a-t-elle alerté.

Le gouvernement a d'ailleurs annoncé mercredi la mise hors la loi des frais imposés par certains commerçants aux clients qui paient par carte bancaire, afin d'épargner aux ménages des dépenses inutiles.

- 'Extra-vigilance' -

Les prêteurs pourraient pour leur part revenir à plus de prudence avant d'avancer des fonds. La disponibilité du crédit à la consommation a déjà reculé de 10,3% au deuxième trimestre selon la BoE.

Un ralentissement encore plus marqué est attendu au troisième trimestre, signant la fin d'un appétit marqué pour la prise de risque du côté des créanciers. Au cours du deuxième trimestre, les critères d'attribution des crédits se sont d'ailleurs resserrés pour les emprunts sans garanties, comme pour l'achat de voiture, et le total de crédits accordés devrait reculer cet été, toujours d'après l'institut d'émission.

"Il est probable que la BoE distingue un signe indiquant que les prêteurs sont en train de s'orienter dans la bonne direction dans leurs crédits aux consommateurs, mais cette pression doit être maintenue pour que les banques agissent responsablement, et ce étant donné les faibles perspectives économiques et le resserrement des finances des consommateurs", a analysé Howard Archer, expert chez EY Item Club.

Fin juin, la BoE a en effet demandé aux banques de mobiliser 11,4 milliards de livres de capital supplémentaire d'ici fin 2018 afin de faire face aux risques liés aux crédits à la consommation qui pourraient ne pas être remboursés et au Brexit. Mark Carney, le gouverneur de la BoE, en avait appelé à une "extra-vigilance".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/08/2017

Cette déclaration est établie en application de l'article L.233-8 II du Code de commerce et de l'article 223-11 du règlement général de l'Autorité des Marchés…

Publié le 23/08/2017

La défiance qui se manifeste en Europe à l'égard des valeurs du secteur de la publicité devrait aussi toucher les Etats-Unis. Les agences Omnicom et IPG sont toutes deux attendues en baisse, de…

Publié le 23/08/2017

Les rumeurs entourant Fiat Chrysler Automobiles se multiplient...

Publié le 23/08/2017

Deuxième journée de forte spéculation sur CGG...

Publié le 23/08/2017

L'entrée prochaine de Spie dans le STOXX 600 Europe est salué par les investisseurs...

CONTENUS SPONSORISÉS